LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

CLINTON ROULE TRAVOLTA!

TRAVOLTA ADMET QUE CLINTON S'EST SERVI DE L'INCITATION "SECTES" POUR LUI FAIRE LA COUR


plusieurs extraits de plusieurs quotidiens importants

Deuxième texte: Show télévisé "Rencontrez la presse" sur NBC TV: important officiel de la Maison Blanche piégé!
Autre: extrait du St Petersburg's Times  
NEW YORK POST, 12 Février 1998
par Linda Massarella
Trad: Roger Gonnet
    John Travolta dit que le Président Clinton lui a offert de l'aide pour un de ses projets: faire accepter la scientologie comme religion en Allemagne - alors que Travolta s'apprètait à jouer un rôle basé sur le Président.

    Travolta a été manipulé durant la campagne de Clinton afin que son image soit adoucie dans le film "Primary Colors", annonce le magazine George dans son numéro de Mars.
    [il est intéressant de noter que cet hebdo fut créé et est dirigé par le fils de John Fitzgerald Kennedy, JFK junior]

    Ce film, basé sur le best-seller de Joe Klein, parle d'un gouverneur menteur et coureur des Etats du Sud - sur le modèle Clinton - cherchant à se faire élire. George dit que le produit final est bien plus sympathique que le modèle "Othan" du livre de Klein.

    "Il faut être stupide pour ne pas voir que le film favorise Clinton", dit Travolta, qui a pris 10 kgs et a teinté ses cheveux en gris pour faire Clinton.

    "Le script était toujours assez gentil pour lui. On parle d'un type sympathique, mais indirectement, du président sympathique."

    "Ca démontre surtout à quel point Clinton est une personne valable."

    Travolta a dit à l'écrivain Josh Young que juste avant que "Primary Colors" ne soit en studios, l'acteur était à Washington pour promouvoir la scientologie - croyance controversée adoptée par Travolta et par divers autres acteurs hollywoodiens.
    "Le lendemain, j'ai rencontré Clinton," a-t'il dit à George.

    "Il m'a dit :" Votre programme me semble très bien. J'aimerais vraiment vous aider pour cette histoire de scientologie en Allemagne."

    Clinton parlait du refus allemand de faire passer le scientologie au statut religieux, puisque le gouvernement rhénan considère la scientologie comme une secte extrémiste qui trompe ses membres pour leur soutirer leurs économies - affirmation violemment combattue par les scientologues.

    Travolta se souvient: "je m'attendais à la séduction dont j'ai tant entendu parler; je me demandais comment il pourrait bien me séduire"

    "Après qu'on ait discuté, j'ai pensé "Ouais! il a réussi! la scientologie est l'unique sujet qui m'importe..."

    Pour Travolta, on dit que Clinton est allé très loin en assignant spécialement au Conseiller National de la Sécurité Sandy Berger l'administration du dossier sciento.

    Berger a conseillé Travolta comme s'il s'était agi d'un sénateur important, dit George.
    Un officiel de la Maison Blanche disait hier: "C'est tout à fait normal que Berger s'occupe de ce dossier scientologie, "puisqu'il s'agit d'une affaire faisant partie des Droits de l'Homme, affaire que nous avons abordée avec le gouvernement allemand".

    En Novembre, le Secrétaire d'Etat Madeleine Allbright a rencontré le Ministre des Affaires Etrangères Allemand Klaus Kinkel, le pressant de montrer davantage de tolérance envers les scientologues.

    Non seulement Clinton s'est arrangé pour charmer Travolta - mais il a agi sur le co-directeur Mike Nichols et l'acteur Billy Bob Thornton, dit George: tous deux et leurs épouses étaient sur la liste des invités conviés aux raouts estivals du Président à Martha Vineyard - que "Primary Colors" décrit comme une méthode pour faire comprendre la nature de l'infidélité.

    "Une passion pour les gens s'exprime également par l'intermédiaire du sexe," dit-il.

    Thornton, l'auteur d'Arkansas et star de l'excellent "Sling Blade" exerce le rôle de Richard Jennons, sur le modèle du conseiller de Clinton James Carville - mais seulement après avoir reçu l'autorisation de Clinton.

    C'est un grand rôle, il fallait que quelqu'un le fasse - ça pourrait aussi bien avoir été joué par Billy Bob, a dit Clinton à son ami le producteur Harry Thomason, écrit "George". Thomason a bien transmis à Thornton.



     

SHOW TELEVISE 'RENCONTRE AVEC LA PRESSE' sur NBC le 22/2
et commentaires de journaux américains ensuite

La déclaration de John Travolta  disant qu'il aurait influencé l'opinion du  Président Clinton quant à la scientologie par rapport à la position allemande était le sujet de l'émission "Rencontre avec la Presse" de la NBC.

RUSSERT (présentateur): Ce que j'ai dit, M. Berger, c'est que John Travolta a été séduit par le président et a créé un film, "Primary Colors" qui selon le magazine George, présente  une poupée charmeuse du président, car vous l'auriez aidé... sur son affaire d'amour scientologique.

Berger (conseiller du président à la Miason Blanche pour les affaires de sécurité intérieure):
Euh, Tim, il me semble que, euh, vous développez une théorie de conspiration, ici. Le fait est que , euh, il y a eu quelque chose à propos de la scientologie en F.. dans plusieurs pays, l'Allemagne en particulier. Le Département d'Etat aux Droits de l'Homme a critiqué l'Allemagne dans sa discrimination des scientologues. J'ai rencontré une délégation incluant euh, M. Travolta, en disant qu'on continuerait  à discuter avec le gouvernement allemand; euh, hmm, euh, nous croyons que , euh, il ne devrait pas exister de discrimnation uniquement basées sur la croyance, et euh, enfin, c'est tout ce qu'on peut dire à ce sujet.

Russert: Est-ce que vous-même ou le Président avez influencé M. Travolta pour qu'il fasse une meilleure image dans son rôle dans ce film?

Berger: humm, la seule chose, c'est que j'ai essayé d'avoir un autographe pour, euh, un de mes enfants. Mais je n'avais pas d'autre motif en dehors.

Russert: N'est-ce pas inhabituel pour un Conseiller en matière de sécurité nationale de rencontrer et mettre au parfum un acteur hollywoodien?

Berger: Ce n'est pas seulement M. Travolta, il y avait euh, une délégation, de, euh, euh, plusieurs personnes; une demi-douzaine; ils sont venus, ils étaient allés au Hill, et dans le département d'état, euh, et hum, hmm, euh, ils, euh, je ne les ai pas "mis au parfum", je leur ai dit que, euh, on continuerait euh, à discuter avec le gouvernement allemand, euh, hmm, enfin, les droits de l'homme ne devraient pas être violés."



commentaires de journaux:
De L'Evening Star (Londres)

"Toute l'année écoulée, Washington fut surpris de voir Clinton s'intéresser et tenter d'être bien gentil envers la rampante secte scientologue - et surtout, de le voir aider la secte dans sa bagarre anti-allemande pour se faire accepter en tant que religion. En Novembre, Madeleine Albright, Ministre des Affaires Etrangères de Clinton, rencontrait le Ministre Klaus Kinkel en Allemagne et lui demandait d'être plus tolérant envers les scientologues.

La cause est apparue dans un interview révélateur de la star scientologue John Travolta, qui joue le premier rôle dans "Primary Colors", le film de Joe Klein sur le point de sortir, où l'acteur interprète le rôle d'un gouverneur don juanesque des Etats du Sud , moulé sur Clinton. Travolta a commencé le tournage en Avril, au moment où il était à Washington, faisant son lobbying coutumier en faveur des scientologues. Il a eu des résultats: Clinton est allé jusqu'à des mesures exceptionnelles en appointant Sandy Berger, Conseiller à la Sécurité Nationale, pour l'aider dans sa tâche en faveur de la scientologie. "Il faudrait être aveugle pour ne pas voir que le film favorise Clinton", admit Travolta.



Du New York Times , par Frank Rich:
Lors de l'émission de dimanche "Rencontre avec la presse" sur NBC, Mr Berger a expliqué avec quelque mauvaise humeur les raisons pour lesquelles il avait gaspillé son temps et l'argent des contribuables pour mettre au courant une délégation de la star, sur demande du président, quant à l'affaire des sceitnologues par rapport à l'Allemagne. La réponse de M. Berger : "J'essayais d'avoir un autographe pour mon fils" est aussi révélatrice que pitoyable. Imaginez qu'un n'importe qui demande à être reçu au sujet de la persécution des chrétiens en Chine.

M. Clinton  s'est personnellement intéressé à la cause préférée de M. Travolta après avoir rencontré l'acteur à la conférence du printemps sur le bénévolat. Maintenant que voilà Clinton et la Scientologie en train de se défendre face à des affaires scandaleuses, une question se pose: Est-ce que le Président pourrait avoir offert de favoriser la Scientologie, qui doit faire face à une méchante affaire de mort suspecte en Floride, en échange d'une manière plus sympathique de faire jouer son rôle à la star dans le film "Primary Colors"?

Je ne crois pas. Primary Colors a toujours eu l'intention d'être sympa pour Clinton; Hollywood ne distribue simplement pas les rôles aux Travolta - ou aux Tom Hanks, le premier choisi pour jouer au Clinton, pour les tragédies."


St Petersburg Times

WASHINGTON: Il y a ici des gens qui ne font pas confiance à Travolta

Ce n'est pas tout: au moins un de ces allemands - un membre du parlement - n'apprécie pas du tout l'idée que Travolta discute avec le Président Clinton ou avec son conseiller national de la sécurité Sandy Berger du sujet des relations US-Allemagne.

La raison pour laquelle ces législateurs allemands s'inquiètent, c'est que cet acteur populaire soit membre de l'église de scientologie, l'organisation controversée fondée par un écrivain de science-fiction, dont les quartiers généraux Ouest américains sont à Clearwater.

La plupart des américains, habitués aux nouvelles au jour le jour sur des cultes bizarres et d'étranges sectes religieuses ne sont pas aussi gènés quant à la scientologie; mais les allemands, si.

Et parmi leurs motifs, on sait que la scientologie a eu quelques problèmes en Allemagne. D'après le gouvernement allemand, ce n'est pas une religion, mais une affaire de gros sous. Certains de ceux avec qui j'ai discuté vont plus loin et croient que la scientologie est une organisation dangereuse et subversive.

Les scientologues accusent en retour les allemands d'être comme les nazis quand ils persécutent leurs membres et tentent de stopper leur mouvement.

Il n'est donc pas surprenant que les officiels allemands soient mécontents d'apprendre qu'un Travolta discute avec le Président Clinton et ses conseillers de la façon dont les allemands traîtent les scientologues. Ou qu'ils soient suspicieux en apprenant que Travolta joue un président du genre Cliton dans un film, et lisent ensuite que Clinton voulait peut-être profiter de Travolta pour que celui-ci lui fasse jouer un beau rôle dans ce film.

Ce n'est pas ce genre de spéculation de la presse qui avait attiré une dizaine de membres d'une commission parlementaire aux Etats-Unis la semaine passée, mais cela pourrait expliquer pourquoi tant d'allemands se posent des questions sur la scientologie. On pourrait résumer en disant qu'ils la soupçonnent et pensent que les américains ne la soupçonnent pas assez.

"Officiellement, ce que veut apprendre la commission , c'est comment les américains se débrouillent avec la scientologie, les Davidiens, et autres groupes que les allemands considèrent très marginaux. Vu les questions des membres au cours du déjeûner de vendredi, les américains ont bien plus l'habitude de s'arranger de ces choses et pourraient donc leur en apprendre. "Nous voulions aussi savoir ce que les américains pensaient de la façon dont les allemands mènent ces affaires", a dit Ortrun Schatzle, présidente de la commission.

De Lundi à Vendredi, les membres rencontreront des membres du Congrès, des officiels du Ministère, des universitaires, des dirigeants religieux et des leaders d'opinion.  Le plan consiste à faire un rapport au Parlement cet été avec recommandation de législation envers ce qu'on nomme les "sectes et groupes psy-orientés".

Madame Schatzle a dit que la visite de la commision aux Etats-Unis leur avait donné une bien meilleure compréhension de ce qu'était la scientologie: "Nous avons vu les deux visages, dit-elle; le visage ensoleillé qu'elle présente avec ses stars, mais aussi la face ténébreuses, avec les gens victimes d'extorsions et d'escroqueries."

Roland Kohn, autre membre de la Commission, disait que leur groupe avait rencontré "beaucoup d'américains les ayant encouragés à regarder ce qui se passe derrière la façade de la scientologie, par exemple les victimes comme Lisa Mc Pherson.

Lisa Mc Pherson est cette jeune femme de 36 ans morte voici un peu plus de deux ans après avoir passé 17 jours au QG de la scientologie à Clearwater, l'Hotel Fort Harrisson. On s'attend à ce que les autorités entreprennent des poursuites criminelles dans cette affaire.

Les membres de la Commission, Ortrun, Schatzle et les autres, ont fait de leur mieux pour paraître neutres quant à la scientologie, et cela se verra dans leur rapport à l'été pour le parlement. La rapport, a dit Schatzle, parlera de lui-même.

Après le repas, et parlant hors conversation formelle, quelques-uns des délégués furent moins candides, en particluier lorsqu'ils en vinrent au sujet des discussions Clinton, Travolta et le conseiller national de la sécurité.

"Pouvez-vous imaginer le président des USA en train de faire ça? " a demandé un membre de la délégation. On n'a pas loupé ça en Allemagne, je peux vous le dire."

Un porte-parole de la scientologie au bureau de Washington a dit que c'était en fait le président et non Travolta qui avait amené le sujet scientologie/Allemagne sur le tapis, lorsqu'ils s'étaient croisés à Philadelphie l'an passé.

En tout cas, le porte-parole a ajouté "Cette affaire a pris des proportions insensées." 

back

Retour index général

Retour index presse