LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Institutrice scientologie à Paris 17e 

 Paris 17e. L'institutrice scientologue embarrasse le rectorat
http://www.leparisien.com/home/info/permanent/article.htm?source=
Le%20Parisien&themeid=500&articleid=110755573


Le Parisien, vendredi 14 décembre 2001. Par Marie-Anne Gairaud.

LA RÉVÉLATION, il y a quelques semaines, de la présence d'une scientologue au
sein de l'équipe pédagogique de l'école rue Lecomte (XVII e ) embarrasse
sérieusement le rectorat de Paris. Interrogé sur les dispositions qui allaient
être prises pour remédier au problème, le directeur de l'académie Pascal Jardin
refuse de répondre concrètement aux questions et se contente de répéter
inlassablement « L'Académie a pris les mesures qu'elle pouvait prendre dans le
cadre de la loi française. » De quelles mesures s'agit-il ? Mystère...
L'académie a, semble-t-il, rencontré l'enseignante incriminée mais depuis, plus
rien. Le rectorat laisse entendre qu'il a fait ce qu'il fallait pour ramener le
calme chez les parents mais les intéressés, eux, attendent encore d'avoir des
réponses à leurs inquiétudes. « Nous ne sommes au courant de rien » explique une
mère. « Il n'y a eu aucune réunion d'information, aucun affichage. Nous savons
que le directeur a relayé nos demandes auprès de sa hiérarchie mais rien n'a été
entrepris concrètement », renchérit un parent d'élève. Les habitants refusent
pourtant catégoriquement qu'une membre de secte puisse être en contact avec
leurs bambins. « Lorsque je vois l'importance que mes enfants accordent à la
parole de leur maîtresse, je ne peux pas accepter que celle-ci soit membre actif
de la scientologie », fait valoir un père. « Chacun fait ce qu'il veut dans sa
vie privée. Mais si on fait partie d'une secte, on ne peut pas, par ailleurs,
être enseignant », insiste une maman. Aujourd'hui encore, plusieurs riverains
s'étonnent que le rectorat ait accepté la mutation d'une institutrice
ouvertement scientologue dans un quartier où le mouvement sectaire est
particulièrement bien implanté. En attendant, les parents ne baissent pas les
bras et réclament à cor et à cri la mutation de l'enseignante. Ils ont entrepris
plusieurs démarches pour se faire entendre. Une pétition a réuni une centaine de
signatures et une lettre a été adressée au rectorat. Un autre courrier doit par
ailleurs être envoyé au ministre de l'Education nationale dans les prochains
jours. Samedi, les parents se réuniront à nouveau pour faire le point. « Si nous
n'avons pas de nouvelles du rectorat d'ici les vacances, ça va chauffer »,
prévient déjà une maman.


La position du Webmaster quant à cette affaire:


Selon moi, le fait d'appartenir à la secte en question n'est évidemment pas un crime en soi, ni une complicité. Mais, dans le cas présent, il semblerait que cette personne aille après ses cours faire du prosélytisme pubic tout près de l'école, et là, il y a problème, car rappelons que les pratiques de la secte sont considérées comme de l'escroquerie en France, Hubbard lui-même ayant été condamné à quatre ans de prison et amende pour escroquerie et extortion dans notre pays.

Dès lors, il y a selon moi lieu de l'inculper de complicité d'escroquerie, non pas que je pense qu'il faille nécessairement l'envoyer derrière les barreaux, cela va de soi, mais par contre, la déprogrammer serait un must...Imaginez ce qui se produirait si la secte arrivait à obtenir l'autorisation de répandre ses méthodes dans l'éducation nationale française!

Pourquoi l'inculper? Pour qu'elle soit poussée accéder à des sources d'informations critiques de la secte; en effet, je crois que presque tout scientologue est seulement quelqu'un de mal informé; quelques uns seulement sont de véritables escrocs criminels, et quelques centaines des malades du pouvoir qui veulent réellement transformer cette planète en système totalitaire scientologue.

Retour sous index correspondant à ce type de texte : courts

Retour Webpage