Scientologie: CHANTAGE ET VIOL DU "SECRET" DES CONFESSIONS, CAMBRIOLAGE DES CRITIQUES

Entraves à la liberté, harrassement, harcèlement. 


 

Nous allons voir ici ce que la secte fait des confessions et du secret des confessions. Il s'agit de la traduction d'un témoignage sous serment effectué lors du procès de Lavenda Van Schaick contre la secte en 1982. les règles n'ont certainement pas changé. Le témoignage du propre fils d'Hubbard-le-gourou indique que son propre père se servait des secrets d'audition (que la secte appelle volontiers confessions pour la galerie des gouvernement!) afin de faire payer davantage ses clients.  Carroll Garrity était cadre locale du bureau des sales coups de la secte, le célèbre "GO" - qui s'appelle désormais "OSA", c'est à dire, Office des Affaires Spéciales.
(c)1982 par Caroll Garrity et 1997 pour la traduction par R. Gonnet

Voir également: Bulletin d'Hubbard expliquant que les auditeurs doivent faire des rapports de discipline s'ils apprennent en "confession" des exactions portant sur d'autres personnes que le client audité.

Voir aussi: réflexions d'ensemble sur les "confessions" scientologues et le "pardon" scientologue



AFFIDAVIT DE CAROLL GARRITY
(traduction partielle)

Je soussigné, Caroll Garrity, ayant juré préalablement, déclare ce qui suit:

1. Je fus membre de l'église de scientologie d'Avril 1975 à Juillet 1980, et je suis devenue membre du personnel (staff) à plein temps pour les organisations scientologues d'Août 1976 à Juillet 1980.

2. De Novembre 1978 à Juillet 1980, je fus membre de l'Office du Gardien [qui s'appelle désormais OSA, Office des Affaires Spéciales, ndt] dans l'église de scientologie. L'office du gardien, que les scientos nomment généralement le "G.O.", a la charge des enquètes de service secret, d'espionnage, et de relations publiques. L'office du gardien "administre" les groupes de façade, genre écoles, programmes anti-drogues,destinés à faire de l'argent. Je connais personnellement les faits qui suivent et j'ai participé à de nombreuses "opérations" menées par le GO.

3. ...
4. Les activités de l'office du gardien s'élaborent à partir de quelques doctrines de l'église de scientologie qui comprennent la "Règle du Gibier de Potence", (Fair Game) qui dit ceci:

      Ceux qui sont déclarés soumis à la règle du gibier de potence (fair game) peuvent être privés de leurs biens ou blessés par tout scientologue, par n'importe quel moyen. On peut leur mentir, les poursuivre en justice, tricher envers eux, ou les détruire."

5. Je sais personnellement que l'organisation de scientologie a mené diverses opérations cachées contre l'avocat Michael Flynn, afin de le faire radier, de le détruire, et donc, d'éliminer ainsi un repésentant des individus victimisés par la scientologie. L'avocat Flynn était classé parmi les "ennemis principaux" de l'église de scientologie, et j'ai reçu de multiples ordres pour l'attaquer dans les médias, par lme biais d'une campagne de "propagande noire".

6. L'une de ces opérations s'est produite de Janvier à Juillet 1980, lorsque l'Office du gardien a mené une série d'opérations cachées pour infiltrer le cabinet de Michael Flynn en y mettant un espion, dont le nom de code était Oscar, mais qui s'appelait en fait William Broderick. Je savais que d'autres opérations avaient lieu simultanément.

7. Avant Juillet 1980, en tant que Gardien Assistant, j'ai eu plusieurs conversations avec l'avocat Steven Burris de Las Vegas, Nevada, qui représente la scientologie là-bas; ces discussions eurent lieu pour chercher une base permettant d'entamer des poursuites contre Michael Flynn et ceux de son cabinet, ainsi que des poursuites contre Lavenda Van Schaick, Ernest et Dell Hartwell et Eddie Walters. Ces procès étaient liés à la règle scientologique disant qu'il faut utiliser la loi non pas pour gagner mais pour harrasser et attaquer les gens qui veulent critiquer publiquement la scientologie.

8. Lors d'une de mes conversations avec l'avocat Burris en Juillet 1980, il m'a demandé de signer un témoignage sous serment pour une plainte envers Van Schaick, les Hartwell et Kevin Flynn. Je lui ai dit que je ne pouvais pas vérifier les données dites dans ce témoignage. L'avocat Burris m'a dit qu'il savait qu'un agent secret était infiltré chez Flynn. Il m'a demandé "si je me sentais forcée" de dire la vérité dans le témoignage. Je lui ai dit que j'avais toujours dit la vérité, et qu'il lui faudrait trouver quelqu'un d'autre pour signer ça.

9. L'office du gardien a imaginé un système pour empècher Lavenda Van Schaick de parler contre la scientologie. Le nom de code du programme était "Shake and Bake" (secouer et faire cuire). Selon ce programme, les agents du G.O., dont Gary Klinger, furent envoyés dans le Massachussetts pour interroger Madame Van Schaick et utiliser diverses méthodes avec elle pour la faire divorcer, et se débarrasser de son mari, en utilisant entre autres les données des auditions.

10. Le G.O. a passé au crible les dossiers d'audition de Madame Van Schaick, qui contiennent les détails les plus intimes et personnels qui soient, et en a extrait des informations confidentielles afin de s'en servir dans l'opération Shake and Bake.

11. La pratique de relire les dossiers confidentiels d'audition et d'en soutirer des informations privées et intimes est courante en scientologie. Les données glanées, sans que l'individu le sache, sont transmises à "Flag" (QG de la secte à Clearwater, Floride) pour chantage et extorsion de fonds. Cette pratique est générale. Je sais personnellement que de telles informations sont expédiées à Clearwater dans ce but.

12. J'ai reçu spécifiquement l'ordre de l'Office du gardien pour soutirer des informations d'audition du dossier concernant Tonja Burden. J'avais reçu de la direction du GO à Los Angeles un document du dossier de préclair-patient de Tonja, nommé "CE QU'ELLE VOULAIT VOIR MANIER". Il s'agit d'une liste des choses que Tonja désirait voir améliorer dans sa vie. Il y avait aussi une liste des "overts " (péchés), retenues (péchés non dévoilés ailleurs qu'en audition, dans ce cas), etc...  ----

Le but de cet ordre était de calomnier, embarrasser, humilier Tonja; de lui faire perdre sa crédibilité vis à vis du public et de la presse, puisqu'elle avait porté plainte contre la scientologie et contre Hubbard....

13. Lorsqu'on m'a présenté la scientologie et l'audition, à mes débuts, on m'a dit que l'information des "confessions" que je ferai à mon auditeur serait pleinement confidentielle, et que les seules personnes ayant accès à mon dossier seraient l'auditeur et le superviseur des cas... c'est ce qu'on raconte à tout le monde, et ce qui est écrit dans le "Code de l'Auditeur".

...
16. Usage routinier et circulation des informations d'audition se font aux Etats-Unis et à l'étranger, les dossiers d'audition étant expédiés à l'organisation Classe IV la plus proche, qui s'en sert pour la discipline ou le service de renseignements secrets du Gardien .

...
19. Alors que j'étais staff à l'organisation, j'ai été responsable de la division qui vend les livres et services aux personnes et l'on me communiquait régulièrement des renseignements contenus dans les dossiers  d'audition des gens pour qu'on puisse les inciter à acheter davantage et davantage encore...

20. Tout ce qui précède trahit uniformément la confiance qu'une personne accorde à la scientologie et à son auditeur; cela engendre par ailleurs une crainte terrible de la quitter, et de voir ses pensées, sentiments, désirs et actions les plus intimes dévoilés à tout votre entourage, y compris mari ou femme, parents et aux journaux.

21. Quand l'idée de quitter la scientologie m'est venue, après m'être rendu compte que j'avais été trompée et qu'on m'avait menti, ces actions de chantage m'ont vraiment fait très peur...

...

24. J'ai engagé un avocat à Las vegas pour me représenter, ainsi que mon mari, lorsque nous avons quitté la scientologie, afin d'avoir par écrit la date exacte de notre départ, et demander le remboursement des sommes non utilisées encore en compte dans diverses organisations de scientologie. Mon avocat a fait livrer en mains propres une lettre à l'église de scientologie le 21 Mars 1981, les avisant de nos intentions et les avertissant que toute tentative de contact de leur part résulterait en un ordre restrictif, car nous ne voulions aucun contact avec eux.

25. Le lendemain, Maddie Reese, staff dirigeant de Los Angeles, appela la maison de Jane Petersen, autre ancien membre du GO, en me demandant. Jane lui signala que je ne prenais aucune communication de leur part et leur dit de ne pas rappeller.

26. J'ai commencé à recevoir des appels téléphoniques à toute heure du jour et de la nuit, personne ne parlait, ou on raccrochait.

27. Mon mari et moi nous sommes mis en liste rouge, et les appels ont repris peu après. Quelquefois, la personne qui appelait demandait quelqu'un d'inconnu, nous lui disions que nous ne savions rien de la personne demandée, mais les appels reprenaient en demandant la personne.

28. Nous avons déménagé en février, mais les appels vers le nouveau numéro en liste rouge ont repris.

29. Mi-Mars 81, je suis rentrée chez moi pour découvrir que quelqu'un y avait pénétré, que toutes les portes étaient ouvertes, qu'on avait mis mon chien dehors, que la baie sur rails avait été dégondée et posée par terre. La police s'est déplacée, n'a pas pu trouver d'entrée forcée, et n'a pas fait de rapport.

30. Mon mari et moi-même avons porté plainte contre l'église de scientologie, L. Ron Hubbard et Mary Sue Hubbard, au tribunal fédéral de Los Angeles, le 1 Juillet 1981.

31. Je suis rentrée du travail le jour de notre anniversaire de mariage, le 21 Juillet 1981, pour découvrir que la maison avait été visitée, le vélo de course de mon mari (environ 10000F) avait été volé. Pas d'empreintes, car les policiers n'ont trouvé qu'une trace de pas  et une matière grasse couvrait toutes les poignées de porte et de fenètres, pour cacher les empreintes. Nous avons constaté quelques jours plus tard que la chaîne hi-fi avait été volée, et la même substance grasse était présente.

32. J'ai commencé à recevoir des appels téléphoniques d'une fille disant "Est-ce que vos parents sont là?"; je lui répondais qu'elle se trompait de numéro, mais elle rappelait; c'était très dur, car je ne m'étais jamais remise de la mort de mes parents: c'était l'une des choses que la scientologie était supposée m'arranger avec l'audition...
Plus tard, la même fille commença à appeler et à demander mon père. Or, c'avait toujours été très dur de voir mon père malade, et j'avais sans cesse parlé de ceci en audition scientologique.

33. Je reçois toujours des appels : la personne raccroche, ou ne répond pas.

34. Le 28 Juillet 1981, on avait de nouveau cambriolé ma maison; tout avait été cette fois mis à sac, les tiroirs éparpillés, les armoires par terre: le désastre. Cette fois, la fenètre de la pièce de derrière avait été cassée. On n'a pas constaté de vols. Le même officier de police que les deux premières fois a fait un rapport.

35. Le 29 Septembre 1981, même chose. les barreaux de la porte de côté avaient été ôtés, la fenètre avait été forcée. Cette fois, c'est tous mes bijoux, les alliances de mes parents et les affaires de  collège et de régiment de papa qui avaient été volées. Les appareils de photos de mon mari et quelqu'argent avaient disparu. La maison avait été de nouveau mise à sac, tout était de nouveau sur le sol. Les pièces de derrière, idem; tous les papiers et correspondances de scientologie, d'avocat, de justice, avaient été volés. Les policiers n'ont pas trouvé d'empreintes, mais ils ont pris des photos de la pièce. Les policiers n'ont aucun indice, et aucun objet volé n'est réapparu ensuite. Les policiers n'avaient jamais vu une autre maison cambriolée autant de fois en si peu de temps dans ce quartier. Le précédent propriétaire avait passé douze ans: une seule petite alerte tout ce temps.  Mon mari et moi avons perdu de l'argent, du fait que l'assurance couvrait mal les bijoux, et nous avons dû investir en portes, fermetures de sécurité et barreaux de sécurité aux volets. Tous ces incidents ont eu lieu un jeudi [rappel: c'est le jour des statistiques de production scientologiques].

36. Rien de comparable à tout ceci ne m'est jamais arrivé avant que je quitte la scientologie en Juillet 1980.

37....

38. Mon amie Jane Peterson qui fut également staff du bureau du gardien a reçu plusieurs menaces de mort, orales et écrites, depuis qu'elle a quitté la scientologie, et elle a très peur aussi.

39. Je sais que plusieurs opérations similaires ont été menées contre Tonja Burden alors que je travaillais au GO. Je sais qu'un agent du GO , Bill Broderick, était en position d'espionner Tonja Burden et que le GO a acheté un appartement dans le bâtiment de Tonja pour la harceler et l'espionner. C'est pratique courante de sa part contre les ennemis.

Signé sous peine de pénalité de parjure, ce 21 Mai 1982

Carroll Garrity

Souscrit et juré par-devant moi, Carrie B. Stewart, notaire public, ce 21 Mai 1982


Autre déclaration sous serment, datant de juin 2002:

Peter Alexander parlant des dossiers "confidentiels" (anglais sur:
http://www.whyaretheydead.net/lisa_mcpherson/bob/_06_07_PM.htm)

25 [L'avocat MOXON questionne le témoin : Q; quand le témoin répond: A comme answer]:
Page 253

1 Q Est-ce que c'est, qui-est-ce sur cette photo, M. Alexander?
2 A C'est, Mr. Minton, moi, Patricia --
3 Q Okay.
4 A -- Greenway.
5 Q Très bien. M. Minton tient un insigne nazi
6
7 "Vous, votre signe dit "Le sang de Lisa sur les mains de la scientologie??
8 A exact.
9 Q avec deux empreintes de mains ensanglantées?
10 A Oui, mais j'aimerais répondre à cette bande,
11 si je peux
12 Q Oui, je viendrai à la bande dans une seconde
13 car j'ai fait erreur
14 LE TRIBUNAL: Non. Vous l'avez enregistré,
15 Laissez-le répondre maintenant
16 Allez-y
17 LE TEMOIN: Bon, je me suis un peu fait avoir
18 sur cette bande car le gars à la caméra est Joe Mc Neil
19 membre du staff d'OSA scientologie et la veille de la vidéo
20 Joe Neil O'Reilly était sur le trottoir en face de celui où je
21 marchais avec un de ces signes de protestation.
22 Et il était
23 vers le bas du bloc d'immeubles et je suis allé le voir car
24 Bob a dit "Hey, mais que fait ce type?"
25 Et j'ai traversé et je lui ai dit: "Qu'est-ce

Page 254
1 que tu fais"
2 ce gars a commencé à me raconter des choses tirées de mon dossier
3 supposé confidentiel de préclair et à me les hurler
4 vous voyez, des choses pour me gèner, m'intimider,
5 ou quelque chose du genre, et je dois dire que çà
6 m'a vraiment désarçonné
7 Je me suis donc fortement disputé avec Joe Neil
8 qui m'a défié pour qu'on se batte aux poings; je dois dire
9 que j'ai accepté - on est sous serment..
10 On a tourné le coin de rue, et il a changé
11 d'avis. C'est tout ce que je peux dire.
12 Donc, quand il est revenu avec cette vidéo
13 oui, j'étais en colère, car selon l'église de scientologie
14 ils ne font pas ces choses.
15 Ils ne révèlent pas ce qui se trouve dans les dossiers
16 confidentiels. Mais il semble qu'ils avaient entraîné
17 Joe O'Reilly pour le faire etq u'il était bien content
18 de m'attaquer et de me jeter çà à la figure
19 je l'ai ressenti et je suis encore mécontent.
20 Merci
21 Q par. MOXON:
22 Q Cette manifestation qu'on a vu sur la vidéo
23 c'est vous et Patricia Greenway?
24 A C'est exact
25 Q C'était dehors du réfectoire,

Page 255

1 là où les bus scientologues débarquent le personnel?
2 A En effet.
3 Q Et avez-vous entendu ce qui se disait à ce propos
4 avant que le bus ne démarre?
5 A Non.
6 MOXON: Pouvez-vous repasser juste le début de
7 çà?
8 LE TRIBUNAL: Où est la différence?
9 MOXON:
10 Q Très bien, elle dit: 'Dites à Miscavige de se foutre
11 çà au cul'. Vous en souvenez-vous?
12 A Oui, c'était en réponse à ce que Joe O Reilly avait raconté
13 au sujet de mon dossier de préclair, dont vous, vous dites qu'il
14 est censé être confidentiel, alors que manifestement, çà ne l'est pas.

back

Retour sous index correspondant à ce type de texte :témoignages et justice

Retour Webpage