LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Cette proposition de loi allemande pourrait-elle avoir les mêmes effets que la loi About-Picard ?

Le "privilège aux religions" peut être annulé sans qu'on le remplace par ailleurs


Berlin, Germany
17 septembre 2001
Westfälische Rundschau

Hannover/Berlin. Après les attaques terroristes aux USA, le ministre fédéral de l'Intérieur Otto Schily (SPD) aimerait annuler le "privilège religieux" - mais ce projet date d'avant l'attaque.

Actuellement, selon le paragraphe 1 article 1 de la loi sur les associations, celles qui abusent de la liberté d'association garantie par l'article 9 de la loi fondamentale peuvent être bannies. Les ministres de l'intérieur fédéraux peuvent interdire une association pour violation de la loi, de l'ordre constitutionnel, ou les termes internationaux.

Mais le paragraphe 2 de l'article 2, 3e partie, a ajouté des limites, expliquant que "les communautés religieuses ne sont pas des associations au sens de cette loi". C'est ce "privilège religieux" que l'on propose de faire disparaître. Dès 1998, la commission d'enquète sur les sectes et les psycho-groupes avait déjà fait cette recommandation au parlement, expliquant que "faire disparaître le privilège religieux" permettrait de s'assurer que les communautés religieuses ne soient pas destinées à violer la loi fondamentale". Le problème n'était pas alors celui des centre islamiques, mais surtout celui des psycho-groupes américains dont la Scientologie, qui sont hostiles aux droits de l'homme et opèrent, à l'instar de la scientologie, à l'abri de la protection religieuse.

Schily avait déjà proposé cette modification en mai 2001. Et avant cela, le ministre avait discuté la chose lors de réunions avec les églises principales, mentionnant non seulement la scientologie, mais aussi l'association du Khalif Metin Kaplan, sise à Cologne, ainsi que divers chefs de prière de centres islamiques allemands qui appelent à une guerre d'extermination des "terroristes juifs" et des "chiens d'américains".

L'église comprend fort bien le souci de Schily quant à faire disparaître la "protection spéciale", a dit hier Thomas Krueger, porte-parole de l'église évangélique allemande, à la télévision de Westfalie.Il a expliqué que cette protection n'était plus adaptée et qu'il fallait que l'état soit en mesure de combattre les abus commis sous couvert de la loi d'association. Les craintes initiales de l'église catholique ont été apaisées, a dit Krueger. "La liberté de religion que garantit la loi fondamentale est restée intacte".

Rainer Zunder
http://www.westfaelische-rundschau.de

Retour sous index correspondant à ce type de texte : presse générale

Retour Webpage