LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Cruise, Tom, et Cruz, Penelope 

et Kidman, Nicole

 

L'oubli souffle derrière le cou de Cruise
by BONNIE GREER
Mail on Sunday
December 9th, 2001
http://beta.yellowbrix.com/pages/newsreal/Story.nsp?story_id=26136414&ID
=newsreal&scategory=Internet&


Tom Cruise a posé torse nu dans Vanity Fair, à qui il livre une déclaration ambigüe quant à l'effondrement de son mariage ou ses voyages aux quatre coins du globe avec Penelope Cruz. L'épousera-t'il? Peut-être... ils pourraient même avoir un millions d'enfants.

Sur preuve émanant de son dernier machin publicitaire, c'est facile de se dire que Thomas Cruise Mapother IV n'est qu'une star surpayée de plus, de courte stature et de longue publicité.

La vérité, c'est que je ne ferai pas de détour pour aller voir un film de Cruise. Il faut qu'on me paie pour que j'en regarde un. Si l'on plaçait la plupart de ses films dans une fusée et qu'on la faisait péter dans l'éther, ils provoqueriaent immédiatement une invasion destructrice des aliens. Nous serions considérés comme des menaces envers la santé et le bien-être des autres êtres de l'univers.

Et il y a aussi la religion. L'église hantée de scientologie. [voir le pourquoi de "hantée": http://www.antisectes.net/xemu.htm]

Voici quelques années, une série de gros calibres d'Hollywood avaient signé une pétition contre les tentatives allemandes pour interdire la scientologie. Les noms de la liste laissaient songeur. Ils avaient signé parce que Cruise avait signé - c'est le nom qui vous donne des crédits en banque. La pétition? Le testament de sa puissance. [ndw: les scientologues avaient d'ailleurs réussi à faire avaler que Cruise était l'homme le plus puissant d'Hollywood; cela s'était passé juste après que sa première femme, pourtant scientologue, ait laissé entendre clairement que Cruise laissait ses aptitudes sexuelles en deuil-- réequilibrage publicitaire?]

Vous savez, Cruise, c'est la plus grande star de ciné de sa génération. S'il est d'accord pour lire votre liste de courses devant une caméra, çà fait 60 millions garantis au box-office. En jargon hollywoodien, il vous "ouvre" un film comme personne d'autre.

Personne n'est là qui puisse le toucher. Lui va toucher la quarantaine, et il est juste en train de taper fort. Sauf accidents et actes de Dieu, on dirait qu'il va s'offrir quarante autres années de domination.

On a comme çà un ou des acteurs par décade: ils font vivre l'ère sur celluloïd. Dans les années cinquante, ce fut Marlon Brando, dans les soixante, Paul Newman et ensuite, Robert Redford; dans les soixante-dix, De Niro et Al Pacino. Depuis le milieu des années 80, c'est Cruise.

Il combine beauté - le vrai mâle de ciné - la star à cheval sur la masculinité et la féminité, avec son propre appétit. C'est l'appétit qu'il faut augmenter, pour devenir le meilleur. Il vient de rien du tout, mais tout geste qu'il fait et l'oubli... l'oublie.Au fond de soi, on ne le considère pas comme le voisin d'à côté, ou notre meilleur copain, mais comme un gars qui a peur d'échouer. On a tous peur d'être découverts. Cruise semble personnifier cela. Regardez-le dans les yeux.

Qu'aucun de ses films sauf Né le quatre juillet, Eyes wide Shut, Rain Man et Magnolia ne soit supportable, ce n'est pas sa faute. C'est le business hollywoodien qui veut çà. Ce qui distingue Cruise, c'est qu'il s'arrange pour surmonter çà en ayant au moins un moment dans chacun de ses films, où vous ignorez ce qu'il fera ensuite.

Quand je l'ai vu dans Magnolia, en Lothario enseignant à un séminaire d'hommes comment séduire les femmes, j'ai été surpris de constater à quel point il était d'accord pour se promener à demi-nu devant une flopée de mecs aboyant. Plus loin dans le film, alors qu'une journaliste l'interviewait, il y allait tout droit de sa performance sous nos yeux. Quand ensuite elle lui dit qu'il était bidon, son visage se pétrifie et il l'attaque, un acte de violence spontané qui réduit les agressions à la Jackie Chan à pas grand chose.

Denzel Washington et George Clooney ont du sex-appeal. C'est les gars à qui vous pouvez vous fier quand il y a à faire. Le sex-appeal de Leonardo di Caprio, Will Smith et Brad Pitt , c'est que ce sont des garçons. On veut s'occuper d'eux, les nourrir. Mais ce sont des gens du dedans, ils font partie du gang. Cruise, c'est celui du dehors, l'esseulé.

Comme toutes les grosses pointures, Cruise vit dans un univers unique. Parfait pour l'audience, puisque aller voir un film, c'est une expérience privée. Peu importe avec combien de personnes on y va, ce qu'on en reçoit, c'est unique. On vient voir s'accomplir le mystère.

Non seulement Cruise est un mystère, mais il est essentiellement auto-absorbé. Il veut qu'on le laisse seul, mais il ne peut s'empècher en même temps de se mettre en scène. On ne sait trop d'où il vient et on aime çà.

Retour sous index correspondant à ce type de texte : comiques

Retour Webpage