la scientologie et les droits des homosexuels : aucun. Si: "disposer d'eux tranquillement et sans regrets"

texte augmenté en mars 2002

La scientologie a officiellement déclaré que les gays sont des pervers qui sont simultanément "tout à fait malades sur le plan physique et extrémement dangereux pour la société." La scientologie enseigne qu'une telle aberration est contagieuse, et que tolérer une telle perversion est "excessivement mauvais pour la société". La scientologie a une solution: "on peut les mettre en quarantaine pour éviter la contagion" ou les forcer à entreprendre des "procédés de l'église". Si tout  échoue, la scientologie offre une solution finale: "on peut disposer d'eux tranquillement et sans regret".

Dans le livre "La Dianétique, Science Moderne de la Santé Mentale", L. Ron Hubbard, le fondateur de la secte, écrivait:

    "Le pervers sexuel (en résumé, la Dianétique considère ainsi toutes les formes de déviation de la seconde dynamique [tendance dynamique à survivre par le sexe et la procréation, le couple etc] telle que homosexualité, lesbianisme, sadisme sexuel et tout le catalogue de Krafft Ebing. [L.Ron Hubbard, Dianétique, livre 2, chapitre 5] est en fait passablement malade physiquement. En tant que maladie, la perversion a tant de manifestations qu'elle doit être répandue dans les classes 1 à 5 précitées. L'hyper-développement des organes sexuels, l'hypo-développement, l'inhibition séminale ou son amplification etc. se rencontreront chez les pervers. En bref, le pervers est toujours malade d'une façon ou d'une autre, qu'il en soit ou non conscient. Il est très loin de se sentir coupable de sa condition, mais également très loin de la normale et par conséquent, il est extrèmement dangereux pour la société:  tolérer la perversion  est aussi mauvais pour la société que la punir."

La scientologie a également déterminé toutes les caractéristiques comportementales des gays et lesbiennes. Dans l'ouvrage "Science de la Survie", M. Hubbard a établi une "échelle de tons émotionnels" destinée à classer les comportements humains selon des valeurs. Voir : Science de la Survie. Dans ce essai, les tons émotionnels sont classés de -3 en bas à + 4.0/+40.0 en haut. On trouve:
 

  • 4.0/40.0:     Clair Mest [ce qui signifie 'désaberré'  par rapport à la Matière, l'Energie, l'eSpace et le Temps]
  • 3.5             Libéré dianétique
  • 3.0             Normal très élevé [conservatisme]
  • 2.5             Ennui
  • 2.0             Hostilité Ouverte
  • 1.5             Colère
  • 1.1             Hostilité cachée
  • 0.5             Apathie
  • 0.1             Mort prétendue
  • 0.0             Un peu de vie cellulaire résiduelle
  • -1.              Entité vitale hors de contact
  • -3.              MEST demeurant du MEST. Vie hors de contact. [Hubbard emploie 'théta' pour dire "vie" ou source de vie et MEST, pour Matière, Energie, eSpace et Temps]]

Les "pervers" - homosexuels entre autres, tombent à 1.1 sur cette échelle.

"A 1.1 sur l'échelle des tons, nous pénétrons la zone des plus vicieuses inversions de la seconde dynamique. Nous avons ici la promiscuité, la perversion, le sadisme, et les pratiques irrégulières... Ici la prostituée, le pervers, la femme adultère, le mariage facile suivi du divorce rapide, et le désastre sexuel généralisé". [chapitre 18]

Hubbard ajoute clairement: "A 1,1... c'est le niveau du pervers, de l'homosexuel, du tourne-casaque."
[livre 1, chapitre 13]

Selon la scientologie, les "1.1" gays "pervers" sont très dangereux:

"Les gens de ce niveau sur la seconde dynamique (voir au-dessus) sont excessivement dangereux pour la société, car l'aberration est contagieuse. Une société parvenant à ce niveau disparaît, comme le firent les anciens grecs, les romains, et comme cela  arrive en Europe ou dans la culture américaine.  C'est là un signal éclatant qauquel il faut prèter garde si une société veut progresser."[chapitre 18]

Le fondateur de la secte et la secte enseignent qu'on ne devrait pas faire confiance à un pervers homo ou lesbienne, car "Aux environ du niveau 1.1, nous atteignons le niveau de l'hostilité cachée" [ même réf. livre 1 chapitre 8]
Plus précisément:
"La personne peut annoncer un grand amour d'autrui et avoir comme but principal le bien des autres tout en travaillant simultanément consciemment ou non, à détruire leurs existences et réputations, ou leurs biens. [Toujours chapitre 8]
"A 1.1, nous avons le mensonge, afin d'éviter la véritable communication.*** Ici réside le niveau de l'hostilité cachée, le plus dangereux et le plus pervers de l'échelle des tons. Ici se trouve la personne qui sourit pendant qu'elle vous planté un couteau entre les vertèbres. *** Ici le flatteur insincère qui n'attend que le moment propice pour vous détruire. Ici le niveau du pervers, de l'homosexuel, du tourne-casaque." (même réf.)

"Une telle personne n'a que deux buts: naufrager un maximum de gens, et sauvegarder un maximum de sécurité pour elle-même." (Chapitre 22)

Pour Hubbard et la sciento, on ne peut sous-estimer le danger présenté par les "pervers" homosexuels et lesbiennes ":

"De 1,3 sur l'échelle à 0,6, c'est la zone générale de subversion, zone promettant la liberté et l'égalité aux gens, mais leur ofrrant en fait la destruction des cerveaux les plus valables, des institutions culturelle, afin d'aboutir à la domination totalitaire." [chapitre 27]

Selon Hubbard et la scientologie, la société n'a plus que deux solutions face au danger que représentent les pervers homoseuels et lesbeinnes:

"Aucun ordre social désirant survivre et se perpétuer n'ose regarder en face cette couche de niveau 1.1. Nulle société ne survivra si elle n'en ôte pas ces gens.(Chapitre 13)

Il n'y a pas de place pour les pervers homos et lesbiennes; la scientologie attend le jour où:

"Peut-être viendra-t'il un jour où seules les personnes non-aberrées jouiront légalement des droits civils. Peut-être atteindrons-nous ce but dans un avenir: seules les personnes non aberrées pourraient alors obtenir le bénéfice de la citoyenneté. Ce sont là des buts enviables qui produiront une amélioration sensible de l'aptitude de l'homme à survivre et à vivre heureux." [Dianétique, livre 3, chapitre 10]

Puisque le Dianétique fut publiée en 1950, cette date annoncée serait-elle le présent? Et qui déterminera si quelqu'un est ou non aberré? La Scientologie, bien entendu!

Pour Hubbard et la scientologie, la solution au problème des perverses lesbiennes et des pervers  gays est simple:

"Ces gens devraient être expulsés de la société aussi vite que possible et tous placés dans des institutions, car c'est ici qu'on trouve le niveau de la contagion de l'immoralité et de la destruction de l'éthique" [science de la survie, chapitre 13]

 "L'église" de scientologie "offre" une autre solution: [offre? fait payer jusqu'à 6600 F/heure!]

"L'unique réaction semblerait l'usage d'une mise en quarantaine définitive de ces gens afin d'éviter la contagion de leurs folies et les perturbations généralisées qu'ils apportent dans tout groupe, poussant les autres vers le bas de l'échelle; on peut aussi les "auditer" [leur faire des procédés de scientologie] jusqu'à ce qu'il parviennent à un niveau suffisant de l'échelle des tons pour qu'ils retrouvent une valeur sociale. [même ouvrage, chapitre 21]
M. Hubbard explique que:
"Possédant [désormais ] une science efficace pour manier le problème, une société qui continue à endurer la perversion et tous les effets sinistres et sordides qui en découlent ne mérite pas de survivre."  [Dianétique, livre 2 Chapitre 5]

La scientologie offre donc un choix: les pervers homos et lesbiennes peuvent être évités en les collant en quarantaine ou en les enfermant dans des institutions pour les auditer scientologiquement afin d'augmenter leur "niveau de ton émotionnel" afin qu'ils ne soient plus des "pervers", mais "acquièrent une valeur".

Bien qu'Hubbard et la scientologie - dianétique aient déterminé que les "pervers 1.1" présentent un danger extrème, ils ont également conclu qu'on pouvait facilement venir à bout du "problème", car  avec des tels "pervers":

"Au niveau 1.1 de l'échelle des tons, nous avons atteint la peur alors que s'il grimpe au delà, l'individu démontre divers autres comportements. Si le danger se présente soudain, nous obtiendrons cependant la couardise de sa part." [Science de la survie, chapitre 23]

Finalement, pour tous les gens qui sont en dessous de 2.0 sur l'échelle émotionnelle hubbardienne, L. Ron Hubbard envisage deux solutions supplémentaires:

"Il n'existe que deux solutions pour le maniement des gens situés en deça de 2.0 sur l'échelle des tons émotionnels: ni l'une ni l'autre ne consiste à raisonner avec eux ni à écouter les justifications de leurs actions.
La première consiste à les élever sur l'échelle des tons en nettoyant le trouble d'une partie de leur théta [énergie vitale] au moyen de n'importe lequel des trois bons processus existants. Les vipères sont meilleurs compagnons de lit que les gens situés en dessous de 2.0 sur l'échelle des tons.
Ni leur beauté, ni leur valeur sociale artificielle, ni leurs biens matériels ne peuvent compenser les torts vicieux que créent ces gens aux hommes et femmes sains d'esprit.
La disparition brusque et soudaine de tous les individus occupant les strates inférieures de l'ordre social aboutirait instantanément à une élévation du ton culturel et interromprait la spirale descendante où toutes les sociétés ont pénétré.
Il n'est pas indispensable de produire un monde de "Clairs" [invention hubbardienne signifiant individu parfait, übermensch"] pour obtenir un monde de valeur sociale acceptable: il suffit d'ôter les individus en dessous de 2.0 sur l'échelle des tons, soit en les auditant suffisamment pour les faire grimper au dessus de 2.0, tâche qui n'est pas énorme puisqu'une cinquantaine d'heures suffirait dans bien des cas - bien qu'il puisse en falloir plus de 200 pour d'autres; on peut aussi les mettre simplement en quarantaine de la société.


Un dictateur vénézuélien décida d'endiguer la lèpre. Il constata que la plupart des lépreux de son pays étaient aussi des mendiants. Il se contenta d'arrèter et détruire tous les mendiants de son pays pour en faire disparaître la lèpre. "[Science de la survie]

L'article original a été posté par  Coltice Warrior aux  newsgroups alt.religion.scientology,alt.politics.homosexuality, alt.society.civil-liberty, et alt.homosexuality le 7 mai 1998 via Deja News.

On le trouve en anglais chez: Timberwoof's Den

Krafft-Ebing, psychiatre du début du siècle cataloguait entre autres le cunnilingus [!!] comme perversion, et le décrivait en latin...


La secte tente de faire avaler qu'elle ne serait plus homophobe, et va jusqu'à modigfier les écrits homophobes de son gourou Hubbard. Voici par exemple un passage de la conférence 24 du PDC, 9 décembre 1952.

Le management actuel de la secte criminelle a ôté le passage homophobe. Mais empèche les homosexuels de passer les niveaux "supérieurs" de la secte.


Version originale Hubbardienne de cette conférence:

".../... Vous avez un moment, vous regardez dehors, et là, il y a Bill. Dès qu'il sort de sa voiture, et avant que vous ayez le temps de faire quoi que ce soit d'autre, vous attrapez le gars et vous le réveillez, vous lui dites "T'es encore Bill, va à la Mairie, et demande une licence de mariage. Tu y vas de suite, tu demandes ta licence pour te marier. Vas-y, dès maintenant, etc...

Et voilà que le gars se rend compte, et il vous dit "Oui, tu sais, je commence à me demander comment va ma tête. Hier, je suis allé demander à me marier, mais je ne connais pas la moindre fille!


Ca se passait à Hollywood, et bien entendu, aucun des gars d'Hollywood ne s'iontéresserait aux filles.../..."

Dans la version 1991 de cette bande, cette phrase a été intégralement effacée (mais on la trouve intacte dans la version 86, et à la page 78 de la transcription écrite de 1986).


back

Retour sous index correspondant à ce type de texte :généraux

Retour Webpage