LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

La commission bidon des scientos

The sciento faked "experts" commission 

http://www.lemonde.fr/article/0,2320,45320,00.html

en français ici

A Commission organized by scientology denounces "the new inquisition"


THREE VOID CHAIRS on the first rank, with the name of their adressees: Alain Vivien, Jean Tibéri, Senator About. On a platform, behind a red carpeted table, a sort of a Court composed of "international experts". The first "Public enquiry commission on human rights abuses" was held on the Forum Grenelle in Paris, on march 3d, 2000. Danièle Gounord, spokesperson for scientology, does not hide her enthousiasm: "the witnessings are really moving. It's a great success!"

One after the other, the movements designed as "cults" by the parliamentary report done in january 1996 come to the bar to complain against the "cultual [or sectual, not] harrassment" from the "new inquisition": Raël, Sokka Gakaï, the Family (named before : Children of God ), the Raja Yoga, Horus and some less known others. Main indicted ones: The Interministerial Mission to struggle against Cults (MILS), presided by Alain Vivien, the Senator Nicolas About, author of a law project aimed at dangerous cults' dismantlement, and the UNADFI, the national Union for the defense of family and individual. The Paris Mayor, Jean Tibéri, who has recently decided to create a "watch cell" regarding cults, is more or less forgotten.

In the room, mostly adepts, applauding and noisily demonstrating their satisfaction. Here and there, some have a yellow star to pinpoint a discrimination. After the "hearings", the participants are invited to join their signature to a muscled proclamation. "Yesterday the witch hunt with the Senator Mc Carthy, to-day the witch hunt of Alain Vivien and Senator About, and the MILS, "the armed arm of M. Vivien. " They decide to create a "coordination against the new inquisition" which will meet every three months.

A "STRANGE EXPERTS PANEL"

Alain Vivien and Nicolas About had received some days before the meeting a convocation in these terms: "The International Commission of independant Experts is composed of a panel of independant international experts having been charged to examine the human rights violations in France". The Commission has been seized, by the Church of Scientology, of certain facts about you, which could be contrary to Rights conferred by the International Conventions of Human Rights and french Constitution. The Commission wishes to hear you on the following violations..." Then came a number of griefs, like "incitating to hate" or "to discrimination toward members of religious communities". The Mission had reacted, stunned by this "strange panel of experts".

The investigative commission meeting on march 3d was presided by three "religions experts". The first, Joël Labruyère, is the president of the Omnium of Freedoms, an association defending the organizations having been stinged by the parliament report on cults. The two co-presidents were the Rd N.J. L'Heureux, methodist minister and director of the churches federation of the Queens zone in N-Y, and M. Irving Sarnoff, founder of "the Friends of United Nations". The information office in UN - in New-York - confirmed the existence of a "very little ONG" under that name.

Xavier Ternisien

(c) Le Monde 2000

See the "convocation" documents here:

<http://www.antisectes.net/experts-eng.htm>

Back to sub-index


sur http://www.lemonde.fr/article/0,2320,45320,00.html

Une commission réunie par la Scientologie dénonce la « nouvelle inquisition "



TROIS CHAISES VIDES au premier rang, avec le nom de leurs destinataires :
Alain Vivien », « Jean Tiberi », « Sénateur About ». Sur une estrade,
derrière une table couverte d'un tapis rouge, une sorte de tribunal composé
d' « experts internationaux ». La première « commission d'enquête publique
sur les violations des droits de l'homme » s'est tenue au Forum de Grenelle
à Paris, vendredi 3 mars. Danièle Gounord, porte-parole de la Scientologie,
qui organise la manifestation, ne cache pas son enthousiasme : « Les
témoignages sont très émouvants. C'est vraiment un succès ! »

Tour à tour, les mouvements désignés comme « sectes » par le rapport
parlementaire de janvier 1996 défilent à la barre pour se plaindre du
harcèlement sectuel », de la « nouvelle Inquisition » : Raël, la Sokka
Gakaï, la Famille (ex-Enfants de Dieu), le Raja Yoga, Horus et d'autres
moins connus. Principaux accusés : la Mission interministérielle de lutte
contre les sectes (MILS), présidée par Alain Vivien, le sénateur Nicolas
About, auteur d'une proposition de loi visant à dissoudre les sectes
dangereuses, et l'Union nationale des associations de défense de la famille
et de l'individu (Unadfi). Le maire de Paris, Jean Tiberi, qui vient de
décider la création à Paris d'une « cellule de veille » sur les sectes, est
relativement épargné.

La salle, composée majoritairement d'adeptes, applaudit et manifeste
bruyamment sa satisfaction. Ça et là, quelques participants arborent des
étoiles jaunes en signe de discrimination. A la fin des « auditions », les
participants sont tous invités à signer une « proclamation » musclée :
Hier la chasse aux sorcières avec le sénateur Mac Carthy, aujourd'hui celle
du sénateur About et de la MILS, bras armé de M. Vivien. » Ils décident de
créer une « coordination contre la nouvelle inquisition » qui se réunira
tous les trimestres.

UN « SINGULIER PANEL D'EXPERTS »

Alain Vivien et Nicolas About avait reçu quelques jours auparavant une
convocation » rédigée dans les termes suivants : « La commission
internationale d'experts sur les droits de l'homme est constituée d'un panel
d'experts internationaux indépendants qui sont chargés d'enquêter sur les
violations des droits de l'homme en France. La commission a été saisie, par
l'Eglise de scientologie, d'un certain nombre de faits vous concernant qui
entreraient en contravention avec les droits que confèrent les conventions
internationales sur les droits de l'homme et la Constitution française. Elle
souhaite vous entendre sur les violations suivantes... » Suivaient un
certain nombre de griefs, dont celui d'incitation « à la haine » ou « à la
discrimination envers les membres de communautés religieuses ». La Mission
avait réagi en s'étonnant de ce « singulier panel d'experts ».

La commission d'enquête réunie le 3 mars était présidée par trois « experts
en religion ». Le premier, Joël Labruyère, est le président de l'Omnium des
libertés, une association qui prend la défense des organisations épinglées
par le rapport parlementaire sur les sectes. Les deux autres coprésidents
étaient le révérend N. J. L'Heureux, pasteur méthodiste et directeur de la
Fédération des Eglises du quartier de Queens à New York, et M. Irving
Sarnoff, fondateur des « Amis des Nations unies ». Au département de
l'information des Nations unies, à New York, on confirme l'existence d'une
très petite ONG » qui porte ce nom.

Xavier Ternisien



Le Monde daté du mardi 7 mars 2000


Droits de reproduction et de diffusion réservés; © Le Monde 2000
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance de la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter
les dispositions. Lire la licence.




 

back

Retour sous index correspondant à ce type de texte : scientologie vs France

or english index

Retour Webpage