Quelques réflexions sur la "confession" et le "pardon" en scientologie  

La secte utilise ce qu'elle appelle des confessions.

Il s'agirait donc de connaître les péchés pour les pardonner.

Ce sont des listes de questions extraordinairement indiscrètes  qui sont posées à un client ou  à un membre du personnel - et parfois, à des non-scientologues; elle nomme ces listes des "listes de confessional". Il en existe des dizaines de sortes.

Exemples de questions qu'on y pose:

  • "Est-ce que tu as pris des affaires d'un autre étudiant"
  • "Est-ce que tu as désobéi"
  • "Est-ce que tu as des relations sexuelles avec un autre étudiant?

etc.

Mais ça se corse et l'on voit ressortir d'autres raisons à ces questions.

En effet,

A/

Si ces questions sont posées par un auditeur "technicien scientologue" à un préclair "client scientologue", l'auditeur déclarera à la fin: "Par le pouvoir dont je suis investi, tout overt et toute retenue [péchés en scientologais] que tu m'as entièrement et honnètement dits te sont pardonnés par les scientologues".

C'est une première absurdité: aucune personne au monde ne peut être investie d'un droit de pardon pour le compte d'une autre personne si cette dernière ne l'a pas spécifiquement accordé, action par action. Dans les religions, les confesseurs pardonnent pour le compte de la déïté ou des déïtés, et non pour le compte des adeptes de la religion ni de ses officiants.

Deuxième absurdité: le fait que la personne soit "pardonnée" n'évitera pas qu l'auditeur-confesseur fasse son rapport écrit aux services disciplinaires de la secte (qui les transmettent parfois aux services secrets OSA)  sur certains des actes dévoilés par le "pénitent".

On ne fait nulle part ailleurs dans des religions  des listes de péchés confessés pour établir des fichiers et entreprendre des actions de chantage et de rétorsion ou de surveillance accrue vis-à-vis du pénitent ou d'autres personnes. Ces procédés sont dignes du KGB, de la Stasi. Ce sont là des méthodes politiques apparentées à l'auto-dénonciation.

Troisième anomalie: elle réside dans le phrasé : "[les péchés] que tu m'as entièrement et honnètement dits..."

Il est impossible d'être certain qu'on a tout dit de quelque chose, car la mémoire fonctionne par éléments, et l'on peut très bien oublier lundi un détail qui ne reviendra que mardi.

En pareil cas, cela excuserait donc à la secte à estimer qu'elle n'a pas vraiment accordé de "pardon", puisque la personne n'aurait "pas tout dit".

Quatrième absurdité: Ce pardon sera ensuite nullifié dans bon nombre de cas.

Supposons que la secte découvre qu'un staff affamé a volé dans la caisse pour acheter à manger ('crime' contre la scientologie). Une autre fois, cette personne a critiqué Hubbard (acte suppressif). etc, etc.

Les rapports de ces actes seront envoyés dans son "dossier d'éthique" et pourront servir, plus tard, à le punir davantage si ses chefs le décident.

B/

Si ce n'est pas un auditeur qui pratique ce procédé sur le client ou le staff, mais que c'est la section disciplinaire "Ethique HCO", il n'y a pas de pardon fait à la personne.

Pourquoi donc? Soit la confession est destinée à améliorer la personne comme la secte le prétend, soit c'est une mesure disciplinaire pure. Il n'y a aucune raison valide de se servir d'un procédé d'amélioration comme... punition. Et si c'est une punition, il n'y a alors aucune raison de le faire payer lorsque
c'est pratiqué en audition. Il faut choisir...

C/

Ce procédé peut également être pratiqué complètement en dehors de la "religion", en particulier chez des entreprises scientologues du réseau WISE comme Diskkeeper Corporation, Panda Software, Digital Lightwave, etc. Ces sociétés membres de WISE peuvent avoir des salles de cours où l'on enseigne des éléments de la scientologie, et où l'on se servira donc de ces "confessions" pour venir à bout de certaines difficultés d'étude des matériaux scientologues.

On y appliquerait donc une confession "non-religieuse", pourtant exactement identique à celle qu'on pratique en scientologie? Des "confessions" dotées des mêmes problématiques sectaires?

=======

Autres réflexions sur la "confession" scientologue

=========

Retour sous index correspondant à ce type de texte: généraux

Retour Webpage