La scientologie lui offre BACKCHISH DE 12 millions de dollars POUR SE TAIRE 


 

Un anti-scientologue signale que l'église lui a offert 75 millions F pour se taire
Par Alan Prendergast

14 Août 1997, DENVER NEWS (c) 1997 par Denver News

Au bout de 17 ans de procès, Lawrence Wollersheim sait que parler n'est pas chose gratuite - en tout cas, pas lorsque vous discutez aux avocats, et que l'oeuvre de votre  vie  consiste à dire du mal de l'église de scientologie. Mais le prix à payer pour se taire est encore plus élevé. Trop élevé, selon l'estimation de Wollersheim; c'est pourquoi il a quitté la table de négociations pendant que se discutait l'offre d'arrangement de la scientologie; elle lui aurait rapporté, ainsi qu'à ses quelques collègues, 12 millions de dollars, en échange de l'abandon de sa croisade contre la scientologie.
 
    Wollersheim est l'un des fondateurs de FACTNET, "Réseau de Lutte contre les Tactiques Coercitives", une archive électronique de Boulder, Colorado, qui s'est engagée dans une bataille de copyrights (droits d'auteur) avec les organisations scientologiques au Tribunal de Denver depuis deux ans. Le procès a démarré lorsqu'un des membres du Conseil de Factnet a commencé à publier des extraits des écrits scientologues secrets des niveaux supérieurs sur le réseau Internet. (Voir: cauchemar sur le NET, 6 Mars).

Wollersheim a récemment donné publiquement sa version des efforts de l'église destinés à arranger ce litige, en postant sur Internet un compte-rendu de dix pages portant sur les négociations de la page web de FACTNET. Son manifeste a déclenché quantité de discussions à propos des  12 millions de $ refusés par Wollersheim, dans le groupe de news (forum) alt.religion.scientology, lieu virtuel de rencontre des dissidents scientologues [et d'autres critiques de la secte en raison de la guerre qu'elle a entrepris contre Internet].

    "Je ne peux garder pour moi ce qui s'est passé, a dit Wollersheim, du fait de la mauvaise foi en face; le grand public et les gens qui seraient tentés de s'engager dans des négociations avec la scientologie doivent savoir ce qui se passe derrière les portes closes."

Les officiels scientologues ont cependant un autre terme pour définir ce qui s'est passé hors des tribunaux: extorsion. L'église nie  avoir fait une telle offre de 75 millions de F, c'est en tout cas ce que prétend Mike Rinder, un des membres du Conseil d'Administration de l' Eglise de Scientologie Internationale (CSI). Rinder, que Wollersheim dit avoir rencontré il y a quelques semaines à Los Angeles, compare les tentatives de Wollersheim à celles d'Autumn Jackson, cette femme récemment condamnée alors qu'elle essayait d'extorquer des millions à Bill Cosby. "nous avons porté plainte auprès des autorités", affirme-t'il.

    Wolleresheim insiste cependant : les officiels de l'église avaient accepté de verser cette somme de douze millions dès le commencement des discussions, voici deux mois. Les négociations ont capoté au bout de six semaines, dit-il, car ses adversaires ont cherché à obtenir des restrictions de plus en plus fortes à leur acceptation; entre autres, ils voulaient empècher Wollersheim et les autres membres du Conseil de Facnet - Arnie Lerma et Bob Penny - de parler de l'église ou d'aider lors de litiges anti-scientologues.

    Wollersheim est actuellement le seul participant à commenter les détails supposés de l'offre. Les offres de ce genre sont généralement confidentielles; même l'un des avocats de Wollersheim , supposé présent lors de l'offre, dit "ne pouvoir dire ou pas si les discussions ont eu lieu". Lerma, lui, n'était pas présent lors des discussions, et dit ne pouvoir confirmer le montant offert, mais il a vu des documents spécifiant les conditions exigées par l'église. Bien que les détails fassent l'objet de litiges, ce n'est pas la première fois que la scientologie aurait offert d'acheter un silence; la scientologie reste cet empire religieux fondé en 1954 par l'écrivain de sci-fi Hubbard.

    Au long des ans, la scientologie a tranquillement acheté le silence de plusieurs de ses critiques les plus ardents, pour des sommes situées dans les six ou sept chiffres en dollars. Il y a quelques années, l'avocat Bostonien Michael Flynn, qui avait représenté plusieurs dissidents dans leurs procès contre la scientologie, était parvenu à un "accord global" avec l'église pour lui-même et ses clients; Flynn n'opère plus dans les litiges contre l'église et ne commente plus ses opérations en public.D'autres opposants, comme le CAN [l'ADFI américain, ndt] ont été mis en faillite lors de procès intentés par la secte ou par ses membres, et leurs biens saisis, puis rachetés par les supporters de la scientologie.[à priori, l'arrangement conclu atteignait 10 millions de dollars, soit près de 100 millions  de F à l'époque]
     

      Les batailles légales de Wollersheim contre la scientologie ont commencé en 1980, peu après qu'il ait quitté l'église.  Il a déposé plainte en Californie, disant que le groupe utilisait des méthodes coercitives pour le contraindre à l'orthodoxie et parce qu'il le harrassait après son départ. Il dit que les avocats l'ont contacté à plusieurs reprises au cours des années de lutte avec diverses offres.
       
    La première offre était de 500 000 dollars en 1983, dit-il; il me suffisait d'admettre que tout ce qu'ils m'avaient fait était religieux. Mon avocat a répondu "Nous n'appelerons jamais ce que vous avez fait à un être humain une pratique religieuse légitime".
     
      En 1986, un jury attribuait à Wollersheim 30 millions de dollars de dommages à règler par la scientologie. Les dommages étaient réduits à 2,5 millions en appel: il lui reste à les obtenir. Des entités de l'église l'ont poursuivi trois fois depuis; les trois procès ont été démis, et un des juges a accordé près d'un demi-million de dollars à Wollersheim pour ses frais d'avocats et coûts. (Ceci a été payé brusquement il y a quelques mois, à la surprise de Wollersheim).
    Le procès Factnet date de l'été 1995; les officiels  de l'église avaient obtenu des mandats de perquisition et avaient saisi des ordinateurs et documents dans les domiciles des membres du Conseil de Factnet, MM.Wollersheim, Lerma et Penny, au prétexte que tous les trois étaient impliqués dans la distribution sans autorisation de matériaux couverts par copyrights, et qu'ils avaient violé les "secrets commerciaux" de l'église en postant les secrets soigneusement gardés de la "technologie avancée" sur Internet. Au cours de cette période, le procès a accumulé des milliers de pages de motions et des douzaines de caisses de pièces jointes, pendant que s'épuisaient les 2 millions de dollars d'assurance que Factnet avait contracté peu avant le raid.
     
      Lors d'un procès séparé en Virginie, le tribunal a condamné Lerma pour violation de copyright, puisqu'il avait posté les matériaux; il a été condamné à 2500 $ d'amende. Les avocats du Centre de Technologie Religieuse (RTC) - l'organisme qui détient les droits d'auteur des matériaux non publiés d'Hubbard, ont dit que cette décision (assortie d'une interdiction de poster de nouveau ces documents) leur offrait le soulagement attendu dans l'affaire Facnet; ils ont récemment retiré du procès leur plainte de violation de copyright. Mais le procès continue contre les supposées violations antérieures de Factnet pour des matériaux scientologiques; Wollersheim argue que  RTC a laissé tomber ses poursuites de violation de copyrights et de secrets de commerce, uniquement en raison de la décision prise par Factnet de contester la légitimité des écrits secrets d'Hubbard, car nombre d'autres critiques affirment qu'ils ont été écrits par d'autres.
       
    Wollersheim suggère que la soi-disant offre d'arrangement avait été déclenchée par les efforts de ses avocats, au printemps dernier, destinés à rouvrir les conditions de validation/homologation de la succession de Hubbard, décédé en fuite en 1986; cette réouvertrure permettrait d'examiner le procédé grâce auquel divers droits d'auteur ont été transférés à RTC et à d'autres entités de l'église. Bien que cet effort ait été nié par un juge californien, Wollersheim poursuit le fil de l'affaire et les contre-plaintes déposées envers l'église pour les dommages infligés à son organisation lors du raid de 1995. Il pense avoir touché juste quelque part, car en raison du jugement californien  [définitif]  obtenu contre l'église, il dit être le seul - en dehors de la famille Hubbard - à pouvoir disputer l'homologation de la succession.
      Le Fondateur de Factnet dit avoir approché l'offre d'arrangement avec Rinder, dans un désir sincère de mettre un terme aux litiges passés et présents avec l'église, mais dit aussi que les conditions de l'église étaient inacceptables. Non seulement, dit-il, il aurait fallu accepter de se taire à jamais, ce qui l'aurait empèché de discuter de scientologie ensuite, mais il aurait dû également signer une déclaration  fausse et auto-critque réfutant ses propres  déclarations publiques et critiquant son propre groupe.  Le pire de tout, dit-il, c'est que les officiels de l'église désiraient faire détruire les archives de Factnet; Wollersheim ayant assemblé ce qu'il décrit comme une "énorme bibliothèque" d'information interne de l'église, comprenant des rapports de mauvais traîtements subis par des membres, il a refusé.
       
    "Permettre à une organisation luttant pour la liberté de parole d'être achetée  par une organisation de censure et faire détruire une bibliothèque, serait une dissonance de plus dans le niveau de folie", dit-il.

    Les critiques de la scientologie sur Internet ont exprimé des réactions diverses  au refus d'arrangement de 12 millions de $ de Wollersheim; certains l'ont félicité d'avoir tenu bon, mais d'autres ont exprimé des doutes quant à sa version des évènements, et dit qu'il s'agissait d'une tentative pour lever des fonds. Wollersheim dirige les sceptiques sur la page web de Factnet [anglais,ndt], dans laquelle il a lancé l'opération "REVOLTE POUR LA LIBERTE DE PAROLE", demandant aux gens de boycotter les films où les stars scientologues se produisent, et leur demandant des dons pour diverses causes anti-scientologiques.
     

      "Il ne s'agit pas de faire venir les gens dans l'unique but  qu'ils nous fassent des dons, dit-il; je préfèrerais qu'ils boycottent ces films, qu'ils organisent des manifestations devant les organisations scientologiques, et qu'ils chargent le contenu de nos pages pour les mettre à l'abri. Nous avons bâti cette fondation pour l'avenir."
       
    L'arrangement n'ayant pas été obtenu, le procès Factnet - très acrimonieux - continue vers la décision: il éprouve l'endurance des parties impliquées. Dans les dossiers du Tribunal, Graham Berry, l'avocat de Wollersheim, se plaint du fait que l'autre partie ait engagé des enquèteurs privés  pour harrasser les membres de son équipe et son personnel. Niant l'avoir fait, les avocats de RTC-sciento ont essayé d'obtenir des condamnations pour outrage envers Berry, et prétendu que Factnet avait abusé du processus d'instruction.
     
      Le Juge de Tribunal de District John Kane a considéré ces embuscades si exaspérantes qu'il a intimé  aux deux parties, en un langage bien senti ," l'ordre de cesser de passer à côté de sujet et d'agir comme des avocats". Il a menacé de porter les accusations d'inconduite devant un juge fédéral pour présentation devant un grand jury - et, au cas où les acccusations seraient prouvées mal fondées, de mettre les accusateurs à l'amende.
       
    "Si vous voulez vous battre à chaque étape, vous le paierez", a averti Kane. Vous en paierez chaque penny, chaque dollar. Il n'existe aucune raison pour que les parties conduisent les procès de cette manière. Je ne mets la faute sur le dos d'aucun de vous. J'en ai assez entendu jusque là pour vous dire : la peste de vos affaires."

    Le lecteur sera heureux d'apprendre que la secte criminelle a fini par payer la bagatelle de 8,67 millions de dollars à M. Wollersheim, non pas pour se taire, mais parce que la justice l'y a enfin définitivement forcée. La secte criminelle a usé de tous les subterfuges habituels pendant 22 ans avant de payer finalement, et ce, malgré la promesse solennelle du fou qui la dirige, le célèbre Drivel Masscabbage.

back

Retour sous index correspondant à ce type de texte : presse

Retour Webpage

Recherche? MAIL