LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

 LES NOUVEAUX INQUISITEURS

Une critique du rapport US 99 sur la tolérance religieuse dans le monde 

-Voir aussi ce recueil de courts textes -

ENGLISH TRANSLATION? Here.

Ces quelques observations complémentaires générales ont trait au Rapport présenté par le Congrès des Etats Unis sur les situations des religions dans les divers pays du monde.

Il est intéressant de noter, de façon générale, que le gouvernement US use de tous les arguments stéréotypés des apologistes défenseurs des sectes et des sectes elles-mêmes - y compris les pires d'entre elles.

Après lecture assez complète des critiques adressées ici et là, on pourrait aussi penser que l'intention secondaire consisterait à faire appel du pied à tous ces groupuscules, groupes minoritaires - ou sectes multinationales pour venir se plaindre auprès d'Oncle Sam afin qu'il fasse levier sur les états visés: on a peut-être ici un nouveau moyen de mettre davantage pied à terre dans ces pays.


Les sous-titrages correspondent aux pièces ou chapitres du rapport.



1/ Les USA n'ont pas effectué leur propre critique: est-ce à dire qu'ils se croient parfaits, leurs lois parfaites, leur application sans faille?

APPENDICE A (Liste des conventions et pays signataires)

2/ Dans l'appendice A, qui donne la liste des conventions internationales portant sur les droits de l'homme signées par les pays, les USA n'ont pas donné les signataires des conventions internationales sur les Droits de l'Enfant.

Ni celles portant sur l'abolition des mines anti-personnel. Craignent-ils qu'on se souvienne qu'eux-mêmes n'ont pas signé ces conventions?

Ils ont une entente- via la CSCE/OSCE- avec les européens, mais n'ont pas signé la Convention européenne des droits de l'homme.


Ni la Charte des Nations Unies d'ailleurs: pourquoi?

PREFACE

3/ dans la Préface du rapport, on découvre:

"Officers also consulted with experts on issues of religious discrimination and persecution, religious leaders from all faiths, and experts on legal matters. The guiding principle was to ensure that all relevant information was assessed as objectively, thoroughly, and fairly as possible. "

c'est à dire: les officiels ont consulté les experts sur la question de la discrimination religieuse et de la persécution, des chefs religieux de toutes croyances, et des experts en matière légale. Le principe clé consistait à s'assurer que l'information ad hoc soit estimée aussi complètement, onjectivement et convenablement que possible."


On constate d'emblée à la lecture du rapport français, en particulier, que les experts n'ont pas été entendus des deux côtés, et que l'information n'a pas même été lue ou comprise en matière légale (nombre d'interprétations tout à fait erronées de la loi française).


4/ Plus loin, on apprend:

"The Report also will serve as a basis for the U.S. Government's cooperation with private groups to promote the observance of the internationally recognized right to religious freedom. " c'est à dire:

"le rapport servira également de base au gouvernement US pour coopérer avec les groupes privés afin de promouvoir le respect du droit reconnu à la liberté religieuse" - devons-nous en déduire que, non content d'avoir accordé à certains groupes criminels des exemptions d'impôt imméritées, le gouvernement US désire aussi les subventionner s'ils "s'occupent du respect des droits religieux"? Or, ces groupes intolérants sont justement ceux qui s'en prennent le plus aux libertés humaines.

SOMMAIRE EXECUTIF

5/ Dans le texte "sommaire exécutif", d'autres jugements de valeur négatifs sont portés par les USA sur les pays démocratiques qui se refusent justement à admettre la mainmise de groupes dangereux pour la démocratie; en effet, on trouve ici le défaut renversé qui est reproché par les US à la France ou à la Belgique, c'est à dire, les US parlent de sectes dangereuses mais les amalgament avec d'autres mouvements qui ne le sont pas - laissant ainsi la porte ouverte aux abus, tandis que l'Europe établit une liste de groupes à tendances sectaires, dont certains sont évidemment plus surveillés - voire combattus - que d'autres.


6/ Les députés US expliquent ensuite que le contexte ancien des pays ne devrait pas servir d'excuses aux anomalies en matière religieuse. Comment vivent les américains, dont le contexte ancien consiste à autoriser n'importe qui à posséder des armes meurtrières? - et un des pays où l'on continue à alimenter des guerres de religion au moyen de ventes d'armes à des groupes minoritaires?

Allant plus loin encore, les USA pensent inacceptable que les pays aient une surveillance quelconque des groupes se disant religieux.

On lira ainsi que le gouvernement chinois est stigmatisé pour sa répression, car, dit le rapport, "on met les gens dans des camps de réforme par le travail". Mais aux USA même, ils tolèrent les goulags privés - les camps de travaux forcés sans durée limitée - de la scientologie.

7/ "The Government of Kazakhstan requires religious organizations to register in order to receive legal status." - c'est à dire:

"Le gouvernement Kazakh exige que les organisations religieuses s'inscrivent pour obtenir un statut légal" - Où y-a-t'il un problème? Pourquoi en parle-t'on? Pourquoi les USA exigent-ils que les gens aient des documents d'identité ou que leurs sectes fassent de longues démarches administratives - près de trente ans de procès pour la seule scientologie - pour être exemptées d'impôts et admises éventuellement 'sans but lucratif'?

8/ Puis, reprenant une fois encore l'argument décidément pratique des "listes" de sectes établies par la France et la Belgique, les députés US omettent évidemment de signaler qu'aucun groupe sectaire n'accepte publiquement d'être dénommé sectaire: toutefois, je rappelle avoir signé en 1981 un "contrat" - entre la direction et l'organisation lyonnaise - en tant que patron de la sciento régionale, au sein duquel la grande direction mondiale dénommait elle-même la scientologie "sect" et les écrits hubbardiens des "sectarian writings", mais ces contrats étaient internes confidentiels...

LES ACTIONS U.S. POUR PROMOUVOIR LA LIBERTE DE RELIGION A L'ETRANGER

9/ Le président des US peut être amené à employer la force "dans les cas particulièrement horribles" "quoique [la loi de 1998 ] lui donne une grande flexibilité pour déterminer quelle action entreprendre"... doit-on comprendre que les décisions seront surtout basées sur la politique et l'économie des Etats-Unis? Pourquoi intervenir au Kosovo et chez Saddam Hussein, mais pas chez les Indonésiens (en guerre civile et massacre au Timor Oriental), ou chez les Talibans, ou chez les Irlandais, à qui des armes sont par ailleurs vendues, parfois probablement aux deux camps en présence?

Sous couvert de liberté religieuse, démocratie et paix civile, les USA conduisent directement ou indirectement la majorité des guerres étrangères actuelles, au moins en tant que plus gros producteur mondial d'armements. Et conduisent actuellement la totalité des guerres économiques qui secouent les peuplades, lesquelles se rebelleront ensuite et passeront directement de "l'anarchie multipartite relative" à la dictature militaire - laquelle est toujours intolérante de la plupart des religions - cf. des pays d'Amérique Centrale, Afrique, Asie du Sud-Est, etc.

Les vraies guerres de religion n'ont eu lieu que dans des contextes politiques conquérants, qui sont ceux qu'adoptent stratégiquement les USA, hypocrite pays tentant d'inonder l'Europe - entre autres - avec ses sectes, pour en tirer ensuite un profit.

Mais leur multiplication ou montée en puissance a aussi son revers: des mouvements devenant forts peuvent aussi devenir paranoïaques, à moins qu'ils ne l'aient toujours été, et noyauter toute une société qu'ils renverseront à la première occasion; cela s'est largement pratiqué dans le passé, et le rapport politique/religion a bien souvent été trop important - ce qui explique d'ailleurs simplement la raison essentielle de séparation de l'église et de l'état dans une majorité de contrées modernes.

L'année en revue

On apprend d'ailleurs plus loin, naïvement, que certains des efforts en faveur de la liberté de religion "font fréquemment progresser les intérêts américains".

Missions US à l'étranger: ambassadeurs

Le rapport décline ici les missions et ambassades ayant eu à se mèler des affaires diverses de liberté de religion - à tort ou à raison. On peut comprendre que l'évèque disparu en Chine soit un fait d'importance; mais le rapport nous apprend aussi par ses silences: quels sujets auraient par exemple été abordés par l'ambassadeur US en Arabie Saoudite? On ne le saura pas. Voudrait-il apprendre aux amis Saoudiens que le bourbon est bon, mais que la polygamie ne l'est pas?

Missions US à l'étrangers: Officiers d'amabassade

Quand une ambassade est fermée depuis 10 ans à Kaboul (Afghanistan), quelles peuvent bien être les réactions des Talibans avec qui des envoyés spéciaux US discutent? Peut-on croire qu'ils sont efficaces, quand on voit que les crimes contre leur peuple et lois ineptes des "fous de Dieu" augmentent?

Actions d'autres agents officiels US

"At the 1998 OSCE Human Dimension meeting in Warsaw, the U.S. delegation expressed concern over growing intolerance toward minority religious groups in several countries, including Austria, Belgium, France, and Germany." - c'est à dire:


"Lors de la conférence OSCE de 1998 à Varsovie, la délégation US a exprimé ses soucis vis-à-vis de l'intolérance religieuse grandissante envers des minorités religieuses, dans plusieurs pays dont l'Autriche, la Belgique, la France et l'Allemagne"... mais la délégation US était charpentée : aidée par l'apologiste en chef italien Introvigne (membre d'aucun gouvernement, et officiel de rien sinon de sa propre fondation le CESNUR) ou Karen Lord, membre d'une secte ou église minoritaire quelconque et membre très officielle de l'OSCE. Comment discuter dès lors "objectivement" avec des gens pratiquant de facto la pensée unique?

Actions de l'office pour la liberté religieuse internationale

Intéressant passage: le bureau US pour les libertés religieuses s'est certes renseigné, mais seulement auprès des organisations religieuses ou pseudo-religieuses - en omettant donc les voix qui dénoncent les atteintes aux droits de l'homme commis par certains de ces groupes.

Ce "sommaire exécutif" s'achève ainsi:

"To preserve religious freedom is to reaffirm and defend the centrality of those truths--and to strengthen the very heart of human rights.", c'est à dire:

"Préserver la liberté religieuse, c'est réaffirmer et défendre le coeur de ces vérités -- et renforcer ce qui constitue le centre même des droits de l'homme".


Mais les députés US omettent ici encore le principal: le coeur même des droits de l'homme, c'est le droit à vivre, le droit à la vie, et non point des croyances plus ou moins solides.

Chez eux, on tue encore légalement, et on tue encore parfois au nom de la religion. Et on grâcie fort peu, même les malades mentaux ou les innocents peuvent être expédiés à la chaise.

Sans parler de l'inhumanité de rester des décennies au couloir de la mort en l'attendant.

C'est pourtant le traîtement infligé par les USA à son peuple: voudraient-ils nous donner des leçons?


PAYS PAR PAYS

(pour ceux qui nous intéressent le plus dans ce contexte)

Belgique

Le rapport US est assez neutre envers la Belgique, citant toutefois quelques anecdotes qu'on peut considérer comme des détails locaux et peu significatifs, hormis un procès de l'école anthroposophique contre les auteurs d'une brochure qui fut largement distribuée au public francophone belge (disponible sur demande via Internet).

Danemark

Note: la scientologie en est à sa troisième demande de reconnaissance en tant que religion. Elle fait aussi des pieds et des mains pour y être reconnue une "ONG" - organisation non gouvernementale - ce qui lui donenrait des droits exorbitants par rapport à ses buts. Mais le rapport ne le mentionne pas.

Finlande

Là aussi, les scientologues ont tenté d'obtenir leur statut religieux, mais ne se sont pas conformés aux demandes et exigences du gouvernement - on peut être certain qu'ils avaient beaucoup à cacher, ici comme ailleurs. - mon observation: le jour où les scientologues donnent accès à tous leurs dossiers et fichiers secrets, ils sont interdits définitvement, le jour même, et partout dans le monde.

France: voir rapport à part

Allemagne

Significatif rapport sur la RFA: près de la moitié du rapport ne concerne que les problèmes de la scientologie avec les tribunaux, certains cas ayant été rendus en leur faveur, d'autres non. On constate une fois encore la mainmise scientologue sur les officiels américains. Omission intéressante: il n'est pas question ici du soi-disant jugement américain qui aurait accordé le droit d'asile à une scientologue allemande "se plaignant d'être persécutée pour raisons religieuses." En fait, aucune preuve n'a jamais été fournie que cette décision existerait. Autre fait important: l'action U.S., en dehors de faits d'esbrouffe et des rencontres, s'est limitée à faire se rencontrer deux ou trois officiels allemands et un ... avocat scientologue. Imaginons que ce soit le catholicisme qui serait en cause: verrait-on le Pape (ou un de ses adjoints) rencontrer les émissaires étrangers, ou enverrait-il ses avocats internationaux pour arranger les choses? - C'est aussi ce qui s'est passé quand Hubbard fut traîné en justice en France: il chargeait sa troupe de le défendre, mais ne s'est jamais présenté lui-même.(voir ce qu'en dit le jugement)

Grece

Divisée entre sa religion officielle, l'orthodoxie, et les autres confessions, dont le statut est moins intéressant sur le plan financier.

Les problème religieux essentiel est une relativement piètre intégration des islamistes, probablement par réaction politique à la domination turque en Grèce, quatre siècles durant.

Significatif: le rapport ne dit pas pourquoi les scientologues ont été acquittés de leur inculpation pour "insulte réelle non provoquée": c'est tout simplement parce que le tribunal les a reconnus coupables de fait, mais que les délais de cette offense étaient dépassés.

Irlande

Peu de commentaires particuliers. Le rapport omet toutefois de rappeler que l'Irlande du Nord n'est pas incluse dans "Irlande": doit-on en déduire que les fournisseurs d'armements au Sinn Fein agiraient encore, bien que la situation soit nettement moins explosive que voici quelques années ? L'Irlande du Nord ne fait pas l'objet d'un rapport spécifique: il est inclus dans le rapport sur le Royaume-Uni.

Italie

Peu à dire là-bas. La scientologie n'y est toujours pas considérée comme une religion, le rapport mentionne que cette question doit être de nouveau déterminée en Cour d'Appel. J'ajouterais que la siutation scientologue y est relativement enviable, du fait de la défense acharnée qu'elle reçoit du chef apologiste Introvigne, qui dépense les fonds publics de l'état du Piémont (et peut-être des fonds privés?) pour donner corps à ces mouvements qu'il estime religieux - même s'ils sont coupables de crimes.

Pays Bas

Le rapport n'a pas beaucoup de points forts; il semble règner une assez grande tolérance religieuse et générale, garantie par ailleurs par une loi anti-discriminatoire efficace.

Norvège

De nouveau ici, peu de problèmes; situation assez similaire à celle des Pays-Bas. On peut lire les félicitations appuyées des américains pour l'aide qui leur fut apportée par un ou deux membres norvégiens à la conférence de l'OSCE à Varsovie.

Russie

Le rapport sur la Russie est particulièrement long du fait de la situation post-communiste et confuse reignant au pays des tsars. Les reproches des USA sont innombrables, les cas cités complexes : si l'on suppose que les ambassadeurs et députés ont aussi mal compris - toutes proportions gardées - les textes des lois et des "affaires" citées ici sur ce qui reste de l'ex-URSS, on peut même imaginer que l'image donnée est tout à fait inexacte. Les Témoins de Jéhovah sont fréquemment cités: il semblerait que leurs services centraux (la Watchtower) tiennent largement le bureau US au courant de ce qui se passe pour eux dans les pays du monde, mais il paraît très difficile de vérifier les faits, dans nombre de cas. Nous avons connu des prçocès, mais jamais vu les attendus des jugements - ceux-ci n'ont pas été traduits à ma connaissance.

Cités aussi : la déjà trop célèbre "Eglise du Christ", qui pratiquerait le prosélytisme auprès de mineurs d'âge.

L'anti-sémitisme viscéral d'une partie des élus (et probablement, d'une part de la population) russes est également relevé, mais le rapport dérape ici très longuement - peut-être un tiers - vers le "problème racial", et non plus religieux. Cette confusion concernant le sémitisme est visible dans les rapports d'autres pays, même s'il n'y a pas critique US.

Espagne

Histoire assez étrange d'un chef de la Guardia Civil espagnole de la région d'Alicante: il aurait indiqué ne pouvoir enquèter sur la mort suspecte d'une membre de la secte, sous prétexte que'il s'agissait d'un groupe déclaré religieux.

Autre étonnante entrée d'une femme d'origine norvégienne ayant fondé un groupuscuile de vingt membres qu'elle dépouillait, et dont huit ont porté plainte: en quoi cela concerne-t'il un problème religieux?

Le rapport omet aussi le fait que le président de scientologie Internationale est hors des prisons espagnoles sous caution d'environ un million de dollars, les charges reteneus par le juge étant excessivement longues.

Suède

Le rapport ne critique pas le fait qu'une commission gouvernementale ait proposé une loi-non votée- en 1998, loi dont le but était de lutter d'une part contre les groupements "religieux" ayant une influence indue sur les personnes, et d'autre part, recommandant d'aider les personnes ressortant de tels groupements.

Les USA semblent avoir décidé par ailleurs le gouvernement suédois à modifier la législation qui avait permis au Parlement de pouvoir distribuer des écrits secrets de la scientologie, écrits soi-disant protégés par copyrights.

Suisse

Si les diverses mesures prises à l'encontre des méthodes scientologiques par divers cantons suisses - voire jusqu'au sommet de la Justice de la Confédération - sont partiellement indiquées, elles ne sont pas accompagnées de critiques réelles, si ce n'est de constater que le rapport suisse de 1998 consacré à la scientologie indiquait que le mouvement présentait des caractéristiques totalitaires possdant son propre réseau d'espionnage.

Il faut ensuite constater que le rapport dérape ensuite vers le racisme et le problème des biens juifs confisqués. Est-ce religieux?

Une forte omission: les membres US ne paraissent pas être au courant de l'excellent rapport du Conseil National suisse paru depuis deux mois, qui résume extrémement bien la situation des sectes et autres groupes endoctrinants, comme les suisses les ont dénommés.

Royaume-Uni

Quelques faits étonnants en ce qui concerne nos voisins d'outre-Manche: ils sont parmi les derniers à posséder une religion officielle dont les princes (archevèques et évèques) sont nommés par la Reine et automatiquement membres de la Chambre des Lords.

Sait-on par ailleurs que l'Angleterre applique la prière obligatoire à l'école? Qu'il est encore illégal de nos jours de blasphémer contre l'église anglicane?

C'est aussi un des rares pays démocratiques où il n'est pas illégal, sauf en Irlande du Nord, de discriminer à l'embauche en fonction de la religion.

voir aussi ces textes

back

Retour sous index correspondant à ce type de texte :apologistes et politique internationale

Retour Webpage