Société scientologue condamnée à verser 5,3 millions de dollars à son ex-directeur Seth Joseph

 original anglais: http://www.sptimes.com/2003/05/10/Business/Digital_whistleblower.shtml

L'ancien cadre de la société Digital Lightwave gagne au bout d'une longue bataille juridique contre la société

St. Petersburg Times
10 mai 2003
By JEFF HARRINGTON

Au terme d'une longue lutte devant les tribunaux, l'ancien dirigeant de DIGL obtiendra ses indemnités, soit 5,3 millions de dollars.

Seth Joseph refusait depuis quatre ans de discuter publiquement de son procès contre DIGL.

Il préférait laisser les documents du tribunal parler d'eux-mêmes: il s'agit de centaines de pages de témoignages, d'e-mails, et de notes internes détaillant comment la société de Clearwater manoeuvrait un scandale comptable depuis 1998. Les documents démontraient aussi comment les heurs et malheurs de la société étaient fortement liés à des membres influents de la scientologie.

Vendredi, après que Digital Lightwave ait annoncé qu'elle ne ferait pas appel du jugement du tribunal en faveur de M. Joseph, l'ancien vice-président senior de la compagnie a rompu le silence.

Lorsqu'un individu doit se dresser face à une grande société disposant de vastes ressources, on ne peut même plus parler d'un combat, " a dit Joseph, qui travaille désormais dans un cabinet d'avocats de Miami. "Digital Lightwave s'est servi de toutes les méthodes, toutes les procédures et tactiques pour m'abattre et rendre même quasi impossible que je puisse survivre durant ces passe d'armes. Mais je suis toujours là."

Digital, qui fut autrefois une société de haut vol à Wall Street, lutte désormais pour survivre.

Fortement touchée par les problèmes qu'endure la téléphonie, la société fabrique des équipements de test pour les lignes de fibres optiques; ses créditeurs la poursuivent en justice. Elle a pris un crédit auprès de son riche fondateur et PDG Bryan Zwan pour pouvoir tenir.

Joseph a déposé plainte pour arbitrage en 1999, expliquant qu'il avait été injustement mis à la porte par Zwan. Dans son témoignage, Joseph expliqua qu'il avait été viré parce qu'il avait demandé à Zwan de se séparer d'un autre cadre de la société, Mme Denise Licciardi, liée à un scandale comptable de la société. Joseph explique que Zwan, gros donateur à la scientologie, refusa de virer Licciardi car elle est la soeur jumelle du leader mondial de la secte, David Miscavige.

Zwan a nié, expliquant qu'il s'agissait de restructuration de la société.

Joseph a gagné le premier round, et récemment, la Cour d'appel a confirmé le jugement en faveur de M. Joseph.

Lors d'une déclaration auprès de Securities and Exchange
[le gendarme des société cotées en bourse aux USA], Digital a indique ne pas désirer faire appel de cette décision, et qu'elle paierait le jugement de 5,2 millions de dollars en faveur de son ex-vice président. Un porte-parole de DIGL a refusé de faire un commentaire.

Vendredi, Joseph a signalé ne pas avoir vu le chèque de DIGL, ni avoir eu de contact récent avec eux. Mais pour la première fois, il pense recevoir l'argent, car Digital avait payé les 4,8 millions de blocage exigés à titre conservatoire, ainsi qu'un million de dollars supplémentaires destinés à couvrir les frais de justices et les intérêts.

Joseph ajoute que ça valait la peine d'attendre.

Mon avocat m'avait dit que ça demanderait six mois, dit-il en riant; mais quelqu'un m'a dit que les rouages de la justice s'enclenchaient lentement, mais comme il fallait. Je pense que c'est ce qui s'est produit ici."

Me Holly Skolnic, l'avocat de M. Joseph, a expliqué que la bagarre avait été pire qu'il n'imaginait: "ces adversaires sont tellement coriaces; Seth a vraiment su ce qu'était l'enfer".

Joseph a refusé de parler de Zwan, mais a prédit que la société allait vers d'autres problèmes. Il croit que DIGL ne sera pas parmi les premiers à à se remettre si le marché des télécommunications remonte, car les investissements iront d'abord aux équipements opérationnels, et non à ceux que fabrique DIGL, c'est à dire aux équipements de test.

"La seule chose qui fera que la société puisse survivre, c'est que Zwan a encaissé 400 à 450 millions de dollars lors de l'explosion du marché hi-tech", a-t'il ajouté.

C'est difficile de prévoir un avenir à Digital, a dit Joseph, car l'industrie des télécoms a vraiment changé depuis les années 1990.

C'est un sale quart d'heure, a-t'il dit. Quand Zwan est revenu à son poste de PDG, début 2002, il a promis un produit tout à fait nouveau, de classe mondiale, pour la fin de l'année 2002. Mais les gens attendent toujours ce produit nouveau de classe mondiale..."


Ndt: Signalons que la commission des Securities US (gendarme de la bourse) est sur le dos de la société Digital Lightwave et que la société a déjà dû verser une somme dont on ne connaît pas le montant exact - il pourrait s'agir de 230 millions de dollars - à Bryan Haney, l'un des investisseurs actionnaires du Digital Lightwave des débuts, que la société avait été malmené et mal payé lors de la revente de ses actions.

Bryan Haney était aussi un ex-scientologue, dont l'épouse avait été éjectée de la secte délinquante, cette mise à l'écart de la secte est probablement ce qui valut au couple ses déboires avec les Zwan.

M. Zwan et son épouse sont des super-donateurs à la secte. Voir ici:

Il existe des cas similaires concernant des entreprises scientologues en France.





- Jeff Harrington can be reached at harrington@sptimes.com or (001) (813) 226-3407.


Retour sous index correspondant à ce type de texte : justice