La scientologie et son homophobie: est-ce oublié? 


Oubliez le passé. Malgré l'homophobie de son fondateur, la scientologie insiste : les gays sont admis


John Kennedy
jkennedy@fabmagazine.com

Il est improbable qu'un homosexuel de Toronto ne soit pas déjà passé devant les quartiers généraux de l'église de scientologie, à Yonge et St Mary. Son bureau en rez-de-chaussée est connu des passants : y trônent des livres "la dianétique" et une offre de "tests de personnalité". Malgré sa proximité par rapport au quartier gay, l'église de scientologie est considérée homophobe et de mauvais accueil.

Les officiels de l'église insistent : en dépit de leur prèche moralisant, l'orientation sexuelle ne serait pas un problème. Al Buttnor, directeur des affaires publiques, explique que tout le monde est bienvenu: "On n'est pas là pour juger les gens, mais seulement pour les aider à atteindre leurs buts spirituels, dit-il; le sexe n'est pas l'essentiel dans la vie des gens. Ce n'est pas tout dans l'existence."

Pourtant, un questionnaire interne comprend deux questions liées au sexe, qui rendraient l'appartenance homosexuelle impossible en scientologie. Dans la section médicale de l'enquète, la question 10 indique:
"Dites votre passé sexuel, y inclus vos expériences les plus anciennes quelle qu'en soit la forme, dites quand vous avez commencé à avoir des rendez-vous, les noms de toutes les personnes impliquées. Faites une liste chronologique par mois et année, de tous les gens avec qui vous avez eu des relations sexuelles, et lesquelles. Dites le nombre approximatif de fois où vous avez eu ces activités de toute forme, ainsi que toute perversion dans laquelle vous vous seriez engagé(e). Qui? Quoi? Combien de fois? Soyez aussi précis que possible."

La question qui suit demande: "Notez tous les cas d'activité homosexuelle depuis le plus ancien jusqu'à maintenant. Dites avec qui, ce qui a été commis, et combien de fois."

Buttnor explique que seuls les scientologues demandant à faire partie de positions de sécurité comme la trésorerie, sont supposées compléter le questionnaire.
[ndw: faux, voir le passage de "Introduction à l'éthique" plus bas. Un livre encore en vente partout en 2001.] Il incombe à l'église d'en savoir autant que possible sur quelqu'un, pour s'assurer qu'il ne puisse être ridiculisé et qu'on ne puisse le faire chanter" [ndw: il s'agit d'un aveu inversé, car c'est exactement ainsi que la secte tient l'essentiel de ses propres clients: le chantage potentiel]

Les adeptes scientologues arguent que l'église est mal comprise et que l'on croit souvent qu'elle serait homophobe du fait qu'elle maintient des normes éthiques élevées et qu'elle interdit la promiscuité. Mais, dit-elle, cette règle s'applique aussi bien aux homosxuels qu'aux hétérosexuels.

L'église de scientologie s'est arrangée pour conserver la tête haute dans le monde. Elle fut créée par L. Ron Hubbard, qui écrivit son premier manuscrit en 1947, détaillant ses "découvertes" sur le mental humain. Mais il était également auteur de sci-fi, et l'on entendit aussi parler de lui pour ses ennuis avec le fisc.

.../...

Dans sa littérature officielle, l'église se décrit elle-même comme l'étude et le maniement de l'esprit en relation à lui-même, aux univers, et à d'autre vie." Selon des sources, les membres paient des masses d'argent de plus en plus importantes pour être entraînés vers des niveaux de conscience de plus en plus élevés, menant éventuellement à la projection astrale et aux vies antérieures.

Bien que la religion hubbardienne ait attiré bien des adeptes loyaux, il y en a autant pour décrire la scientologie comme une foutaise, une secte bizarre. Dans ses papiers de divorce, une des ex-épouses d'Hubbard l'a décrit comme "cinglé" et l'un de ses fils a légalement changé de nom, et publié une déclaration sous serment indiquant que son père et son église tenaient de l'escroquerie.

L'animosité apparente de la communauté gay envers la scientologie -- essentiellement sensible sur Internet -- tient à la fois de la réalité et des ragots. On a lu depuis longtemps des histoires expliquant que l'église menaçait d'exposer deux acteurs devenus célèbres s'ils refusaient de demeurer scientologues et de faire la publicité pour amener de nouveaux membres haut-de-gamme et de l'argent à l'organisation.
[ndw: le journaliste fait ici allusion à Tom Cruise et John Travolta]

En dehors des rumeurs, il existe quelques preuves d'homophobie. Dans le livre d'Hubbard "Dianétique", publié en 1950, homosexualité et lesbianisme sont qualifiés de perversions sexuelles, leurs pratiquants de "vraiment malades physiquement"

Pour décider de la maladie des homosexuels, Hubbard y incluait son propre fils Quentin, qu'on découvrit inconscient dans sa voiture et qui mourut deux semaines plus tard à l'hopital.

Dans "Science de la Survie, Une prédiction du comportement humain", Hubbard a établi une "échelle de tons émotionnels" classifiant et évaluant le comportement humain. Les "pervers"', tels les homosexuels - sont classés à 1,1 sur l'échelle qui va de 0 à 4.0. "A 1.1 sur l'échelle des tons, nous avons la promiscuité, la perversion, le sadisme, les pratiques irrégulières, écrit Hubbard; les gens à ce niveau sont extrèmement dangereux pour la société, l'aberration étant contagieuse. Une société atteignant ce niveau est sur la voie de la disparition, comme les anciens grecs, les romains et les cultures européennes et américaines. C'est là un signe de danger criard, à quoi il faut prendre garde si l'on veut que la race perdure."

Hubbard ajoutait: "On devrait extirper ces gens de la société aussi vite que l'on peut et tous les interner, car c'est ici que gît la contagion de l'immoralité et la destruction de l'éthique. Les seules réponses semblent être la quarantaine permanente de ces gens, afin d'évietr la contagion de leur folie.

Les scientologues répondent que les déclarations d'Hubbard doivent être considérées en général, "il s'agit là de deux paragraphes d'un seul livre écrit voici 46 ans", dira l'un. C'est comme pour la Bible, on peut toujours citer un autre passage qui contredira le premier";

[ndw: c'est un vaste mensonge: Hubbard est supposé n'avoir écrit que des techniques absoluement exactes, qu'il suffit d'appliquer à 100 %; et je mets les scientologues au défi de trouver un seul passage où Hubbard défendrait par exemple les homosexuels.]

Fab Magazine
#177 Nov 8-21, 2001

http://www.fabmagazine.com/


Page 325 "Introduction à l'éthique, version française, on trouve dans la liste des "grands crimes" selon la secte:

"Conduite sexuelle ou conduite sexuelle pervertie allant à l'encontre du bien-être ou du bon état d'esprit d'un scientologue en bon standing, ou sous la responsabilité de la Scientologie tel qu'un étudiant ou un préclair."


Retour sous index correspondant à ce type de texte : textes généraux

Retour Webpage