LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

 Témoignages devant le Comité du Congrès US en faveur de la "tolérance religieuse". De hauts fonctionnaires US impliqués.

D'emblée, faisons observer que seuls des témoins "à charge" sont retenus par ce "comité" institué par une loi US destinée à sanctionner des pays qui ne respecteraient soi-disant pas la tolérance religieuse façon US. Certains, comme le Rd. N.J.L'Heureux, sont directement liés à la scientologie (sans être forcément scientologues). D'autres, comme Jeremy T. Gunn, ont ressenti un affront lorsque M. Vivien a presque refusé de les recevoir, sachant évidemment d'avance (c'est mon opinion que j'exprime ici) qu'ils étaient là pour tenter d'établir un "dialogue" entre scientologues et la MILS... Aucun des témoins choisis à dessein par le comité du Congrès US n'est neutre ou opposé aux sectes criminelles.

J'ai choisi à la traduction le pire des témoignages, aussi le plus long, préparé par quelqu'un qui a vécu en France, Jeremy T. Gunn.


On se souviendra du peu de fiabilité de la composition des anciennes "auditions" du même organe US à la solde des sectes, quand on sait qu'avaient été reçus en 1998 des gens comme Massimo Introvigne, l'apologiste ultra-droite, l'inconnu belge Willy Fautre à la solde des sectes, et le "pasteur" Demeo d'une soi-disant église baptiste, mais non reconnue par les baptistes officiels.

TEMOIGNAGE PREPARE DU DR. T. JEREMY GUNN DEVANT LE COMITE DES RELATIONS INTERNATIONALES DU CONGRES USA




SUJET - " DISCRIMINATION SUR LA BASE DES RELIGIONS ET DES CROYANCES EN EUROPE DE L'OUEST"

MERCREDI 14 JUIN 2000


En 1939, Felix Chevrier arrivait à la petite ville de Chabannes dans la Creuse, pour rénover un château abandonné pour y héberger et éduquer des enfants réfugiés juifs d'Europe de l'Est.
1 L'orsque le bruit de l'arrivée de Chevrier se répandit, la France possédait une réputation considérable et méritée de fournir un toit aux éxilés étrangers. Mais dans l'année qui suivit l'ouverture de l'école à Chabannes, la France elle-même tomba victime des occupants étrangers. Fin 40, la zone nord de la France était sous contrôle nazi. La zone sud était sous juridiction du gouvernement de Vichy, localisée à moins de 100km de l'école de Mr Chevrier. [ nous voici d'emblée dans l'atmosphère nazie, comme celle choisie par les scientologues pour les allemands trois ans auparavant: ce sont déjà les gros sabots de M. Gunn qui sonnent sur les pavés d'une France qui se défend contre l'envahisseur, comme... les indiens d'Amérique se défendirent des "blancs" qui, au 17e siècle supprimeraient presque entièrement leur "race".]

Alors que M. Chevrier et les bonnes gens de Chavannes risquaient leur vie pour sauver les enfants réfugiés, le gouvernement de Vichy envoyait la police dans les villages de France pour y arrêter les juifs. En octobre 40, le gouvernement de Vichy publiait une loi définissant les juifs et leur interdisant de tenir certains emplois, y compris des postes du gouvernement, de la justice, de l'armée, de la presse et de l'enseignement. La loi s'est étendue pour empêcher les juifs de s'engager dans la plupart des formes de commerce.
2 Ces décrets furent publiés contre les juifs non parce qu'ils avaient été découverts coupables de crimes. Ils étaient condamnés en tant que groupe simplement parce qu'ils appartenaient à ce groupe. C'est une logique particulière de préjugés. Elle ne demande pas qu'on soit coupable individuellement, elle exige seulement qu'une personne soit membre de la classe condamnée. [les scientologues se sont déjà fait remettre à leur place par les juifs et par l'ONU lors de leurs accusations de nazisme envers le gouvernement allemand, mais Gunn remet cet argument effarant sur le tapis, sur le dos de la France cette fois.]

Le gouvernement de Vichy fut finalement responsable de l'arrestation, du transport et de la livraison aux nazis de dizaines de milliers de juifs européens, aussi bien français qu'originaires d'Europe de l'Est. Par contraste, tous les enfants sauf quatre, parmi les 400 enfants juifs de l'école de Mr Chevrier, survécurent à la guerre.

L'un des collègues de M. Chevrier, le Dr. Meiseles, avait traité des enfants dans les camps de concentration français avant d'arriver à Chabannes. Il écrivait en 1942: "Examiner les enfants de Chabannes après avoir éxaminé les enfants en camps de concentration, c'est se rendre compte de la triste période où l'on observe les deux visages de la France. Le véritable visage ici est à Chabannes, où M. Chevrier travaille avec un tel succés à soigner les crimes des autres."

Malheureusement, la France, comme tous les pays dans le monde -- y-compris les Etats-Unis -- a deux visages: le visage du courage et de la tolérance et le visage du préjugé et de la discrimination. Le visage de la France représenté par Mr Chevrier ne voyait pas les juifs comme un groupe condamnable mais comme des individus. L'autre France entreprenait des mesures "légales" contre des gens sans avoir besoin d'une preuve quelconque de leur antipatriotisme, de leurs actes d'escroquerie ou du tort qu'ils faisaient à leurs enfants. Peut-on encore voir les deux visages de la France?

Survol de la situation en Europe Occidentale.


Plusieurs obstacles se dressent, dans de nombreux pays d'Europe, face à la liberté reconnue de religion et de croyance. Bien que j'aimerais en discuter dans la mesure où le temps le permet, il est tout d'abord important de reconnaître que comme dans d'autres endroits du monde, les gouvernements et les peuples de l'Europe de l'Ouest croient généralement au rôle de la loi et aux droits de l'homme. On peut porter à leur crédit le fait que, virtuellement, tous les états d'Europe ont ratifié la Convention Européenne des Droits de l'Homme, et que les gens de ces pays ont choisi d'amener des plaintes devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme.
5 La Cour Européenne Des Droits de l'Homme est apparue depuis 1993 comme un champion de la liberté de croyance et de religion. Je crois qu'il est très probable qu'en définitive, les problèmes de discrimination sur la base de la religion et de la croyance auxquels font face les états d'Europe de l'Ouest actuellement, finiront par être correctement règlés par la Cour Européenne. (J'ajouterai que les plus fiables des défenseurs des droits des minorités religieuses dans les pays européens ont généralement été les tribunaux.) Je crois aussi fermement que le bon visage de l'Europe finira par prévaloir -- avec ou sans aiguillonage de la part des Etats-Unis. [devons-nous vraiment remercier des gouvernements qui agissent en ennemis de notre économie et de nos droits à la différence, pour cet 'aiguillonage' dont le terme en dit long sur la façon dont Gunn envisage de convaincre la France?]

Bien que désormais, je vais m'occuper essentiellement des problèmes des nouveaux mouvements religieux (nommés péjorativement par leurs opposants par les mots de "sectes"), ce comité ne devrait pas avoir l'impression que c'est le seul, ou même qu'il s'agit du plus important des obstacles à la liberté de religion et de croyance.
6 Sans essayer pour autant de classer par ordre les difficultés, les trois autres problèmes concernés et liés, de liberté de religion et de croyance en Europe de l'Ouest sont: d'abord l'incorporation des musulmans dans la société, deuxièmement les lois qui établissent des discriminations parmi les religions, et troisièmement, les attitudes sociétales d'intolérance (y-compris l'antisémitisme). [on verra toutefois que cet appel aux juifs n'est que lettre morte au lecteur: seule la scientologie et, en alibi, les témoins de Jéhovah, vont désormais intéresser Gunn. Qu'il fasse des paragraphes sur la foulard islamique n'a visiblement aucune importance pour lui; il ne connaît manifestement rien au problème et ne fait que le survoler pour faire passer la suite.]

1. les Musulmans.

Dans de nombreux pays d'Europe de l'Ouest, les musulmans constituent maintenant la seconde ou la troisième des religions. Dans le monde entier, ils sont près d'un milliard. Comme pour les Etats-Unis, les Musulmans n'ont pas été complètement intègrés et souffrent d'un préjugé populaire et de stéréotypes. La commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI), opérant sous l'égide du Conseil de l'Europe a récemment rapporté que les préjugés contre les communautés musulmanes (c'est à dire l'islamophobie), démontraient une tendance troublante à la violence, au harcèlement, à la discrimination et à des attitudes généralement négatives ou des stéréotypes.7 Les attitudes sociétales affectent les Musulmans, particulièrement en ce qui concerne la discrimination à l'emploi, l'absence de possibilité de pratiquer leur religion au travail et à l'école, la discrimination contre les jeunes musulmanes quant à porter leur foulard à l'école et l'incapacité d'obtenir une reconnaissance légale de leur communauté de culte (voir ci-dessous). Un échec à traiter correctement et créativement ce problème finira je pense par amener de grandes difficultés domestiques et internationales. [Gunn se gardera bien de dire que les quelques peuplades extrémistes "musulmanes" sont très ennemies de son propre pays, le "Satan US", bien davantage que de la France, qui entretient globalement de bosn rapports avec la très grande majorité des pays musulmans depuis des décennies. Doit-on pour autant émettre des opinions internationales OFFICIELLES déclarant que les Etats-Unis pratiquent une énorme discrimination religieuse? Je ne le pense pas. Ces opinions doivent rester le fait de particuliers comme moi, qui peuvent se permettre d'annoncer clairement ce qu'ils pensent de certains aspects du gouvernement US sans que cela crée d'incidents diplomatiques!]

2. Les lois discriminatoires


Reflétant par-là une expérience historique très différente de celle des Etats-Unis, nombre des pays d'Europe ont des lois qui fournissent des bénéfices significatifs à certaines religions, alors qu'ils sont refusés à d'autres. Ceci inclut des profits tels que des statuts d'exemption d'impôts, le paiement de salaires du Clergé, ou des enseignements religieux, le paiement des salaires aux religieux des écoles publiques et l'accés de leur clergé à des institutions telles que militaires, hospitaliaires et pénitentiaires. Actuellement, bien qu'il y ait des raisons fermement ancrées historiques pour cette discrimination légale, je partage l'idée de mes collègues européens qui défendent ces lois, en raison de leurs racines historiques. Mais de la même façon que le passé ne peut être utilisé pour défendre la discrimination actuelle sur la base de la race ou du sexe, aussi ne devrait-il pas être utilisé pour établir de discrimination sur la base de la religion et de la croyance. Les traîtés internationaux sont assez explicites en interdisant la discrimination sur la base de la religion.
[Aux Etas-Unis, il est vrai, on peut aller jusqu'à fournir une exemption d'impôt injustifiée et anticonstitutionnelle à un système commercial criminel plusieurs fois condamné jusqu'en Cour Suprème des Etats-Unis, et considéré là-bas comme une entreprise commerciale douteuse durant 35 ans, dont les plus hauts dirigeants ont fait l'objet de condamnations criminelles pour conspiration contre l'état.

Par ailleurs, il n'est pas non plus forcément simple aux associations américaines se prétendant religieuses d'obtenir le statut d'exemption excessivement avantageux - bien plus qu'en Europe, preuve en est la Scientologie, qui mena 35 ans de guerre à outrance anti-IRS avant de l'obtenir injustement par des moyens on ne peut plus condamnables, dans un deal secret très contesté et désavantageant fortement toutes les autres religions américaines.]

Les gouvernements européens exigent fréquemment des religions qu'elles aient une organisation très étendue dans le pays pour pouvoir être reconnues par l'état. Bien que ceci ne présente pas de problème pour des églises organisées hiérarchiquement telle que le Catholicisme romain, cela représente un problème pour des corps religieux qui opèrent traditionnellement, indépendamment les uns des autres, telles que les églises Chrétiennes Congrégationelles ou les Mosquées Islamiques.

3. Les attitudes sociétales


Il y a cinq ans, alors que j'étais jeune, naïf et avocat en activité, je croyais que la clé pour résoudre les problèmes de discrimination religieuse en Europe, consistait à amender les lois discriminatoires. Bien que je ne sois peut-être pas plus sage désormais, j'en suis néanmoins venu à croire que le coeur du problème se situe dans les attitudes sociétales discriminatoires. Bien que les lois et attitudes discriminatoires, sans aucun doute, se renforcent réciproquement, ce sont ces attitudes qui en portent la responsabilité principale. L'ECRI, après avoir découvert la discrimination envers les Musulmans dans son plus récent rapport note également une intensification de l'étendue des idées antisémites... La dissémination de matériaux antisémites augmente.8

Discrimination contre les nouveaux mouvements religieux


Le mouvement anti-sectes est l'un des domaines ayant de plus en plus attiré l'attention en Europe au cours des quelques dernières années . Le mouvement anti-sectes avait observé avec inquiétude la prolifération de petits groupes de croyance religieux qu'il décrivait sous le terme de "sectes". Il y a nombre de ces groupes privés, dont certains reçoivent des subsides gouvernementaux, qui sont de plus en plus actifs pour mobiliser l'opposition aux "sectes". 9

La naissance du mouvement anti-sectes peut être attribuée à l'horrible massacre de suicide en masse de Jonestown au Guyana, ou périrent plus de 900 personnes.
[mémoire déformante de M. Gunn: il y eut aussi de nombreux meurtres dans cette tragédie, dont celui du député américain Leo Ryan envoyé en Mission par le congrès et de trois autres personnes l'accompagnant, dont un journaliste, sans compter des centaines d'enfants qui n'ont certes pas choisi le suicide en toute connaissance de cause. Ces "oublis" sont particulièrement révélateurs de la part de quelqu'un dont les amis scientologues ont de surcroît osé voler le nom de Leo Ryan, député US, pour piéger de nouveaux "adeptes", et ce, au moment où il témoigne justement devant une commission du Congrès US.] D'autres évènements sensationnels ont démontré la gravité du problème tel que les mouvements anti-sectes le voient: l'empoisonnement au gaz sarin à Tokyo, les suicides du temple Solaire au Quebec, e France et en Suisse, ceux du Heaven's Gate à Los Angeles en 1997, et le récent suicide-meurtre en série d'Ouganda [rien ne prouve qu'il y ait eu aucun suicide dans cette dernière tragédie]. De plus, le mouvement anti-sectes désigne des cas moins dramatiques où il est question de sectes impliquées dans des escroqueries, lavage de cerveau, abus envers des enfants, promiscuité sexuelle et méthodes de recrutement trompeuses.

Avant de critiquer certaines des tactiques et méthodes communes au mouvement anti-sectes, je désirerais en premier lieu accuser réception au fait qu'il y a des gens bien intentionnés dans ces mouvements et que nombre des problèmes identifiés sont réels. Il y a des individus et groupes qui font mauvais usage du mot "religion" pour cacher des activités frauduleuses. Il en existe aussi qui se servent du voile de la "religion" pour manipuler d'autres êtres humains de façon nocive. Bien des anciens membres des nouveaux mouvements religieux ont d'amers ressentiments d'avoir été trompés psychologiquement et financièrement par ces mouvements. Ces problèmes existent, il ne faut pas les ignorer. Il existe beaucoup de bénévoles du mouvement anti-sectes qui consacrent temps et ressources à des gens ayant vraiment besoin de leur aide.
[Nous ne serons pas surpris de constater que la scientologie et d'autres sectes coercitives ne soient pas citées par Gunn; ces louanges relatives aux bénévoles de l'anti-sectarisme annoncent le pire, comme nous l'allons voir plus loin à propos de M. Vivien.]

Hélas, l'une des caractéristiques saillantes du mouvement anti-sectes, en particulier son côté public - en est venue à promouvoir la discrimination et l'intolérance envers un vaste ensemble de mouvements. Ce qui était à l'origine intentions pures et nobles buts est de plus en plus entaché d'attaques ad-hominem et d'une analyse vaseuse des faits. [nous verrons que M. Gunn y va aussi des attaques ad-hominem]. Ces raisonnements erronés conduisent inévitablement et tristement à une discrimination publique étendue de la part du gouvernement sur la base de la religion et des croyances. [Raisonnement erroné de M. Gunn: c'est ainsi que le gouvernement français, en dépit de la montée d'une discrimination raciale assez évidente de la part de membres de groupes politiques extrémistes importants -15 % des électeurs -, a au contraire pris des mesures législatives pour endiguer le flot et les effets nuisibles du racisme, et que plusieurs ténors politiques ont été condamnés à la suite de ces lois.]

Le problème de discrimination le plus grave d'Europe de Ouest se situe en France. 10 En 1998, le gouvernement a créé une agence nommée -sans subtilité- la Mission Interministérielle de Lutte contre les Sectes, ou "MILS", désormais sous l'égide de l'ex-ministre Alain Vivien. L'actuel Ministre de la Justice a expédié des circulaires engageant les procureurs à plus d'activité dans leur travail à l'encontre des "sectes". Au cours des années précédentes, l'Assemblée Nationale avait émis des rapports préjudiciables péjoratifs, qui sont étonnamment peu scientifiques.
[Engageons les lecteurs à lire et comparer la scientificité des rapports français avec celle des rapports des députés américains, qui sont encore bien moins scientifiques et mélangent des problèmes, des faits isolés individuels et des faits racistes avec des faits religieux, sans compter l'incompréhension parfois avouée des législations spécifiques appliquées, etc.] Des projets de lois largement publicisés réclament des mesures de plus en plus sèvères à l'encontre des "sectes". Les militants des groupes anti-sectes publient des documents aggressifs. Bien que le gouvernement français pourrait utiliser son influence considérable pour promouvoir la tolérance et calmer les passions de ces groupes, il a au contraire choisi, c'est la Commission suédoise qui le dit dans son rapport de 1998, de faire "cause commune" avec les groupes anti-sectes. 11 (J'aimerais faire observer ici qu'on a néanmoins observé des signes encourageants de changement d'attitude de la France, et je développerai cet aspect plus loin).

Je vais décrire le problème du mouvement officiel anti-sectes en France afin d'illustrer le fait que le souci légitime du bien-être humain peut s'amenuiser et faire prendre des mesures illogiques et discriminatoires. Bien que les problèmes français soient similaires à ceux rencontrés ailleurs en Europe, les méthodes et l'illogisme en sont similaires. J'identifierai deux caractéristiques liées quant aux méthodes préjudiciables ayant pénétré certains officiels et institutions françaises. La première est le langage de préjugé, la seconde, l'illogisme de la méthodologie du préjugé.

1. Le langage du préjugé. Celui-ci se sert de termes péjoratifs pour faire appel à la partialité de celui qui l'entend, comme substitut à l'analyse réfléchie. [bel exemple de "politically correct"; nous pourrions désormais appeler "longs animaux sans pattes" les serpents, car "serpent", c'est souvent péjoratif.] Le terme le plus couramment utilisé par l'activiste [activiste: terme fréquemment utilisé péjorativement...] est bien sûr le mot "secte", qui joue son rôle parmi les épithètes raciaux péjoratifs. 12 La commission d'Enquète allemande, dont la tâche démarra par une attaque des "sectes" a finalement conclu que le terme était péjoratif et ne devait plus être utilisé. 13 [M. Gunn omet de compter le nombre de fois où le terme secte est utilisé, y compris par lui-même, que ce soit ou non entre guillemets. Preuve s'il en faut que le terme est fort bien compris et d'usage général; par ailleurs, si M. Gunn suppose que ça changera le contenu et les crimes scientologues ou moonistes ou Hare-Khrishniens de les requalifier en "NRM" ou "psychogroupe" comme les allemands, je veux bien changer de suite ma façon de nommer cette... secte.] Le rapport suédois se sert du terme "nouveau mouvements religieux" et abjure le terme secte. [si M. Gunn connaissait bien le rapport français et les sectes, il constaterait l'ineptie de cette appellation pour des mouvements n'ayant aucune prétention religieuse, mais se trouvant néanmoins sur la "liste" française -ou belge-, certains la refusant même nettement; c'est là bien une preuve de plus que seules quelques fausses religions veulent obtenir le nom sésame".]

Le langage de préjugé utilise des termes péjoratifs afin d'écarter les opposants idéologiques. Une tactique dont se servent certains membres du mouvement anti-secte consiste à accuser leurs opposants idéologiques d'être membres (ou compagnons de route) du groupe décrié. J'ai personnellemnt été témoin de cette malheureuse tactique.de la part du Président de la MILS en personne à l'encontre d'un membre officiel de la délégation US en visite en France.


En avril 1999, j'étais membre d'une délégation de trois personnes expédiée en Europe sur demande de l'Office pour la Liberté Religieuse du Département d'Etat US. Nous avions convenu d'un rendez-vous avec le Président de la MILS. Mais peu avant la réunion, l'ambassade US de Paris nous signalait qu'il avait décidé de ne pas nous recevoir car l'un de nous était affilié à l'église de scientologie. Je ne suis pas scientologue et je savais que les deux autres praticipants, le Dr David Little, désormais professeur à l'école de théologie d'Harvard et membre de l'institut pour la Paix, et Mme Karen Lord, conseil pour la liberté religieuse à la commission du congrès d'Helsinki, n'étaient pas scientologues. Après divers appels via l'Ambassade, le Président décidait finalement de nous rencontrer.
[ le refus ne touchait pas les trois membres, mais seulement, et par erreur, Madame Lord. Des renseignements incomplets semblent en être la cause.]

M. Gunn tombe fort mal par ailleurs, car je n'hésite par exemple pas à prendre contact, en tant "qu'activiste", avec les scientologues ou leurs amis; mais en dehors de leurs tentatives de me couper la parole en débat public, ou de me faire virer de leurs réunions publiques, les scientologues font tout ce qu'il peuvent pour éviter leurs critiques, ne prenant jamais contact avec moi si ce n'est pour me menacer de plaintes judiciaires. Ils vont même jusqu'à contraindre leurs adeptes à utiliser un logiciel internet leur coupant automatiquement l'accès à toute discussion critique!]

Alors que nous étons présentés au Président, il fit observer qu''il "connaissait déjà" qui était Madame Lord et qu'il n'était pas nécessaire de la lui présenter. Ensuite, répondant à une question de Mme Lord, le président disait qu'il ne lui répondrait pas, mais répondrait au "chef" de la délagation. Quelques jours après l'entretien, le président de la MILS expliqua qu'un des membres de la Commission US était scientologue, affirmation qu'il répéta à plusieurs reprises.14 Lorsqu'il l'a dit aux médias, on ne lui a semble-t'il pas demandé de prouver cette allégation.

En un mot, l'affirmation de M. Vivien est fausse. Je suis certain qu'il ne pourra pas la prouver. Je le défie d'en donner la preuve, sinon, qu'il s'excuse auprès de Mme Lord et des Etats-Unis. Je pense que ce serait une idée excellente pour les média français et pour le gouvernement français d'insister que M. Vivien prouve son affirmation ou la retire.
[Observons ici que le gouvernement français a été gravement insulté par certains membres du gouverement US, qui n'ont pas exemple pas hésité à comparer la France à la Roumanie sous Ceaucescu... mais ne se sont pas excusés de leur grossièreté en dépit de ma demande motivée. Deux poids, deux mesures?]

Le sujet le plus important n'est cependant pas que M. Vivien ait fait cette erreur destinée à discréditer Mme Lord, le Département d 'Etat ou les efforts des Etats-Unis en faveur de la liberté religieuse. L'important ici, c'est que sa façon de répondre aux questions à propos de la discrimination l'usage d'affirmations fausses, non-informées, provocantes afin de discréditer des personnes ou des groupes. Si le président de la MILS tient à annoncer au monde de telles affirmations incorrectes au sujet d'un membre d'une délégation officelle US, on peut très bien imaginer ce qu'il pourrait faire aux membres des petites religions et groupes de croyance en France. Les gouvernements devraient s'occuper de promouvoir la tolérance, et non d'énoncer des allégations fausses quant aux croyances des gens dans le but de les discréditer.

Cette attaque ad-hominem n'est pas une aberration; c'est hélas devenu un outil rhétorique normalisé destiné à discréditer ceux qui croient que le mouvement anti-sectes va trop loin. Par exemple:

Dans son rapport annuel, la MILS a écarté les témoignages de trois experts qui avaient été invités à témoigner devant une réunion supplémentaire de l'OSCE sur la liberté religieuse à Vienne, le 22 mars 1999, en disant que la France "était critiquée par certaines sectes qui avaient été impudemment admises à participer aux réunions par des officiels du Bureau des Institutions Démocratiques et des Droits de l'Homme, ou par des personnes affiliées à la commission du congrès US d'Helsinki."15
[lorsque des gens sans neutralité se disent experts et sont payés par les groupes qu'ils défendent ou par la Commission partiale qui s'occupe de la religion au parlement US, ou par les amis acquis à la cause sectaire on n'a aucune raison d'accepter leurs "rapports"; le meilleur exemple est M. Introvigne, dont le site Internet ne contient pas la moindre trace d'une critique de la scientologie, à l'exemple du "témoignage" de Gunn]

- Quand on demanda au président de la MILS récemment de répondre aux critiques faites par le chef de l'Ecole Pratiques de hautes Etudes qui disait que la MILS devenait "hystérique", il répondit en disant: "l'accusation d'hystérie est typique du langage de la scientologie". 16
[c'est le cas; quoique Introvigne l'utilise également... et que les autres mouvements criticables s'y soient mis de concert]

- Lors du débat d'un projet de loi anti-sectes au parlement, un sénateur français annonçait récemment "Le Departement d'Etat américain compte parmi ses membres des adeptes de la scientologie" 17

- Un membre anglais de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, qui avait parlé en faveur de la non-discrimination, fut décrit dans le rapport de la MILS comme étant "un adepte de la scientologuiie, selon les rapports". 18
[il s'agit en effet de Lord Mc Nair, qui ne cache pas son appartenance, et M. Gunn le sait - à moins que les scientologues ne le lui aient caché]

- Le président de la MILS a récemment, et sans fournir de preuves, prétendu qu'un scientologue (non nommé) avait infiltré le cabinet d'un ancien président de la République (non nommé) et qu'un autre (non nommé) scientologue avait tenté "d'infiltrer" la police judiciaire. 19
[les preuves sont archi-connues en France, depuis le livre "Une Secte au Coeur de la République", sorti il y a plus de dix ans]

Ce langage de préjugé s'observe aussi dans l'usage de termes comme "infiltration" pour décrire l'usage (réel ou imaginaire) d'un membre de "secte" dans un office gouvernemental ou dans les affaires. 20 Tandis que les membres de l'église catholique ou de l'église réformée enseignent à l'école ou travaillent pour Electricité de France, ils sont "employés". S'il s'agit de membres des groupes attaqués, ils sont alors "infiltrés". Ce n'est pas là le langage de la raison ou d'une analyse dépassionnée, c'est du préjugé pur. L'anti-américanisme se fait désormais jour comme une autre caractéristique du préjugé de langage. 21
[en effet, des jugements critiques de l'attitude du gouvernement US à l'égard de certains groupes qui paient de fortes sommes en lobbying est souvent abordée. N'aurions-nous pas droit à la parole, sous prétexte que nous serions critiques de certaines sectes? La critique est-elle seulement acceptable de leurs amis?]

2. La méthodologie illogique du préjugé


La MILS en particulier et le mouvement anti-sectaire en France de façon générale, se fient à la véracité de l'information recueillie par nombre de rapports parlementaires sur les sectes, dont le plus important date de 1996, sous le titre "Les sectes en France". Ce rapport, souvent nommé Rapport Guyard, identifie 172 groupes comme étant des "sectes". Le parlement Belge a aussi publié une Enquète Parlementaire identifiant 189 groupes comme étant des "sectes". Ces listes incluent une large gamme de groupes, dont beaucoup sont très respectés et établis, comme les Southern Baptists
[FAUX. Ce mouvement n'existe pas sur la liste. M. Gunn fait-il exprès d'inclure dans les "Baptistes" la secte criticable dite "Institut Théologique de Nîmes", dont le fondateur a des relations coupables avec la secte scientologie, via son chef américain décoré par la scientologie?], les Témoins de Jéhovah, l'Opus Dei et l'Antroposophie. Nombre de groupes identfiés sur les listes des rapports ont vu augmenter la discrimination populaire et gouvernementale à leur encontre. [Il y a de bonnes chances que les relations avec les Témoins de Jéhovah s'arrangent, car ils ont retiré tout récemme de leurs règles celles qui étaient contraires à la vie civile des adeptes et à la Charte Internationale des Droits de l'Enfant, et qui ont coûté la vie à un nombre indéterminé d'enfants par la décision coupable de leurs parents Jéhovistes. La décision date du jour de la présentation du rapport de M. Gunn: on ne lui reprochera donc pas de l'ignorer, mais il ne pouvait par contre ignorer les exigences françaises et internationales de protection des enfant, dont il est vrai, les Etats-Unis ne se souvient pas vraiment.]

Voici les critiques essentielles de la méthodologie utilisée par le mouvement anti-sectes (particulièrement démontrées dans les rapports parlementaires belges et français):

En premier lieu, les rapporteurs n'ont pas sérieusement consulté les universitaires ou scientifiques familiarisés avec les sujets des nouveaux mouvements religieux, mais se sont plutôt fiés aux activistes anti-sectaires. C'est ce qu'a critiqué l'enquète parlementaire suédoise, qui est venue en France et a questionné les participants à l'élaboration du rapport. On peut faire la même critique contre le rapport parlementaire belge. Le rapport final de la commission d'enquète allemande, qui fit inclure en fin de compte des universitaires dépassionnés, parvint en général à des conclusions largement divergentes des rapports unilatéraux des France et Belgique. La rapport allemand concluait par exemple qu'il n'existait pas de menace sociétale des "sectes" en tant que telles.
[certes, mais seule l'Allemagne en est à avoir des services gouvernementaux spécialisés pour combattre les abus de la scientologie]

En ne consultant pas les universitaires, les rapports présentent une vision passée et caricaturale sur les nouveaux mouvements religieux. Les rapporteurs semblent ne pas avoir reconnu que toutes les religions furent par le passé considérées comme des sectes honteuses et furent accusées de
[cranes?sic; probablement crimes et non cranes] [crimes ] de haine. Le rapport manque à démontrer une compréhension dépassionnée et une compréhension consciente du phénomène dont nous parlons. 22

Ensuite, les rapports et le mouvement anti-secte ne consultent typiquement pas les membres actuels et les chefs des soi-disant "sectes", mais se fient au contraire aux allégations des accusateurs et d'anciens membres déçus. Ils refusent d'admettre l'évidence considérable que la plupart (bien que pas tous) des membres de nouveaux mouvements religieux indiquent des expériences positives et bénéfiques dans ces groupes -- ce qu'ont constaté le rapport parlementaire suédois et l'enquète du parlement allemand. 23
[c'est largement ignoer le fait que nombre de ces mouvements ont un taux d'échec considérable, de l'ordre de 99 % à long terme pour la scientologie]

Répudiation qui en dit long, un tribunal français a récemment reconnu Jacques Guyard, président l'enquète parlementaire sur les Finances des Sectes en 1999, coupable de diffamation à l'encontre de l'Anthroposophie. Lors d'une émission télévisée après la publication du rapport, M. Guyard avait accusé l'Anthroposophie d'être "typique des sectes par le fait que dans son vrai but était de s'approprier l'argent et l'exercice d'un contrôle mental sur ses adeptes. Les Anthroposophes ont porté plainte. 24 Comme le dit le journal Le Monde, le tribunal avait conclu qu'il n'y avait pas eu "d'enquète sérieuse". Le tribunal estima que le rapport parlementaire et les allégations de M. Guyard se basaient sur des témoignages de "victimes" auto-déclarées de l'Anthroposophie et que la rapport ne fournissait pas l'occasion aux officiels de répondre. M. Guyard fut condamné à 20000 F d'amende et 90000 F de dommages et intérêts.
[M. Gunn se gardera bien de dire, bien qu'il le sache - sauf si les scientologues le lui ont caché, que M. Guyard a fait appel et qu'il est probable qu'il gagne en appel] 25


Typique aussi du mouvement anti-sectes, le refus de s'engager dans un dialogue avec les groupes attaqués.
[FAUX, voir ci-dessus! C'est tout à fait le contraire au moins pour la scientologie, car j'ai des contacts sérieux avec des membres d'autres mouvements] Quand nous avons discuté avec le Président de la MILS, nous avons suggéré l'importance d'entendre les deux aspects d'une histoire avant de parvenir à des conclusions. Il a répondu qu'il n'était pas nécessaire d'entendre les sectes parce qu'elles cherchaient uniquement à fausser le débat. J'en déduis personnellement que la MILS refuse de rencontrer -et plus encore, de comprendre- tout groupe étiqueté comme "secte". Ce refus de s'engager dans le dialogue est une approche très différente de la commission suédoise, par exemple, laquelle recommandait très fortement le dialogue avec les groupes plutôt que se polariser sur les sujets. 26 [cela reviendrait à dire: ne parlons pas de ce qui nous gène, et acceptons tout ce que disent les sectes, ndt]

Troisièmement, la principale source documentaire des rapports français se situe dans les affirmations secrètes des dossiers des Renseignements Généraux, une division sécurité de la Police. Dans plusieurs cas, le rapport place sur la liste des groupes d'après des preuves secrètes infondées que les groupes n'ont pas les moyens de réfuiter ou de disputer. La "preuve" reste secrète.

Quarto, les rapports se servent d'exemples d'activités illégales prétées à certains membres de certains groupes (par exemple l'inculpation de plusieurs scientologues pour escroquerie à Lyon), et condamne alors le groupe en entier, ou même, les "sectes" en général. Ce type d'analyse est fallacieux comme l'illustre aisément l'inculpation criminelle récente de Jacques Guyard (Jacques Guyard était le président du rapport parlementaire français sur les finances des sectes, le rapporteur du rapport parlementaire de 1996 sur les sectes en France, et reste membre de la mission Interministérielle). Le même M. Guyard qui condamnait pour escroquerie les "sectes" en 1999 était ironiquement condamné par un tribunal français pour trafic d'influence à un an de prison et une amende de 100000 F. 27 Si nous appliquons la même analyse à la situation de M. Guyard que lui-même et d'autres appliquent aux groupes qu'ils condamnent, il nous faudrait tenir toute la mission interministérielle dont il est membre -- pour responsable de les actions ce certains de ses membres individuels.

Cinquièmement, les rapports sont fatalement partiaux du fait qu'il ne se focalisent pas sur les causes du problème qui a manifestement lancé les enquètes (par exemple, abus envers les enfants, escroquerie, kidnapping), mais sur les groupes décriés. En se focalisant sur les groupes plustôt que sur les problèmes, l'analyse suramplifie rhétoriquement et anti-intellectuellement les problèmes dans ces groupes et ignore des problèmes identiques dans d'autres groupes. Par exemple, le suicide d'un membre de "secte" est traîté comme une preuve choquante que la secte est "dangereuse", alors que celui d'un banquier ou d'un boulanger n'est pas considéré comme preuve du danger des banques ou des boulangeries. Cette méthodologie anti-sectes n'a de sens pour ses avocats que parce qu'elle démarre par l'allégation que les groupes sont dangereux. [la méthodologie pro-sectes de M. Gunn est exactement similaire à celle qu'il dénonce, puisqu'à aucun moment, il ne nomme les sectes criminelles en les accusant nommément des erreurs qu'il semble parfois leur reprocher; il dispose pourtant de nombreux textes judiciaires ayant condamné la scientologie, par exemple, pour divers crimes majeurs; jugerait-il les tribunaux français partiaux ou leur justice inacceptable?]

Sixièmement, le mouvement anti-sectes se fie souvent à des accusations non vérifiées contre des groupes tout en ignorant les faits qui exonèrent souvent ces groupes. La rapport 2000 de la MILS a répété par exemple nombre d'accusations faites contre des groupes, mais n'a pas cité plusieurs décisions de tribunaux français ou de la Cour Européenne de Justice qui exonéraient les Témoins de Jéhovah et La Famille.
[M. Gunn ignore évidemment qu'à partir du moment où, comme les TJs viennent de le faire, ils abandonnent leurs règles illégales -comme l'interdiction de transfusion sanguine- il ne leur sera pas demandé autre chose. Quant à la Famille, il va un peu vite à défendre une secte dont on sait parfaitement que son gourou professait non seulement la prostitution, mais aussi la pédophilie et l'inceste organisé. Peut-être ces pratiques ont-elles disparu, mais si c'est pour les voir apparaître chez les Hare-Khrishnas comme on vient de le constater, sous l'oeil de l'Oncle Sam depuis 20 ans, je conseillerais vivemnt à M. Gunn de changer de références judiciaires et découter ce qui se passe ailleurs. A-t'on jamais vu la scientologie par exemple admettre qu'elle était coupable en tant que groupe ou du fait des actions illégales de son gourou? NON. Elle s'est systématiquement défossée sur ses cadres qui ne faisaient, je peux le prouver, que suivre au mieux les règles internes; le pire est qu'on retrouve des années plus tard les mêmes délits commis par d'autres, comme on le voit dans ce détail-ci ou celui-ci]

En résumé, la "méthodologie" du préjugé commence par l'opinion qu'elle prétend ensuite à prouver. Puis elle admet comme preuve des accusations allant dans le sens du préjugé, mais refuse de considérer les preuves contrariant le préjugé.
[M. Gunn fait strictement la même chose, comme on l'a vu, érigeant par conséquent "la méthodologie du préjugé" en principe de sa logique]

PPROMOTION DES ACTIONS ANTI-SECTES hors de France


La Mission Interministérielle est particulièrement fière de ses efforts pour promouvoir le message anti-sectes hors de France. Elle signale avoir des relations étroites avec le Ministère des Affaire étrangères et observe avec plaisir avoir recontré des ambassadeurs français pour les informer sur les dangers des sectes. La MILS participe désormais à diverses réunions internationales en tant que délégation française. 28
[est-ce qu'on demande aux USA dans combien de pays ils envoient leurs ambassadeurs pour se méler de ce qui ne les regarde pas?]. Elle passe un tiers de son temps à promouvoir le message anti-sectes hors de France. [sans doute M. Gunn ignore-t'il que l' expérience des sectes de la MILS est demandée, jusque aux Etats-Unis, ce qui explique pourquoi ses intervenants sont si demandés: la France est appelée en tant qu'un des exemples à suivre en matière de lutte contre les multinationales organisées qui ne paient pas même d'impôts dans leur pays d'origine, en ramassant toutefois des pactoles en Europe, qu'elle dédouane ensuite d'impôts aux USA]

La semaine passée, le Président de la MILS a ainsi rencontré un groupe anti-sectaire allemand avec qui il ménera des actions conjointes. La semaine d'avant, il était à Moscou. La presse polonaise a rapporté une visite à Varsovie, où la presse polonaise dit qu'il a convaincu le gouvernement d'entreprendre des étapes contre les sectes. 30

L'autre visage de la France - et de l'Europe


C'est capital de faire remarquer qu'il existe en France et en Europe quelques signes encourageants d'insatisfaction vis-à-vis des méthodes discriminatoires et tactiques utilisées par le mouvement anti-sectes.

C'est avec quelque soulagement que j'ai appris qu'un journal célèbre, Le Monde, rapportait récemment que les "méthodes" du Président de la MILS étaient de plus en plus ouvertement critiquées." 31 Deux des plus fameux historiens français, René Raymond et Jean Bauberot ont récemment critiqué les campagnes anti-sectes en France. Le meneur des universitaires français constitutionnels, Jacques Robert, critique aussi les méthodes des activistes anti-sectes. Le président de la Fédération Protestante de France, Jean-Arnold de Clermont, a pris publiquement parti contre les activités de la MILS. Il disait récemment "la MILS souhaite faire une distinction entre "religion" et "secte" mais c'est en contradiction formelle avec la loi et la Constitution: la loi indique qu'il n'y aura pas de contrôle à priori sur les associations." 32

Le journaliste repecté en matières religieuses Henri Tincq, du journal Le Monde, met en doute les activités anti-sectaires en France.
[H. Tincq n'est pas le moins du monde respecté hors des milieux pro-sectaires] Dans un nombre de cas de plus en plus élevé, dont plusieurs en 1999 et 2000, des tribunaux français ont fait tomber des actions gouvernementales contre les Témoins de Jéhovah et d'autres groupes populairement désignés comme "sectes". Les tribunaux ont noté que "secte" n'est pas un terme de la jurisprudence et que l'insertion d'un nom dans la liste des 172 ne devrait pas avoir de conséquences légales. Espérons que les esprits rationnels de France prévaudront et qu'un Emile Zola sortira du rang et exposera les méthodes de la campagne publique anti-sectaire.[c'est fort heureux que les tribunaux ne tombent pas dans la petite erreur commise lors du jugement d'appel de Lyon, qui pouvait laisser supposer qu'un tribunal français reconnaissait la scientologie comme religion, erreur ensuite rectifiée par la Cour de Cassation]

Il existe d'autres signes encourageants en Europe. La Cour Européenne des Droits de l'Homme a pris plusieurs décisions contre des gouvernements ayant exercé des discriminations contre des minorités religieuses, en particulier dans les affaires impliquant des témoins de Jéhovah. Lors d'une décision très intéressante, la Cour européenne de Justice (bras de l'Union Européenne) a récemment publié une décision critiquant les efforts du gouvernement français pour "restreindre la circulation libre des capitaux", afin d'empècher l'église de scientologie de recevoir des fonds provenant de l'extérieur de la France. Nombre d'organisations pour les droits de l'homme, y compris la Fédération Internationale d'Helsinki, Human Rights Watch et Droits de l'Homme sans frontières, font régulièrement des rapports (et critiquent) des actions gouvernementales discriminatoires quant aux religions.
[On note qu'un sponsor de cette fédération "des droits de l'homme" n'est autre que... la scientologie; on notera aussi que le fisc français faisait preuve de courage à ne pas accepter un chèque de 48 millions d'origine douteuse - cadeau empoisonné à une secte qui doit actuellement quelques 120 millions à la République]

Recommandations


Il n'existera de véritable respect de la liberté de religion et de diversité religieuse que lorsque les européens le désireront. Les Etats-Unis ne peuvent certes pas provoquer cet évènement, que ce soit par les cajoleries ou les sanctions. Du fait de l'anti-américanisme en augmentation dans le mouvement anti-sectes, comme on peut l'observer dans le rapport de la MILS, les Etats-Unis doivent rester prudents quant à leurs méthodes de promouvoir la liberté religieuse. J'aimerais faire quatre recommandations, la dernière touchant les groupes religieux des USA.

En premier lieu, le Departement d'Etat US devrait surveiller plus complètement plus vigoureusement les mouvements anti-sectes à la fois multilatéralement et bilatéralement.
[en bref, c'est "nous" qu'ils veut surveiller? Mais nous, on n'a jamais été impliqués dans les crimes et les homicides de certaines sectes, n'est-ce pas? Cela montre parfaitement bien l'état d'esprit de préjugés et d'idées toutes faites pilotées par les scientologues. Big Brother veut donc établir une police de la pensée , dotée d'exceptions en faveur des criminels comme la direction de la scientologie, pour nous les refuser à nous? Un comble pour un "défenseur". On m'excusera d'être aussi sarcastique envers quelqu'un que je soupçonnerais volontiers d'être purement et simplement un scientologue ou un des séïdes "honorables" de la secte.

Jeremy T. Gunn, je préfère ma tolérance à la vôtre, mon impartialité à la vôtre, les lois de mon pays aux lois du vôtre, et la criminalité existant dans le mien à celle du vôtre.]

En second lieu, compte tenu de mon expérience pendant que je travaillais à l'Office de Liberté religieuse Internationale, je dois aussi recommander au congrès de prendre vraiment la responsabilité de financer complètement le Département d 'Etat.
[ ces gens voyagent sans cesse aux frais de leurs contribuables puisque le rapport US touche plus d'une centaine de pays - , ils émettent des rapports internationaux énormes, sont parfois très grassement payés, et veulent davantage]. Selon mes observations, le personnel du département d'état est généralement surchargé de travail et pas assez assisté. Lorsque le Congrès crée de nouvelles responsabilités pour le département d'état, il devrait aussi lui fournir les ressources suffisantes pour faire correctement son travail. La gène la plus importante que nous rencontrions pour surveiller et promouvoir la tolérance religieuse et les droits de l'homme n'est à mon avis pas un manque d'ardeur au travail, mais un manque de temps et de ressources pour bien faire ce qui doit l'être. [Qui a demandé aux Etats-Unis de policer des pays? Ou d'y entretenir des espions qui font passer aux USA des données privées et économiques tout à fait confidentielles ? M. Gunn serait-il naïf?]

En troisième lieu, le Congrès devrait assister le Département d'Etat en promouvant simplement une approche internationale des droits de l'homme. Le plus fort argument rhétorique des critiques US, c'est que les Etats-Unis ne jouent pas un rôle continu de promotion des droits de l'homme, tel que le démontre une répugnance à ratifier des traités internationaux ou à incorporer des normes internationales dans les lois américaines.
Pendant que nous encourageons la France à incorporer des normes internationales sur la liberté de religion et de croyance dans la loi domestique française, nous répugnons à faire des concessions similaires. [Bravo encore, mais vos politiques aiment presque tous la peine de mort. Je me trompe? Voir néanmoins la liste de certaines conventions non signées par les USA, fournie par M. Gunn. Il a omis les plus importantes: Convention Internationale des droits de l'enfants, application véritable de la Convention pour le désarmement nucléaire, convention pour l'abolition des mines anti-personnels etc.]

Quatrièmement, je pense que la communauté religieuse US peut davantage s'impliquer dans la promotion de la liberté religieuse ailleurs
[pour nous refiler leurs sectes, églises de miracles, et prédicateurs milliardaires? No thanks.] Il serait par exemple très utile que les chefs catholiques rencontrent leur coréligionnaires étrangers et les engagent à des efforts destinés à réduire la discrimination religieuse. Je crois en effet qu'en Europe, l'influence la plus grande pourrait être exercée par l'église catholique. [M. Gunn a dû oublier de lire ce que dit le Pape ces denrières années, ce qui en dit long sur ses compétences religieuses. Le Pape ne cesse de promouvoir les droits de l'homme. Mais pas les religions bidon, même s'il s'abaisse parfois pour des raisons politiques à reconnaître des mouvements catholiques assez extrémistes comme l'Opus Dei, dont je préfère ne pas rappeler les activités sous Franco.] Tandis qu'aux Etats-Unis toutes les croyances peuvent aider, les religions que voici, largement pratiquées et respectées en Europe, catholicisme, Luthérianisme, Orthodoxie, et Eglise Réformée, peuvent largement aider à promouvoir la tolérance. [c'est ça, pour ouvrir les portes aux commerces américains totalitaires de style scientologie? No Thanks.]

Conclusion


Je suis assez confiant en le fait que dans les vingt années à venir, la manie anti-sectes sera considérée comme un passage bizarre et dicrédité de l'historie de France et d'autres pays européens
[si les scientologies et autres Moonistes disparaissent, M. Gunn aura en partie raison: on considérera en Europe comme ailleurs les gens qui ont vu plus loin que le bout de leur nez - les anti-sectes- comme des bienfaiteurs de l'humanité: pouvez-vous observer l'énorme taux criminel de votre pays, M. Gunn, en raison de votre mode de vie et de vos "religions" de ce type, qui donnent l'exemple du crime?] Les craintes publiques observables en Allemagne il y a seulement quatre ans ont pour l'essentiel disparu. [oui? Surtout parce qu'on y a mis la scientologie sous contrôle, et en quasi faillite. La capacité d'observation et les mérites que Gunn s'attribue indirectement sont décidément inverses l'un de l'autre.] Il reste la question de savoir combien de temps il faudra pour que les pays européens s'engagent dans une vraie tentative pour se focaliser sur les problèmes et les résoudre, plutôt qu'ostraciser des catégories de groupes. [M. Gunn semble ignorer, encore? - que depuis des décennies, la France avait aussi déterminé que les Objecteurs de Conscience avaient le droit d'échapper au service armé, ce qui avait règlé une bonne part des problèmes légaux que posent les TJs. Bien sûr, les TJs ne risquent pas d'être acceptés vraiment par le grand public tant qu'ils insisteront à vouloir prècher la bonne parole avec insistance, comme ils le font... mais c'est leur problème, et les français s'en fichent et ne vont pas au-delà de leur refuser l'entrée de leur maison: allons-nous aussi être considérés comme "discriminateurs" sous prétexte que, comme chez les américains, il nous arrive de refuser d'écouter la version et interprétation TJ de la Bible? Puis-je rappeler à M. Gunn que les crimes de haine anti-homosexuels sont nombreux aux USA, et souvent perpétrés par des "religieux", et que parmi les groupes acceptés comme religieux là-bas, on trouve des groupes archi-racistes, des suprématistes blancs assassins?] Le gouvernement de Vichy n'a duré que quatre ans. Nous pouvons espérer que les excès des activistes anti-sectaires ne dureront pas plus longtemps [Il semblerait que Gunn ait copié contre les français les défauts que l'ONU reprochait aux scientologues, quand ils se comparaient à des victimes du nazisme. Où a-t'il appris les "manières? Dans quelle "église"? Je cesse donc ici ma critique de son texte, dont tous les arguments paraissent passés au feu de la moulinette OSA/scientologie, les uns après les autres; son comportement est extraordinairement "typique", puisque cet adjectif lui plaît tant: on fait ce qu'on reproche aux autres de faire. J'en suis prèt à perdre mon calme.

Et je conclurai de mon côté en constatant que loin de vouloir la paix et l'entente avec les anti-sectaires, puisqu'il n'a pas écouté ni la MILS lors des "auditions", ni les antisectaires, M. Gunn veut la guerre.]

FOOTNOTES:

1 A prize-winning 1999 documentary film recounting the story of M.
Chevrier is entitled The Children of Chabannes, directed by Lisa Gossels
and Dean Wetherell. Ms. Gossels generously provided me with a transcript
of the film.

2 For a discussion of Vichy France and its attitudes and laws against
Jews, see Robert O. Paxton, Vichy France: OM Guard and New Order,
1940-1944 (1972), pp. 168-85.

3 I wish to be clear on one very important point. Although I will argue
below that many in France are using the same language and methodology of
prejudice against new religious movements that previously were employed
against the Jews, the resulting legal actions in France are very
different. No one in France is advocating massive arrests or incarceration
of members of new religious movements. All serious proposals urge that
legal measures be employed and that human rights be recognized.
Nevertheless, there are some frightening broader similarities to Vichy in
some extreme cases, such as the 1993 raid on the Children of God (now The
Family) community in Aix-en Provence. In that case, 200 heavily armed
police arrived during the night and dragged members of the group into
custody, alleging that they had committed child abuse. In February of this
year, the court in Aix-en-Provence finally dropped all charges against the
group and closed down the investigation.


Do you believe that? This group has been heavily using pedophily and incest as well as prostitution for decades. Who could be sure they ceased to do it? A group like Hare Khrishnas has escaped to such searches in USA, where hundreds of children have been abused sexually and otherwise, from 3 years age on, tortured and abused as children for decades. 44 of them have done a mass complaint some days ago. And the scientology group has at least 3 private gulags running under the same sun. Whats' best?

4 International standards for freedom of religion and belief are set out
in a number of international documents ratified by. The countries of
Western Europe, including the International Covenant on Civil and
Political Rights, the European Convention on Human Rights, and the 1989
Vienna Concluding Document of the Conference on Security and Co- operation
in Europe. These instruments prohibit discrimination on the basis of
religion. They also guarantee the freedom of religion and belief,
provided that the exercise of these freedoms does not cause harm to the
public welfare.

5 Europeans believe that their countries have been more willing to accept
and apply international norms than has the United States. Whereas all
European countries have ratified the European Convention on Human Rights,
the United States has not ratified the comparable InterAmerican Convention
on Human Rights.

Nor has the United States agreed to submit itself to the jurisdiction of
the Inter-American Court of Human Rights. Therefore, criticisms that the
United States might wish to make that European states are not applying
international standards should be well-tempered by the recognition that
the Europeans are, after all, ultimately willing to accept international
review of their laws and practices and that the United States is not.

6 There is need for some clarification on terminology. In English, the
term "cult" is widely understood to be a pejorative term, whereas "sect"
more generally refers to a branch or division within a religion. In
French, the term "culte" is a neutral term that refers to religious
bodies, whereas "secte" generally now is employed as a pejorative term
(although it also has a technical meaning). When "secte" is used by
Francophone governments, whether in France, Belgium, or the
French-speaking areas of Switzerland, it is understood to be a derogatory
term. In German, "Sekten" generally has the same negative connotations as
the French "sectes." Thus the more accurate translation of the German
"Sekten" and the French "sectes," is the English word "cults." The German
parliamentary investigation, known as the Enquete Commission, originally
used the term "Sects and Psycho- groups" to describe the groups they
investigated. (See text at footnotes 12 and 13 below.)

Scholars generally apply the term "new religious movements" to describe
these groups, although this term does not satisfactorily capture the
variety of groups that now come within its ambit. Some groups, for
example, may scarcely be considered "religious" and others certainly
should not be considered "new." Thus a Hindu ashram in France might be
labeled a "secte" by the government and a "new religious movement" by
scholars, even though the beliefs and practices at the ashram may be
traditional and thousands of years old.
[and even if the french government does not even make any monitoring of its activities]

7 European Commission against Racism and Intolerance, Annual report on
ECRI's activities covering the period from 1 January to 31 December 1999
(27 April 2000).

8 Ibid.

9 Examples include the Union Nationale des Associations de Defense de la
Famille et de l'Individu (UNADFI), Centre Contre les Manipulations
Mentales (CClVIM), and, within the United States, the American Family
Foundation.

10 I should add that I personally wish that I did not need to say this. I
have spent some years of my life in France and I know and admire the face
of France represented by people such as M. Chevrier.
[That's merely hypocrite. If you did not wish to need to say it, don't say. Be consistent]

11 See In Good Faith - Society and the new religious movements (1998) (the
Swedish government's English summary of the report), section 1.4: "In
France the state has on the whole made common cause with the anti- cult
movement .... "The French parliament recently amended French law to allow
these militant anti-sect groups legal standing to participate in
prosecutions and legal actions against so-called "sects," thereby
encouraging a common cause between private anti-sect groups and official
government policy. Before becoming President of MILS, M. Vivien was the
President of CCMM, one of the two prominent anti-sect groups.
[so what? Is that a reason for pretending he's biased? He's not, except perhaps - perhaps - on scientology, whose behaviour has never changed, and whose crimes continue to appear similar to before, so, the judgements are already done , but based on FACTS.]

12 For discussion of the terms, see footnote 6 above.

13 New Religious and Ideological Communities and Psychogroups in the
Federal Republic of Germany (1998), p. 295.

14 See, for example, Agence France Presse, "France-USA-Sects," June 14,
1999. "A person connected ("proche") to the Church of Scientology was a
part of an American delegation that came to conduct an inquest in the name
of the Department of State .... "(All translations from the French are my
own.)

15 MILS, Rapport (January 2000), p. 24-25. Although the religions of the
experts ought not be relevant, it may be noted that Dr. Massimo
Introvigne is a Catholic
[extremist catholic, a full size liar and dishonest man totally biased toward scientology, using the same methodologies as yours.], Canon Michael Bourdeaux is an Anglican, and
Master Alain Garay is a member of the Jehovah's Witnesses. M.Garay is a
distinguished French lawyer who has won several religious discrimination
cases before the European Court of Human Rights.
16 La Vie, May 11, 2000, p. 11.

17 Statement of Senator Derycke, Senate proceedings, December 16, 1999.
The opponents of the anti-sect movement sometimes accuse it of practicing
"McCarthyism." Perhaps there is no better illustration of this point than
the Senator accusing the U.S. State Department of harboring unnamed
Scientologists.
[yes. Because some are, some others paid or bribed, like Travolta who was asked to pay the assistance to scientology cult given by President Clinton by being bentle with his portraying of a transparent picture of Clinton in a film]

18 Mission interministerielle de lutte contre les sectes, Rapport (January
2000), p. 27 (hereinafter MILS 2000 Report).

19 Agence France Presse, "France-sect," September 15, 1999.

20 See, for example, MILS 2000 Report, p. 10: Sects "repeatedly attempt,
with some success, to infiltrate democratic institutions and international
organizations, official or nongovernmental." The report provides no
evidence to support this assertion.

[ Itdoes not need. We don't show everything, we don't show our President's sperm spots, do you see? We would'nt even do that in most criminal cases unless absolutely forced to do it] When a Bavarian government official
reported to me that Scientologists are attempting to infiltrate the
Bavarian government, I asked him what evidence he had to support the
assertion. He responded by saying that he is aware of no evidence to prove
it -- but that is what makes the infiltration attempt so insidious --
Scientologists cover up the evidence of their infiltration. When I asked
him whether Catholics had "infiltrated" the government of Bavaria, he
could not understand the relevance of my question.
[you are really biased, M. Gunn. You know perfectly the difference between a catholic working normally and a scientologist spying what he can for his group. ]

21 Massimo Introvigne concluded, after reading the MILS report, that
"rough anti-Americanism and nationalism are offered as poor substitutes
for logical argument." In the report, the United States is accused of
having "ulterior motives" in promoting freedom of religion. MILS 2000
Report, p. 6.
[You'd better read my own version to speak of unbiased manner.]

22 This is far different from the Swedish report, which is balanced and
nuanced, as well as the German report, which shows much sophistication on
many issues. While I continue to have reservations about parts of the
German report, it reveals a great deal of balance.
[yes? What reservations? That scientology is the main problem there too? Because Germany was finally overtired of scientologists? Because perhaps Scientology is the most quoted group, always pejoratively? Why don't you say?]

23 New Religious and Ideological Communities and Psychogroups in the
Federal Republic of Germany (1998), pp. 113-15, In Good Faith - Society
and the new religious movements, section 1.6.

24 Because of parliamentary immunity, groups have not been able to bring
defamation suits regarding accusations in the reports.
[wrong: I've done far worse "accusations" in my site <http://www.antisectes.net> or in my book "'La Secte" against the most virulent of those groups, without ever being attacked. I would have won in any case, because everything is right in these data.]

25 See Jean Michel Dumay, "Jacques Guyard Condemned for Having Called
Anthroposophy a 'Sect': The Work of the Parliamentary Commission did not
Constitute a Serious Inquiry," Le Monde, March 23, 2000.

26 In Good Faith -- Society and the new religious movements, section 1.4.

27 Le Monde, May 11, 2000.

28 MILS 2000 Report, p. 18.

29 Reuters, June 7, 2000.

30 Polish Press Agency, September 12, 1999; Jonathan Luxmoore (Warsaw),
"War or Peace with Cults," The Tablet, January 22, 2000.

31 Xavier Ternisien, January 22, 2000. The article suggested that some in
the French government insisted on redacting parts of the MILS report,
which would seem to be explained by the number of unexplained blanks on
pages in the report. See, for example, MILS 2000 Report, p. 4 (wholly
blank) and p. 29 blank except for two sentences in the center.
[Nonsense: I have a 98 sheets report from scientology, full of blanks everywhere. You take whatever you could, to add to the fire, isn't it?]

The President of the MILS is a member of the Socialist Party who in the
past has been critical of the Vichy government. He apparently fails to
see, however, that with regard to sects, he applies the same logical
analysis as the Vichy government: deciding that a "group" is dangerous
without questioning whether individuals are individually culpable; relying
on onesided, untested minors and innuendos to reach conclusions that
groups as a whole are dangerous; smearing the motives of opponents;
refusing to hear exculpatory evidence; and attacking opponents as being
sympathizers of dangerous groups.
[You are really distateful, and obsessed by ad-hominem attacks directed from over the scientology pyramid, are'nt you?]

Analogies are used to illustrate points and they obviously do not fit all
points. It must be kept firmly in mind that while the "intellectual
analysis" of the anti-sect movement may parallel in some ways that of the
Vichy government, its actions are not even remotely comparable to the
horrendous humanitarian violations that took place under Vichy. It is the
similarity in analysis that causes concern, not a similarity of behavior.
[well, I'm happy to see at least such a declaration, after all the horrendous crimes you charge upon people like me, or upon my government. I'd say that you lack of discernment and differentiation, though. In one word, you are very biased, and intellectually dishonest in fact, against us, and your amalgaming of cults with religions will not help, no more than your insulting comparisons.]

32 Quoted in "Faut-il dissoudre les sectes?", La vie, May 11, 2000, p. 12.

back

Retour sous index correspondant à ce type de texte :apologistes et politique internatuionale

Retour Webpage