les scientologues versent des "contributions" pour se faire défendre par des membres du congrès ou du sénat US "  



  1. introduction
  2. liste non exhaustive de versements effectués & commentaire
  3. Exemple d'usage que les scientologues font de ces officiels US
  4. Les campagnes de financement des législateurs US


1 - introduction

Nous entendons démontrer ici que certains des défenseurs officiels de la scientologie au USA sont souvent payés pour le faire; que la secte utilise la désinformation auprès d'eux, qu'elle influence les autorités étrangères par l'intermédiaire de ces américains et qu'elle les désinforme de son côté. Elle l'a d'ailleurs pratiqué à plusieurs reprises en France dernièrement.

Cette liste de contributeurs est constituée de scientologues ayant payé des députés US pour qu'il défendent la secte scientologue. Elle est incomplète, car il faudrait plusieurs milliers d'heures pour éplucher tous les comptes de campagnes de députés et sénateurs et les comparer aux noms des quelques milliers de scientologues américains susceptibles d'avoir versé des "contributions" significatives aux politiciens US; par ailleurs, nous ne pouvons savoir quelles entreprises ou association de façade la secte utiliserait pour en verser bien davantage (il existe des dizaines de groupes de façade, et plusieurs centaines d'entreprises scientologues américaines, et cette partie des contributions est actuellement incontrôlée et non soumise à limitations). Voir plus bas: une réaction américaine aux financements des partis...

Un regard attentif porté sur les contributeurs de quelques-uns d'entre eux démontre par exemple que nombreux sont les gens liés au tabac, aux avocats (groupe de pression de lobbying?), ou à d'autres groupes aux intentions parfois douteuses, ou liés à des nations étrangères.

Certains sénateurs comme d'Amato (parfois qualifié comme étant le plus corrompu des sénateurs US, et qui aida aussi la secte scientologique) disposent de sommes énormes et de dizaines de milliers de contributeurs (d'Amato a ainsi dépensé près de 25 millions de dollars pour sa dernière campagne, payés par plus de 15000 contributeurs privés, auxquels s'ajoutent un grand nombre d'entreprises et groupes de pression).

Ainsi, nombre de sénateurs et députés touchent-ils des 10000 dollars -ou moins- [somme maximale autorisée par la loi] de la part des albanais, libanais, juifs ou autres, directement par l'intermédiaire de leurs ex-concitoyens devenus américains, organisés en groupes de pression politique. L'ensemble des frais de campagne est énorme.

Gilman, le plus critique de la France, est aussi le plus douteux, car il ne peut avoir écrit ou laissé passer impunément ce qu'on trouve dans la Resolution 588 présentée conjointement par Salmon (député Arizona -environ 500000 dollars de frais de campagne) et Payne (député New-York à faible revenus de campagne). En voici un extrait flagrant avec mes observations rectificatives en bleu entre parenthèses carrées. Gilman est le plus visé ici, car c'est déjà lui qu'on retrouvait à présenter l'audition des faux témoins scientologues ayant menti devant le congrès US en juin 2000 en faveur de leur secte.

"Alors qu'en 1996, un rapport de l'assemblée Nationale Française établissait une liste de 173 organisations supectes, comprenant des églises évangéliques indépendantes [une seule secte correspondrait à cette définition d'église évangélique, et elle est extraite d'une autre condamnée par la Cour suprème américaine - les américains ont la mémoire courte], les scientologues, les Témoins de Jéhovah et les unificationnistes [Moonistes, ndt, propriétaires d'usines d'armement "religieuses"] et ce rapport a été utilisé aussi bien par les entités privées qu'officielles pour harceler, intimider, refuser l'emploi, refuser des prèts commerciaux aux groupes de la liste, et à des membres d'autres groupes religieux, tels que les Southern Baptists, les Adventistes du septième Jour, l'Opus Dei, le mouvement de Renouveau Charismatique catholique et à la Compagnie de Jésus, ont fait l'objet de discrimination récente et de harcèlement par le gouvernement français." [ici, c'est pur délire, aucun des groupes cités ici, et en tout cas certes pas les Baptistes, l'Opus Dei ou encore moins les jésuites n'a été critiqué en France, et moins encore par le gouvernement. Ici, on a à mon sens la preuve que le député Salmon et plus probablement M. Gilman sont des scientologues, car seuls des scientologues ont jamais osé mentir à ce point dans un rapport officiel public. S'ils ne mentent pas et ne sont pas scientologues, c'est plus grave: la scientologie les paye - ou paye au moins celui des trois qui se trouve derrière ces coups-bas.]

(texte complet sur http://www.antisectes.net/us-res588.htm )

Ne manquez pas de lire la lettre du Député US Coble à l'assemblée suédoise (Riksdag), suivie d'un court interview de la télévision suédoise!



2 - LISTE NON EXHAUSTIVE DE VERSEMENTS EFFECTUES PAR DES SCIENTOLOGUES A DES DEPUTES OU SENATEURS US

(ces documents publics se trouvent par recherche sur le site officiel <http://www.tray.com/fecinfo/>

Député Rogan: 9750 dollars +


JENSEN, CRAIG [nota: il s'agit ici du PDG scientologue de la société informatique qui fournit à Microsoft le défragmenteur de Windows 2000; cet individu a été convié par le comité du Congrès US s'occupant de tolérance religieuse à témoigner contre l'Allemagne, qui refusait d'installer un logiciel pouvant contenir des moyens d'espionnage scientologue sur les machines de l'état]
8/17/98 $1,000.00
LA CANADA, CA 91011
EXECUTIVE SOFTWARE -[Contribution]
ROGAN FOR CONGRESS COMMITTEE


JENSEN, SALLY [épouse du précédent]
8/17/98 $1,000.00
LA CANADA, CA 91011
HOMEMAKER -[Contribution]
ROGAN FOR CONGRESS COMMITTEE


JENSEN, CRAIG
6/24/97 $1,000.00
LA CANADA, CA 91011
EXECUTIVE SOFTWARE -[Contribution]
ROGAN FOR CONGRESS COMMITTEE


JENSEN, SALLY
6/24/97 $1,000.00
LA CANADA, CA 91011
HOMEMAKER -[Contribution]
ROGAN FOR CONGRESS COMMITTEE


JENSEN, CRAIG
9/8/96 $1,000.00
LA CANADA, CA 91011
EXECUTIVE SOFTWARE -[Contribution]
ROGAN CAMPAIGN COMMITTEE
[View Image]

JENSEN, SALLY
8/6/96 $1,000.00
LA CANADA, CA 91011
HOMEMAKER -[Contribution]
ROGAN CAMPAIGN COMMITTEE
[View Image]

JENSEN, CRAIG
10/25/95 $1,000.00
LA CANADA, CA 91011
EXECUTIVE SOFTWARE -[Contribution]
ROGAN CAMPAIGN COMMITTEE
[View Image]

JENSEN, SALLY
12/12/95 $1,000.00
LA CANADA, CA 91011
HOMEMAKER -[Contribution]
ROGAN CAMPAIGN COMMITTEE
[View Image]

FESHBACH, JOSEPH
7/26/97 $500.00
PALO ALTO, CA 94306
FESHBACH BROTHERS -[Contribution]
ROGAN FOR CONGRESS COMMITTEE
[View Image]

CARTWRIGHT, NANCY
10/16/98 $250.00
BEVERLY HILLS, CA 90211
ACTOR -[Contribution]
Transaction itemized by: ROGAN FOR CONGRESS COMMITTEE
[View Image]

CARTWRIGHT, NANCY
7/6/98 $500.00
BEVERLY HILLS, CA 90211
ACTOR -[Contribution]
Transaction itemized by: ROGAN FOR CONGRESS COMMITTEE
[View Image]

CARTWRIGHT, NANCY
10/30/98 $500.00
BEVERLY HILLS, CA 90211
ACTOR -[Contribution]
Transaction itemized by: ROGAN FOR CONGRESS COMMITTEE
[View Image]



Ex-député Moorhead: 500 dollars.


JENSEN, CRAIG
7/6/93 $250.00
LA CANADA, CA 91011
EXECUTIVE SOFTWARE INTL -[Contribution]
MOORHEAD FOR CONGRESS COMMITTEE
[View Image]

JENSEN, SALLY
11/1/93 $250.00
LA CANADA, CA 91011
EXECUTIVE SOFTWARE -[Contribution]
MOORHEAD FOR CONGRESS COMMITTEE
[View Image]




Député Gilman: 3000 dollars +


JENSEN, CRAIG
7/2/98 $1,000.00
LA CANADA, CA 91011
EXECUTIVE SOFTWARE -[Contribution]
CITIZENS COMMITTEE FOR GILMAN FOR CONGRESS
[View Image]

JENSEN, SALLY
7/2/98 $1,000.00
LA CANADA, CA 91011
EXECUTIVE SOFTWARE -[Contribution]
CITIZENS COMMITTEE FOR GILMAN FOR CONGRESS
[View Image]

CHAIT, I M MR
7/2/98 $1,000.00
SANTA MONICA, CA 90402
I M CHAIT GALLERIES -[Contribution]
CITIZENS COMMITTEE FOR GILMAN FOR CONGRESS
[View Image]


Sénateur d'Amato: 500 $ +

D'AMATO

GUTIERREZ, CARMEN
11/3/97 $500.00
HIGHLAND BEACH, FL 33487
-[Contribution]
Transaction itemized by: FRIENDS OF SENATOR D'AMATO (1998 COMMITTEE)


Le député Rogan (Républicain Californie) a "hérité " du district de Glendale de Moorhead, lequel avait expédié la lettre plus bas au gouvernement suédois, forçant celui-ci à violer les décisions définitives de sa propre Cour Suprème administrative dans cette affaire de soi-disant violation de copyrights de la secte. Rogan avait également signé le Résolution 22 de 1997 félicitant une organisation scientologique pour ses soi-disant "activités communautaires" à Los Angeles.

En Juin 2000, c'est aussi lui qui présentait le scientologue Craig Jensen comme "ami de longue date", afin que celui-ci déverse sa bile et ses mensonges sur la scientologie, devant le Comité des relations internationales du parlement US chargé du traitement des minorités "religieuses" en Europe de l'Ouest.

Quant à Gilman, (Républicain, New York), président de ce comité, il a émis plusieurs "témoignages" et une résolution particulièrement violente - voir ci-dessus purement et simplement outrageux et mensongers sur la France, l'Allemagne, la Belgique et l'Autriche, en rapport avec la scientologuie et d'autres mouvements sectaires.


Ces gens ne sont pas les seuls à toucher des "frais de campagne" des la part des scientologues. D'autres seront dévoilés sous peu.


3 - Nous présentons ci-dessous un exemple frappant: usage des officiels pour tenter de faire retirer des services d'information du Parlement Suédois un document (secret et protégé par copyrights US) aux buts d'escroquerie manifestes, que la Cour Administrative Suprème de Suède avait admis comme valablement présentable par le Parlement.


Voici la lettre du député Moorhead à la porte-parole du Parlement Suédois: On notera la virulence directe du propos d'un député US envers la porte-patrole d'une assemblée souveraine étrangère.

COMMITTEES:
CARLOS J. MOORHEAD
27TH DISTRICT, CALIFORNIA JUDICIARY

ROOM 2346 CHAIRMAN, SUBCOMMITTEE ON
RAYBURN HOUSE OFFICE BUILDING COURTS AND INTELLECTUAL
PROPERTY
WASHINGTON, DC 20515-0527
(202)225-4176 SUBCOMMITTEE ON
IMMIGRATION AND CLAIMS
SUITE 304
420 NORTH BRAND BOULEVARD COMMERCE
GLANDALE, CA 91203-2345
(818)247-8445 VICE CHAIRMAN, FULL COMMITTEE

SUBCOMMITTEE ON
TELECOMMUNICATIONS AND FINANCE

SUBCOMMITTEE ON ENERGY AND POWER


Congress of the United States
House of Representatives
Washington, DC 20515-0527

28 octobre 1996


The Honorable Birgitta Dahl
Speaker of the Riksdag
100 12 Stockholm
Stockholm, Sweden

Dear Speaker Dahl:

Je vous écris en tant que membre d'une législature nationale à un autre membre de législature nationale et vous demande assistance immédiate pour défendre les intérêts d'une de mes importantes constituantes, le Centre de Technologie religieuse (RTC). Certains écrits spéciaux et avancés de l'Eglise de Scientologie sont rendus publics par le Parlement Suédois, en violation des droits d'auteur appartenant au RTC et des croyances fermement tenues des membres de l'Eglise aux USA et dans le monde. Je vous demande de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour garantir que ces matériaux soient immadiatement rendus à leur propriétaire légitime, le RTC.

Le parlement a reçu ces documents protégés par droits d'auteur de Monsieur Zenon Panoussis. Cette personne se trouve poursuivie devant un tribunal suédois par la RTC pour violation de droits d'auteur. La Cour de district de Stockholm et la Cour d'Appel de Svea ont ordonné la mise sous scellés des matériaux couverts par droits d'auteur; ont ordonné que ceux détenus par M. Panoussis soient saisis, et lui ont refusé de conserver une copie de ces matériaux. Il est évident d'après ces données que M. Panoussis a donné ces matériaux interdits par la Cour d'Appel au Parlement suédois, qu'il n'a aucun droit sur ces matériaux, et aucun droit de les donner au Parlement suédois, et que l'ordre de mise sous scellés de la Cour d'Appel entendait bien conserver ces matériaux au secret.

Ces matériaux du RTC ont fait l'objet de plusieurs décisions de justice pour violations de ces droits d'auteur aux Etats-Unis. Les tribunaux américains ont constaté que RTC possédait ces droits et l'ont autorisé à garder ces matériaux secrets.

Malgré cela, le Parlement suédois continue à les rendre accessibles au public. Cette action du Parlement suédois viole les droits d'auteur de RTC, selon les lois américaines et suédoises sur les droits d'auter et la Convention de Berne, que la Suède a signée. En outre, cela viole la croyance ferme des membres de l'Eglise de Scientologie selon laquelle ces matériaux ne devraient être révélés qu'aux personnes ayant atteint une certaine préparation spirituelle.

J'espère que vous comprendrez mon grave souci lié à ces activités du parlement suédois. Si nos positions étaient inversées, et que le congrès US viole les droits d'auteur d'un citoyen suédois, je suis sûr que vous demanderiez une action corrective. Et je peux vous assurer que si la preuve était faite d'une violation des copyrights, j'userai de toute mon autorité pour faire en sorte que le Congrès US cesse cette violation.

J'espère que vous reconnaissez l'illégalité et l'injustice du Parlement suédois lorsqu'il refuse de rendre le matériau de RTC à son propriétaire, et je compte sur vous pour entreprendre les actions nécessaires pour corriger ce problème.

Respectueusement votre,

[signature]

Carlos J. Moorhead
Chairman, Subcommittee on Courts and Intellectual Property
United States House of Representatives


cc: Justice Minister
Laila Freivalds
Fax: 011468202734

Justice Chancellor
Johan Hirschfeldt
Fax 0114687230357



Réponse de Madame Dahl:

LE PARLEMENT SUEDOIS

LE PORTE PAROLE



KK2-446-96/97



October 31, 1996


Cher collègue Parlementaire, Mr. Carlos J. Moorhead,


Eu égard à votre courrier du 28 octobre, je tiens à vous informer que le Parlement suédois a manié les documents de l'Eglise de Scientologie en stricte conformité à la Constitution suédoise.

C'est évidemment la seule façon de pratiquer pour le Parlement suédois.

Sincèrement

[signature]

Birgitta Dahl


Autre courrier d'un député US président de commission du Congrès sur cette même affaire. Notez le ton excessif et les menaces sous-entendues de problèmes internationaux entre la Suède et les USA, pour une simple affaire de quelques cent pages d'un document protégeant une escroquerie reconnue.

CONGRES DES ETATS-UNIS

House of representatives

Comité du Judiciaire

HOWARD COBLE, Député

Comité du Judiciaire

Le 5 mars 1998



Chère Madame Dahl,

En tant que Président du Sous-Comité du Congrés des Etats-Unis responsable des affaires de protection de la propriété intellectuelle, je suis très contrarié par les problêmes croissants existant dans les relations entre les USA et la Suède, problêmes causés par l'insistance du Parlement suédois à rendre publiques des matériaux non publiés et couverts par copyright, lesquels sont la propriété du Religious Technology Center, citoyen américain. Je suis particulièrement ennuyé par le fait que cette directive ait été maintenue après que le Cabinet suédois sur la recommandation du Ministre des Affaires Etrangères ait décidé en octobre de l'an dernier de mettre sous scellés ce matériau en raison de l'Acte Suédois sur les Secrets. Cette décision se basait sur l'assurance que rendre ce matériau publique entravait les relations entre la Suède et les USA.

Laissez-moi vous assurer dès maintenant, que la décision du Cabinet était tout à fait correcte. Je désire faire passer dans les termes les plus fermes possibles, que le fait qu'une entité du gouvernement suédois rende publics des matériaux protégés par copyright et qui sont la propriété de citoyens des USA, nuit gravement aux relations entre nos deux pays. La décision du Cabinet de mettre le matériau en question sous scellés, afin d'éviter que de tels dommages soient crées était parfaitement sage. De plus, comme vous le savez, les fondements constitutionnels pour sceller ce matériau basés sur l'Acte des Secrets suédois ont été approuvés par la Cour Administrative d'Appel de Stockholm.

Il ne fait aucun doute que la décision du Parlement de maintenir ces matériaux publiquement disponibles, ne fera que dégrader les relations entre la Suède et les USA. Afin de sauvegarder nos relations, je vous enjoins de suivre la décision du Cabinet et de la Cour Administrative d'Appel et de sceller ces matériaux. Permettez-moi de vous assurer que les USA ne resteront pas de glace lorsque les droits intellectuels de ses citoyens seront bafoués et que j'ai demandé au responsable du Commerce des USA d'entreprendre les actions nécessaires pour s'assurer que la Suède fournira une protection adéquate et efficace à la propriété intellectuelle américaine.

Merci de votre rapide intervention dans cette affaire

Sincèrement

Howard COBLE

président

Sous-comité des tribunaux et de la Propriété Intellectuelle


INTERVIEW de Howard Coble par la TV suédoise Channel 4 à propos de ce courrier

(le journaliste rattrappe M. Coble pressé, dans un couloir? )

TV: Mr Coble?

Coble: oui, que voulez-vous?

TV: Vous avez écrit au gouvernement suédois et au Parlement, à propos d'un texte de l'église de scientologie...

Coble: Je ne pense pas... Mr Coby a dû les faire...

TV : Coble!


Coble: Coble, c'est bien moi.


TV: Howard Coble?

Coble: Oui, mais je ne me souviens pas des lettres...


TV: ... adressées au Ministre suédois de la Justice et au Parlement de Suède?


Coble: Non, ça ne me dit rien. Revenez plus tard, et je ... est-ce que c'est ancien?


TV: non, c'est très récent


Coble: je serai heureux de vous répondre, mais il faut que j'y aille.. ce projet de loi...

TV: Mais vous ne vous souvenez pas de ces lettres?

Coble: Pour l'instant, ça ne dit rien du tout, mais je ne peux pas dire... vous savez, on écrit des centaines de courriers par mois; je ne m'en souviens pas, mais peut-être l'ai-je fait.

TV: l'église de scientologie, ça ne vous rappelle rien?

Coble: Non - est-ce que ce serait vraiment récent?

TV: Oui

Coble : c'est le vide, ça ne me dit rien.

Fin de l'interview, Coble s'éloigne.


Enfin, voici la lettre mensongère d'un président américain de la secte à Madame Dahl, sur la même affaire. [nos observations en rouge entre parenthèses carrées] Remarquez l'attaque portée envers le haut fonctionnaire Thyblad.

Stockolm, le 29 novembre 1996

[note du traducteur: ce courrier est semble-t'il effectué sur papier blanc sans en-tête]


Chère Madame Dahl,


Je vous écris de nouveau avec le plus grand respect, non seulement au sujet de la façon dont vous traitez les écrits religieux confidentiels qui sont la propriété de Religious Technology Center, mais également pour porter plainte contre Mr Thyblad.


Je crois que vous et vos collaborateurs n'aimez pas l'église de Scientologie et ses membres. Libre à vous, mais lorsque des préjugés et des désaveux influencent à ce point la conduite d'un gouvernement officiel dans l'exercice de ses fonctions, je me dois de m'insurger au nom de ma religion et des quelques plus de 2500 scientologues qui vivent en Suède. [mensonge: l'estimation la plus probable se situe aux environs de 2 à 300 actifs]


La Constitution suédoise garantit non seulement l'accès publique aux fichiers gouvernementaux, ce que croyez-le ou pas mon église approuve avec conviction, nous avons fait un travail énorme pour améliorer les lois sur la liberté d'information aux USA, mais votre constitution garantit également la liberté de religion. Cela signifie que chacun devrait pouvoir pratiquer ses croyances religieuses sans que le gouvernement puisse intervernir.


Nous pensons que votre façon de traiter nos matériaux sacrés et de les rendre accessibles à tous, viole une de nos plus profondes croyances religieuses qui est que ces matériaux ne peuvent être consultés que par ceux qui sont spirituellement prêts [la véritable raison est qu'il en coûte 200000 dollars pour acheter le droit de les lire, et qu'il s'agit d'une escroquerie pure et dure, ndt]. La majorité des officiels du gouvernement suédois, experts en droits et universitaires des religions, avec lesquels j'ai pu discuter le mois dernier, pensent que quelque chose ne va pas en ce qui concerne les matériaux religieux qui ont été volés [ndt: c'est faux], matériaux protégés par copyright en tant qu'oeuvre non publiée et que votre Cour d'Appel de Svea a éstimé comme matériaux secrets, ces matériaux sont mis à la disposition du public sans même que le sujet ait été étudié en détail par un corps officiel au sein du Parlement. [Oui, mais la Cour Suprème administrative de Suède a décidé qu'ils devaient rester au Parlement] Je sais que le Comité Constitutionnel étudie cette affaire et reconnait qu'il y a un problême. Je sais que cela ne plaidera peut-être pas en ma faveur mais j'espère qu'ils prendront des mesures qui permettront à l'avenir de protèger les propriétés de biens intellectuels dans la même situation.


Vos Directeur et Directeur Député m'ont dit qu'il faudrait un ordre du tribunal pour qu'ils restituent ces matériaux. Nous y travaillons et espérons que cela se fera bientôt. Ces deux personnes m'ont également dit qu'elles n'approuvaient pas la réaction des scientologues face à cette situation, qui en particulier, se présentaient chaque jour au Parlement et s'asseyaient sur ces matériaux. Je peux vous assurer que je préfèrerais que ces presonnes retournent à leur travail et dans leur famille, mais elles espèrent faire quelquechose pour protèger leurs écritures saintes et leur croyances religieuses. Si elles arrivent à empêcher qu'une seule personne ne voie ces matériaux, alors leurs temps et leur énergie n'auront pas été dépensés en vain. Je ne crois pas que vous comprendrez ni même que vous serez d'accord, mais j'espère que vous le respecterez.


Mr Thyblad a été votre porte-parole, je suppose qu'il parle en votre nom, au sujet de ces désagréments avec les scientologues et de leurs efforts pour protéger les écritures confidentielles. Mais maintenant, il est allé trop loin. Laissez-moi vous expliquer. Mr Thyblad a autorisé que nos matériaux soient copiés par quiconque en fait la demande. Notre constitution stipule que les copies ne sont autorisées que pour usage personnel seulement. Mr Thyblad n'en informe pas les gens, il ne leur présise pas quelle est la loi qui leur permettrait de copier ces matériaux. Il en est résulté que des copies ont été expédiées à des journaux qui ont écrit des articles sur les matériaux et à des gens dont la profession consiste à kidnapper des membres de groupes religieux afin de les forcer à abandonner leur foi.


Aussi, afin de protèger nos droits sur ces matériaux et de pratiquer notre croyance religieuse, ce qui ne doit pas tomber entre les mains de personnes non autorisées, nous avons obtenu les noms des gens qui ont ordonné et obtenu l'acquisition de ces matériaux du Parlement. Nos avocats ont expédié à chacune de ces personnes une lettre disant que nous croyons que ces matériaux n'auraient pas du être divulgués, et demandant la restitution de ces matériaux à l'huissier de la Cour compte tenu de la saisie ordonnée par le tribunal.


Mr Thyblad n'est pas d'accord et prétend que nous proférons des menaces judiciaires et que nous effrayons les gens. D'après un article de journal de mercredi et une émission d'hier, Mr Thyblad conseille à ceux qui commandent des copies des matériaux de ne pas le faire par téléphone parcequ'ils devront donner leur nom et que les scientologues leur enverront une lettre. Il recommande à ces gens de se déplacer au Parlement et de se procurer ces matériaux de façon anonyme. Mr Thyblad a décidé qu'il était désormais juge et jury. Il a décidé, sans même avoir pris connaissance de la lettre, qu'il s'agit d'une menace. Je suis surpris compte tenu qu'il a été juge dans le passé et qu'il devrait être bien placé pour savoir qu'un juge doit tenir compte de tous les faits. Il est désormais plus un avocat qu'un officiel neutre. Si quelqu'un est ennuyé avec cette lettre c'est qu'il a certainement de mauvaises intentions vis-à-vis de ces matériaux. Un homme qui se sait innocent n'a pas peur qu'un gendarme le côtoie, à moins qu'il n'ait quelque chose à cacher. Mr Thyblad n'a aucun droit de parler publiquement de sa prise de position contre nos actions, nos actions ne le concernent pas.


Croyez-moi, je n'aime pas la controverse plus que vous mais je ne vais pas rester là à attendre que nos droits soient bafoués, et que notre religion soit ridiculisée par quelques criminels qui ont été poursuivis par un tribunal de justice [l'amusant est que la secte reconnaît ici implicitement que les secrets en question sont ridicules et ridiculisant! ndt - voir un résumé de ces secrets ici: http://www.antisectes.net/xemu.htm]. Nous ferons tout ce que nous pourrons et amènerons cette affaire devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme si nécessaire. [clause habituelle: la menace directe d'aller plus loin, qui a fatigué même le fisc américain à la longue]


Les déclarations partisannes à la presse de Mr Thyblad sont manifestement motivées par quelqu'autre intention et outrepassent ses devoirs de Directeur Député du Parlement. Je me rend compte que vous ne nous aiderez pas, au moins pouvez-vous demander à Mr Thyblad de rester hors de cette affaire et de rester neutre.


Sincèrement

Warren McShane
Président du Religious Technology Center


http://www.onlineathens.com/1998/091198/0911.a3bills.html

4 - La législation pour la campagne des finances souffre un peu plus


Jim Abrams
Associated Press

WASHINGTON - La législation portant sur la campagne de financement semblait morte jeudi, alors que - en cours d'année électorale - la survie politique pourrait dépendre de l'aptitude à engranger les millions de dollars.


Malgré le support d'une majorité de sénateurs, la mesure présentée par les sénateurs John McCain, Rép-Arizona., and Russ Feingold, Dem-Wisconsin, a manqué de huit voix ce qui aurait permis l'ouverture vers le final.


Sept républicains - du même groupe qui avait supporté les votes sur la législation voici quelques mois - ont rejoint les 45 démocrates, lors du vote final 52 à 48, ce qui mit fin au débat.

Feingold a promis de "recommencer plus tard, jusqu'à ce qu'on en ait fini avec ça". Mais il ne reste que quelques semaines à cette session: les espoirs de reprendre huit voix sont assez minces.

Mc Cain a annoncé ensuite qu'il retirait sa mesure en attendant d'obtenir un peu plus d'aide des républicains. "En l'absence d'un progrès, je crains de m'impliquer dans un débat pouvant dévier le Sénat s'il a d'autres affaires importantes à discuter ce jour-là."


Coller des bâtons dans les roues des contributions aux politiques est d'autant plus difficile cette année puisque les législateurs s'y précipitent sur l'argent dont ils ont besoin pour leurs campagnes éléctorales.

Lors d'un rapport de la Commission électorale publié mercredi, calculant les contributions sur 18 mois jusqu'au 30 juin, les comités locaux et nationaux ont obtenu 193 millions de dollars "d'argent direct", dont les montants sont soumis à des limitations, en augmentation de 19 % sur la période comparable de 93-94. Les démocrates obtenaient de leur côté 109 millions de dollars, soit 30 % d'augmentation.


Les sommes indrectes passaient quant à elles à 72 millions de $ (+ 255 %) chez les républicains et à 53 millions (+ 70 %) pour les démocrates.

Pendant le vôte des sénateurs, le comité des affaires du conseil démocrate tenait une conférence, avec le vice-président Al Gore sur scène, suivie d'un dîner avec Cliton: on en attendait quelques 400000 dollars.


Le projet de loi McCain-Feingold parut s'écrouler en février après une tentative de franchssiement de la barrière des 60 voix, mais revint à la vie lorsque les députés Chirstopher Shays, rép. Connecticut et Marty Meehan, dém. Massachussets, passèrent la barrière d'opposition rigide de la présidence républicaine et firent passer leur législation au Parlement.


Les supporters, incapables de faire passer leur projet seul, le joignirent à un amendement sur les dépenses du ministère de l'intérieur, à passer avant le 1er octobre 2000.

Mc Cain - Feingold voudraient interdire l'argent "indirect" - les donations non contrôlées et non limitées faites aux partis politiques. Ils aimeraient aussi pouvoir réguler les annonces publicitaires supposées éduquer les électeurs, mais souvent utilisées pour influencer les élections, et étendre les obligations de déclaration.

Les républicains opposés aux mesures disent qu'elles violent les droits constitutionnels d'expression et qu'il faudrait surtout s'occuper des violations commises par les démocrateslors de la campagne présidentielle de 1996.

Le sénateur Rod Grams, Rép, Minnesota, dit qu'il ne faut pas "repasser les lois qui n'ont pas été respectées ou ceux qui ne les ont pas respectées et essayer de camoufler le tout en reforgeant une nouvelle loi de campagne de financement qui effacerait tout".

Janet Reno, ministre de la Justice, a ouvert cette semaine une enquète de trois mois pour savoir si Clinton et la Maison Blanche avaient coordonné les affaires publicitaires pour aider à sa réelection, dépassant les limites de campagne.

Les supporters de la législation disent que ne pas agir provoquera de nouveaux scandales et davantage de cynisme public. "C'est une affaire d'importance capitale.

D'énormes versements arrivent grâce à cette brèche des dons indirects, et cela a sapé la confiance du public dans le processus électoral.", indique le Sénateur Car Levin, Dém. Michigan.


Les dépenses pour les élections parlemntaires et présidentielles ont dépassé le milliard de dollars en 1996, dit Mc Cain. "Nous réussirons, car les américains nous soutiendront. Je pense qu'ils demanderont tôt ou tard qu'on en finisse avec ce systéme."

Les démocrates disent qu'ils réessayeront sous peu, en présentant la mesure sous forme d'amendement à d'autres législations. "Maintenant, c'est au tour des sénateurs qui supportent vraiment la réforme de tenir les pieds de leurs collègues au feu, en représentant sans cesse le projet", annonçaient les députés Shays et Meehan qui l'aveint soutenu au Congrès.

Mais il est probable que cela ne se passera qu'après la campagne en cours.

L'un des sept républicains qui ont refusé le projet, la sénateur Olympia Snowe du Maine, admet: "après cela, il y aura sans nul doute ceux qui freineront des quatre fers devant une réforme sensée, juste et significatrice, et ceux qui la soutiendront."


Les autres républicains étaient Mc Cain, et les sénateurs Susan Collins du Maine, Fred Thompson du Tennessee, Arlen Specter de Pennsylvanie, Jim Jeffords du Vermont et John Chafee de Rhode Island.

Ce projet portait le numéro 2237.

back

Retour sous index correspondant à ce type de texte :Retour index textes apologistes et relations internationales