LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

ENTREZ DONC, Dentistes, Médecins, Vétérinaires, Kinésithérapeutes, etc...  



Ce texte, le vécu d'un couple de dentistes piégés dans un "séminaire de management" réservé aux professions gagnant bien leur vie, démontre à quelles extrémités peut en arriver la secte  pour faire le plein en dollars. Traduction: Roger Gonnet

Message ID du message original: <33bbe602.9586243@news.snafu.de> références <33c11763.32403857@news.snafu.de> - posting host: n 246-138.berlin.snafu.deMIME Version

Mon expérience ressemble davantage à ce qu'ont les Rowes (autre couple piégé).

EXPERIENCE LAMENTABLE: UN SEMINAIRE DE MANAGEMENT,
par Terry Dean, reporter, CHEROKEE COUNTY HERALD, Alabama, 12 Décembre 1990.

Il nous semble avoir été violés.

Nous nous sentons tellement envahis, nous disons que nous ne pouvons vraiment pas croire que ceci nous soit arrivé un jour.  C'est en ces termes que Dee Rowe, épouse du Dr Glover Rowe, chirurgien dentiste local, a décrit leur vécu d'un soi-disant "séminaire de management" en Californie. Le Docteur et Madame Rowe disent avoir été maintenus contre leur gré dans une secte religieuse et forcés de subir des tentatives de lavage de cerveau. Madame Rowe a identifié l'organisation responsable de ces tentatives d'escroquerie à l'égard de médecins, dentistes, vétérinaires et autres membres de professions de santé: il s'agit d'une affaire installée à Glendale, Californie, s'occupant de séminaires de management.
"Ils font la pub pour des cours de gestion valant 15000 $ pour sept jours." (environ 90000F).
En général, ils prennent un dentiste de votre coin, et écrivent une "lettre de satisfaction"  sur lui. Ce dentiste touche 10 % de commission si vous prenez ces cours.

Nous sommes allés en Californie pour ce séminaire de sept jours, dit Madame Rowe; ces gens pratiquent une forme de contrôle mental; je me remémore maintenant certaines des choses que j'ai faites: ils ont eu énormément d'impact sur moi. Le Dr Rowe est devenu différent, dit-elle, ils l'ont rencontré à plusieurs reprises; ils ont obtenu nos cartes de crédit pour payer d'autres cours de base, des cours censés améliorer l'existence.

Le premier séminaire auquel les Rowe ont assisté se tint du 18 au 25 Octobre à Glendale, Californie, le second, à Orange County, du 15 au 22 Novembre. J'ai alors demandé à Glover de ne pas signer n'importe quoi, mais il m'a répondu qu'il avait déjà signé et qu'il pensait avoir bien fait.

Selon Priscilla Coates, de CAN (réseau anti-sectes américain, qui depuis appartient à la secte à la suite d'une embrouille sciento, ndt), ces gens sont tellement forts dans le domaine du contrôle mental qu'ils n'ont pas besoin d'user de médicaments ou autre dispositif d'altération du mental. "Vous pouvez voir des gens se trimballer avec cet air fixe", dit Madame Rowe.

Les Rowe sont revenus en Californie quelques temps après pour entreprendre leurs autres cours, valant 2500 et 5000 dollars. "J'ai découvert qu'ils avaient fait faire des tests de personnalité, et qu'ils lui faisaient passer une nouvelle version de notre mariage; ils disaient que nous aurions des tas d'ennuis si nous ne prenions pas ces cours, que nous divorcerions dans l'année, que je violerai les enfants."

Lors du second voyage, Mme Rowe  dit s'être sentie mal les trois premiers jours, mais n'avoir pu mettre le doigt sur ce qui la dérangeait.  Ce n'est que le troisième soir que les choses ont commencé à se préciser. "Ils ont posé le  téléphone devant moi, et m'ont dit d'appeler toute ma famille, et de leur dire que j'étais membre de l'église de scientologie; j'ai refusé" - alors, ils m'ont dit, "Tu vois, Dee, maintenant, il faut vraiment que tu le fasses, et ils ont ajouté que je ne pourrais pas partir tant que je n'aurais pas téléphoné."
Après avoir discuté deux heures durant, Mme Rowe les a convaincus de la laisser partir, disant qu'elle appellerait sa famille depuis l'hotel. Quand j'ai commencé à me plaindre de ce qui s'était passé auprès de Glover, il m'a répondu "Tu ne comprends pas, parce que tu n'as pas passé par la Faculté Dentaire: tu es bien forcée de faire ce qu'ils te disent si tu veux avoir ton examen"; alors, je me suis rendue compte que c'est ainsi qu'on éduquait les membres du médical.
Le lendemain, Madame Rowe a dit qu'elle avait appelé sa famille, mais qu'elle n'en était pas satisfaite. Ils ont alors demandé au Docteur Rowe si elle l'avait fait. "Toute la nuit, j'ai pleuré dans la chambre, dit Madame Rowe, ils nous ont renvoyé de bonne heure à l'hôtel; le lendemain, j'ai tout de suite commencé par me plaindre, je disais que tous ces gens essayaient de nous contrôler.
On sépara alors le Dr de Madame Rowe, qu'on emmena dans une pièce, contre un mur; "Là, pendant sept heures d'affilée, un type m'a maniée physiquement, en essayant de me laver le cerveau", dit-elle 'Je le suppliais de me laisser partir, mais il ne cessait de répondre 'Tu vois bien que tu ne peux pas, Dee; il essayait de me faire confesser des crimes; il a commencé par me raconter des histoires de sexe, il me faisait raconter tous les péchés que j'avais commis; il insistait pour que j'écrive tout ce que j'avais fait de néfaste: rien de ce que je leur mettais ne leur suffisait: ce n'était pas assez! Ils ont essayé de me faire dire des crimes que d'autres gens avaient commis.
J'ai ensuite appris que c'était à des fins de chantage."

Cela durait depuis sept heures déjà; Madame Rowe a alors décidé que le mieux à faire était de jouer leur jeu.

"IL ESSAYAIT DE ME CONTROLER", dit-elle; j'ai arrêté de pleurer, je me suis essuyé les yeux, il continuait à me demander des histoires de sexe, alors, je lui en ai mis plein la figure: il a eu l'air content, vraiment. Il m'a dit "Okay, Dee, maintenant que tu es calme, on va voir ce qu'on peut faire de toi. Madame Rowe a alors ouvert la porte, a couru vers la route en criant à l'aide.
Il est resté là à me regarder, a dit Madame Rowe, c'était juste une route nationale, avec un trottoir, j'ai fini par arriver à un croisement. Un type a sauté d'une voiture et a commencé à me courir après : j'étais à un ou deux kilomètres de là, il a tourné, a sauté dans sa voiture quand j'ai commencé à crier.

Madame Rowe, arrivée au croisement, a essayé de rester hors de leur vue; le soleil se couchait; elle a trouvé un restaurant d'où elle a appelé "Gary, je suis dans de beaux draps! ce truc dans lequel nous sommes, c'est une secte!
Gary venait tout juste de commencer à travailler à l'hôtel, et Madame Rowe croyait pouvoir lui faire confiance. "Dee, ces gens demandent que vous reveniez à l'hotel". - Madame Rowe s'est alors aperçue qu'il travaillait pour eux et a refusé de monter dans sa voiture lorsqu'il est passé pour le prendre.
Elle a ensuite appelé Barbra, qui s'occupait de ses enfants à l'hôtel - Barbra étant la collaboratrice du Dr Rowe. "Dee, ils demandent où vous êtes!". Dee s'est arrangée pour rencontrer Barbra avec les enfants, au restaurant proche de l'hôtel, avant d'appeler la police. Mais deux personnes l'attendaient déjà et l'ont poursuivie dans le restaurant, elle a commencé à crier "Appellez la police, appelez la police!", et a pris un taxi pour se rapprocher d'une zône plus fréquentée.
La police avait dit à Madame Rowe d'aller vers une zône fréquentée, parce que les types de la secte la suivraient chez elle. Ils sont partis  vers Irvine, en Californie. "On s'est inscrites à l'hôtel sous un faux nom" - "nous n'avons pu dormir de la nuit." Elle a alors pris contact avec Priscilla Coates du CAN, qui a appelé le Docteur Rowe à 5 heures et demie du matin "Ils lui ont passé la communication parce qu'elle a l'accent Californien..." puis ils ont dit à Glover que que "les gens du CAN nous avaient kidnappées et qu'ils demandaient une rançon!"

Madame Coates a demandé au Docteur:"Est-ce que vous avez l'intention de rester en Scientologie?" et il a répondu "Oui". Ils étaient constamment sur son dos. Glover ne pouvait même pas aller seul aux toilettes. Barbra, le bébé et moi, nous sommes parties, escortées par la police jusque chez nous. Nous avions très peur, c'était le jour de Thanksgiving.
Madame Rowe a su, par le CAN, que le Dr Rowe était probablement sous contrôle de la secte et qu'il n'y avait pas grand espoir de le récupérer.
Vendredi, j'ai décidé de l'appeller pour voir si ça allait. J'ai déguisé ma voix, Glover a répondu; je lui ai demandé s'il était seul, il m'a dit que non. J'ai dit "Est-ce que tu es retenu contre ton gré?" Il m'a dit "Oui". J'ai dit "Si tu peux m'appeler d'ailleurs, fais-le, vas dans un endroit fréquenté et commence à hurler, je vais appeler la police pour qu'ils viennent te chercher." Le type de la sciento a commencé à dire à Glover qu'il ne jouait pas le jeu avec eux, il a dit qu'il était de son côté; après  avoir raccroché, Glover a dit que c'était moi qui appelait."
Le gars a dit "Je crois que je vais y aller - si tu prends le bus pour le centre de dianétique, je te donnerai ton ticket d'avion pour rentrer chez toi." Le Dr Rowe est alors sorti, il est entré dans un centre commercial, a rappelé sa femme et a pris un taxi. Il m'a appelée et m'a dit que j'avais une heure pour prendre mon avion, a dit Madame Rowe.

Ils n'en avaient pas encore fini: une femme scientologue est venue à l'aéroport parler au Dr Rowe : l'employée de l'aéroport se souvient de nous, dit Mr Rowe. "Elle m'a demandé si j'avais des problèmes et a appelé les services de sécurité de l'aéroport pour que je puisse prendre l'avion."

Quand les Rowe sont arrivés , ils ont été pris en charge par deux officiers de police, par le frère du Dr Rowe, par un doyen de son église et le psychologue Craig Branch qui assiste les gens à la sortie des sectes. Un homme s'est approché du frère de Glover pour dire qu'il s'en occupait; il lui a dit "Maintenant que nous sommes là, vous pouvez repartir."

Madame Rowe dit qu'ils vont porter plainte contre la scientologie et la société Sterling. Elle dit que sa mission sera de dénoncer ces gens: "Je ne veux plus les voir tourner autour de notre profession; l'escroquerie est tellement habile... la plupart des gens ne comprennent pas, ils croient vraiment tout ce qu'on leur raconte."

Au cours de leurs recherches, les Rowe se sont rendu compte que leur expérience était  loin d'être  unique. Madame Rowe indique que la Police n'avait même pas été surprise du comportement de la secte. Le CAN a publié, en Mars 1990, l'histoire du Dr Robert Geary, dentiste de l'Ohio qui a payé 200 000 dollars à Sterling Management, et qui dit que ça lui a presque coûté son travail; qu'en outre, sa femme a été très perturbée mentalement.

D'après l'article du CAN, on a dit à Madame Geary qu'elle avait besoin de "devenir Claire" [un de buts présentés comme enviables par la secte], et on l'a maintenue en captivité deux semaines d'affilée dans une cabane "pour qu'elle corrige son comportement qui pouvait faire du tort à l'organisation". Madame Geary y fut privée de nourriture et de repos, jetée contre les murs ou sur le lit, lorsqu'elle essayait de fuir.

Dans l'article, le Dr Geary signale "Dites aux gens qui reçoivent des brochures de la scientologie ou de Sterling de les balancer à la poubelle".

Depuis trois décennies, la scientologie est guidée par l'écrivain de science-fiction Hubbard, Lafayette Ronald, mort à 74 ans. Selon le magazine Fortune, l'église de scientologie est une secte en pleine expansion qui croit détenir des remèdes simples contre le cholestérol, les maladies consécutives aux rayonnements nuisibles, la baisse de productivité, et 'contre tout ce qui va mal dans la société."

Dans une lettre ouverte aux lecteurs, l'éditeur Lyle Stuart du New York Times cite les paroles d'un ancien recruteur de la secte "Notre boulot, en scientologie, c'était de tirer jusqu'au dernier sou d'une personne. On les convainquait que la planète n'était qu'une étape vers la possession de l'univers. " D'après la lettre de Stuart, le but de la scientologie est de faire une moyenne de 80 000 $ par client, qu'on se fait payer à raison de 20 à 30000 dollars par an. Les scientologues demandent parfois aux clients de signer un accord portant sur un milliard d'années.

Les Scientologues recherchent les jeunes dans la tranche 18-25 ans, dit Stuart.

Madame Rowe s'est rappelé d'une autre chose bizarre après l'épreuve. "Quand on est partis de là, ils ont appelé la "Crystal Cathedral". Quand nous sommes venus chez Sterling, la première fois, j'avais le livre de Robert Schuler "Les Temps Durs ne durent pas, mais les Gens Durs, si.".  Je me suis souvenue l'avoir lue souvent le soir à Glover, quand nous étions à l'hotel, mais je n'en ai jamais parlé: ils ont dû mettre un micro dans la pièce, puisqu'ils le savaient."

Les Rowe n'oublieront jamais leur séjour de cauchemar à Parkcourt Hotel à Orange City, Californie. Désormais, il leur semble indispensable d'avertir les autres.

Une scientologue a appelé le cabinet quand nous sommes rentrés, elle a demandé comment ça allait. Je lui ai répondu "Pas vraiment bien. Nous sommes allés à Orange et on nous a retenus contre notre volonté. Nous ne voulons plus rien avoir à faire avec la scientologie, ni avec aucune secte."

Le Dr et Madame Rowe sont ainsi en campagne "pour se débarrasser de ces gens". "Je suis carrément parano, dit Madame Rowe, comme ma baby-sitter - on se méfie, pour le bébé, on a peur d'étre à nouveau victimes..."

Les Rowe, bien que l'affaire leur ait coûté 23000 dollars, sont contents de la fin heureuse: "je crois que le Dieu des Enfants se promène avec une armure", dit Madame Rowe; "On nous a dit que c'était un miracle qu'ils n'aient pas réussi à nous contrôler mentalement. J'en rends grâce à Dieu qui nous a protégés; je crois qu'il y a une cause à tout, et qu'il est maintenant de notre devoir d'informer les gens. Dieu sait bien que je ne pourrai plus me taire du tout!"

-- Retour début document -- Expérience similaire: Ariane Jackson
 
 
 

 

back

Retour sous index correspondant à ce type de texte : presse, média

Retour Webpage