LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Quand "Helsinki" ne défend plus les Droits de l'Homme, mais les droits de la scientologie (Helsinki federation for human rights)

Lettre ouverte à Aaron Rhodes, président de la fédération d'helsinki, suivie d'un article sur sa lettre au gouvernement français


Cher Monsieur le Président,


Avant de vous en prendre une fois encore aux tentatives françaises de venir à bout de quelques mouvements qui ne cessent de toute évidence de violer les droits civils de leurs membres - la scientologie en particulier - j'imagine que vous auriez gagné à faire analyser par vous-même le projet de loi français, devenu loi en vigueur depuis.

En effet, nos propres associations de défense des droits de l'homme, à l'exception de l'association bidon créée par la secte criminelle scientologie elle-même, n'ont pas estimé qu'il y ait sujet à soulever une tempète auprès des législateurs français ni de s'opposer à cette loi. Seuls quelques responsables religieux ont réagi timidement, se demandant s'il n'y avait pas de risques de débordements. Ils étaient eux-mêmes agités par les promesses de cataclysme répandues par les scientologues et leurs alliés, le malhonnète avocat Introvigne (CESNUR) en tête.

Je pense que vous comprenez notre point de vue; de surcroît, il est bien évident que si la fédération d'Helsinki - qui est somme toute européenne - écoutait un peu moins les théories de certains amis des sectes criminelles aux USA, ce genre de discussion n'aurait pas même commencé. Je trouve inacceptable ces liens entre quelques politiciens américains, la secte, et le sordide espionnage individuel et industriel qui viole nos droits civils à la privauté.

Noublions pas en effet que les USA viennent de predre leur représentant au siège des droits de l'hjomme à l'ONU, tandis qu'à la même élection, la France était plebiscitée avec 98 % de votes. Et ce n'est pas sans raison, puisque les Etats-Unis appliquent toujours la peine de mort, qu'ils sont les seuls au monde à n'avoir pas signé la Convention Internationale des Droits de l'Enfant, et qu'ils s'entètent à ne pas signer l'abolition des Mines anti-personnel, ou à refuser la Cour Internationale de Justice.

Et comme vous le rappelez en effet, si vos fédérations voulaient bien ne pas accepter de financements de groupes criminels... ce serait mieux.


Veuillez agréer, Cher Monsieur Rhodes, mes salutations distinguées.


Roger Gonnet




Vienne, le 15 juin 2000 (AFP) - La Fédération Internationale d'Helsinki pour les Droits de l'Homme basée à Vienne a répondu mardi aux accusations d'un officiel français de la lutte anti-sectes, sur le fait que la fédération avait été infiltrée par l'Eglise de Scientologie.

La IHFHR [International Helsinki Federation for Human Rights] a refuté cette accusation et a réitéré ses critiques quant aux tentatives françaises d'instaurer une loi contre les sectes.

L'édition du Figaro de mercredi faisait part d'un entretien avec l'officiel du gouvernement français pour la lutte anti-sectes, Alain Vivien, au cours duquel il insinuait que la IHFHR s'était compromise.


La IHFHR "semble aujourd'hui être passée aux mains des scientologues et peut-être même d'autres organisations internationales" déclarait Vivien, qui est le Président de la Mission Interministérielle de Lutte contre les Sectes (MILS).

"Ceci explique les critiques virulentes envers la France, (qui est) accusée de discrimination religieuse" a-t-il ajouté.

Dans une lettre adressée à Vivien mardi, le Directeur executif de la IHFHR, Aaron Rhodes, déclarait son "étonnement" face à cette accusation.

Il écrivait qu'il "était très embarassé pour Vivien et pour les citoyens français, par les méthodes de délation employées qui nous rappellent celles utilisées par les régimes totalitaires des pays sous-développés."

Dans sa lettre, Rhodes a admis que le bureau de Moscou avait reçu des fonds provenant de la Scientologie afin d'imprimer des prospectus pour la liberté de religion, mais il a ajouté qu'il n'avait jamais tenté de dissimuler la source de ce financement.

Le bureau de Moscou aurait été mieux inspiré s'il avait refusé ce financement, "afin d'éviter des réponses insultantes et pleines d'insinuations telles que la vôtre" a-t-il ajouté.


"La Russie et la France ont une approche des religions non-traditionnelles, qui contrevient aux obligations internationales" ajoute-t-il dans sa lettre.


"Nous craignons que la législation que vous proposez ne puisse être compatible avec la notion de pluralisme religieux digne d'une société démocratique" a ajouté Rhodes.

C'est pourquoi la IHFHR a condamné la loi en question.

Le texte de la proposition de loi, qui est passé mercredi devant le Comité Parlementaire, sera soumis au vote par l'Assemblée Nationale la semaine prochaine.

La proposition de loi donnerait aux tribunaux -- et pas seulement au gouvernement -- le droit d'interdire certaines sectes qui auraient été condamnées plus de deux fois par la justice.


Les scientologues ont été condamnés lors de deux différents procés en France ces dernières années: l'un en 1996 à Lyon et l'autre à marseille en 1999.

Dans sa lettre, Rhodes a décrit les propositions comme étant répressives. "Cela s'oppose au droit à la liberté d'association, d'expression, à la liberté religieuse et à la liberté de conscience".

Cela met également en danger le droit des minorités et fait naître des préjugés qui sont incompatibles avec le respect de ces droits, a t-il ajouté.

La IHFHR est une organisation non-gouvernementale comprenant 39 commissions basées à Helsinki.

Son mandat consiste à s'assurer du respect des Accords d'Helsinki sur les Droits de l'Homme. C'est à partir de cet acte qu'avait été fondée l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération Européenne (OSCE).

Aux Etats-Unis, les membres de l'Eglise de Scientologie ont appelé mercredi le Congrès US à dénoncer ce qu'ils qualifient de discrimination religieuse ayant pour cible leur Eglise, dans plusieurs pays européens.

Au début du mois, le président de l'Eglise de Scientologie Internationale, Heber Jentzsch, a condamné un raid de la police française sur le quartier général de l'Eglise de Paris, comme une "évidente action de rétorsion" contre leurs activités "pro-religieuses".

La Scientologie a été repertoriée comme une secte dans de nombreux rapports du gouvernement français.


Ma Lettre Ouverte (résumé) à Aaron Rhodes



english part:


Dear Sir Rhodes,


Before having once again attacked the french positions, positions taken to put an end to criminal activities of some few movements violating their own members human rights [scientology criminal maffia being the first and foremost], you could have been well inspired to take a real look at such projects or bills.

Indeed, our own french associations of Human Rights like the French League for HRs have determined that there was no reason to think that this law could impede any human right, neither, that it was a reason to start attacking our government or legislators because of this project - which is now applicable anyway. It is obvious that the *faked* associations of "human rights" created by scientology have a different advice. It's their right, but they have just been 'slapped' writtenly by The League for HRs.

Only few religious respectable executives have had shy reactions about the law bill, since they were agitated since years by the scientology allies and accomplices, who were promising to every religion some form of cataclysmic effects from this law. The other ones having had strong reactions are criminal cults associates, like the dishonest attorney Introvigne, from the CESNUR.

I'm sure you can understand my viewpoint.

Moreover, it is very evident that if the Helsinki Federation, which is mainly an european group, could stop to take some of its orders or opinions regarding human rights from a country which has just lost its representant on the United Nation Human Rights Committee, namely, the United States of America, it would indeed be better for european human rights. (Reminding: France got 98% positive votes at the same election).

Don't forget, Sir Rhodes, that USA still apply the death penalty, still refuse to admit any International Court of Justice, and still refuse to sign up (only ones to do so) the International Convention for Childrens Rights or the one about personal mines.

Worse, they want to reinforce their nuclear or anti-nuclear weapons. And the scientology criminal system is indeed a bit too much mixing its own interests with those of some USA politicians, a domain where private and industrial sordid espionage is only linked to the sordid violation of our human rights to privacy.

And Helsinki Federation certainly, as you said yourself, should stop being financed by organizations whose human rights behaviour is criminal, scientology being the worse.


Sincerely yours,

Roger Gonnet


(the letter from Rhodes to which I am reacting)

AFP, via the Free Republic, via News Plus

Vienna, June 15, 2000 (AFP) - The Vienna-based
International Helsinki Federation for Human Rights hit
back Thursday at accusations by a French anti-cult
official that it had been infiltrated by the Church of
Scientology.

The IHFHR denounced the charge, and repeated criticism of
moves in France to introduce a law against cults.

Wednesday's edition of France's Le Figaro newspaper
carried an interview with the government's leading anti-
cult official Alain Vivien, in which he suggested the
IHFHR had been compromised.

The IHFHR "seems today to have passed into the hands of
Scientologists and perhaps other transnational
organisations," said Vivien, who heads up France's
Interministerial Committee for the Struggle against Cults
(MILS).

"That explains the virulent criticism of France, (which
is) accused of religious discrimination," he added.

In a letter to Vivien on Thursday, IHFHR executive
director Aaron Rhodes declared his "astonishment" at the
charge.

He was, he wrote, "embarrassed for you and your fellow
French citizens by your recourse to methods of
denunciations and insinuations that remind us of those
sometimes used by totalitarain and backward regimes."

In his letter, Rhodes acknowledged that its Moscow office
had received funding from Scientology to print a leaflet
on religious freedom, but said the group had never sought
to hide the source of the funding.

The Moscow office would have been better advised to have
refused the funding, "to avoid abusive and insinuating
responses such as your own," he added.

"Against non-traditional religions, Russia and France
have an approach that contravenes their international
obligations," the letter continued.

"We fear that the legislation that you are proposing
could not easily be judged compatible with the notion of
religious pluralism in a democratic society," Rhodes
added.

That was why the IHFHR condemned the proposed law.

The text of the proposed law, which was passed by a
parliamentary committee on Wednesday, will go before the
full National Assembly next week.

The proposed law would give the courts -- and not just
the government -- the power to break up cults that have
been convicted at least twice in the courts.

Scientologists have been convicted in two separate trials
in France in recent years: at a trial in 1996 in Lyon and
another in Marseille in 1999.

In the letter, Rhodes described the proposals as
repressive. "It goes to the heart of the right of freedom
of association, expression, of religion and of was
conscience."

It also endangered the right of minorities and embodied
prejudices that were not compatible with respect for
rights, he added.

The IHFHR is a non-governmental organisation uniting 39
Helsinki Committees.

Its mandate is to monitor compliance with the 1975
Helsinki Final Act on human rights, out which was formed
the Organisation for Security and Cooperation in Europe
(OSCE).

In the United States Wednesday, members of the Church of
Scientology called on the US Congress to denounce what
they claimed was religious discrimination targeting their
church in several European countries.

Earlier this month, the president of the Church of
Scientology International Heber Jetzsch condemned a raid
by french police on the group's Paris headquarters as
"flagrant retaliation" against its "pro-religious"
activities.

Scientology has been listed as a cult in a number of
French government reports.





back

Retour sous index correspondant à ce type de texte :apologistes

Retour Webpage

Recherche? MAIL