LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Eviter la rhétorique, se renseigner sur les plans

Clearwater, 100000 habitants, c'est cette ville ensoleillée de Floride qu'on pourrait comparer à Cannes, si la Scientologie n'y avait débarqué en 1975.

Ce n'est qu'ici qu'on observe un beau front de mer déserté, et que la cité est si partagée sur l'amélioration d'un quartier moribond.

DIANE STEINLE
St. Petersburg Times
25 juin 2000

C'est une belle matinée ensoleillée sur le front de mer de Clearwater.

Hélas, ils sont peu nombreux à en profiter.

Au parc Coachman entretenu par la ville, d'où l'on observe le port de Clearwater, quatre gamins courent après une balle rouge. Un sans-abri cherche dans son sac. Un dame réchauffe ses jambes sur un pliant.

Personne en vue sur le terrain de volley.

Personne n'est assis sur les nombreux bancs que la ville avait installés le long de la jetée, espérant faire la joie des touristes.

On observe bien plus de pigeons que de gens en ballade - surtout par une aussi belle journée. La plupart de ceux qui passent dans le quartier du front de mer restent enfermés dans leurs voitures, jetant un oeil distrait sur les rues menant au front de mer et aux plages.

Certains pensent que c'est une honte, et qu'il faudrait bien plus d'activités et bien plus de gens pour en profiter. Mais les environs de la jetée sont ville morte, à l'exception des visiteurs occasionnels lors du festival de Jazz de la fête nationale du quatre juillet.

La grande rue de Clearwater, Cleveland Street, mène tout droit à la mer: on n'y voit pas grand chose pour attirer les gens hors des centres commerciaux et des banlieues de Clearwater.

Les officiels de la cité pensent qu'il pourrait exister un moyen d'insuffler plus d'énergie dans la basse ville moribonde; ils ont demandé à des planificateurs expérimentés de leur tracer des plans de redévoppement.

Ayant signé un accord de partenariat avec deux d'entre eux, George de Guardiola et David Frisbie, ils nous ont fourni un VASTE plan; il y est question de rachat de propriétés, de développer des commerces de détail, des appartements, des immeubles, un cinéma, des restaurants, un môle, des jardins, une nouvelle bibilothèque municipale et un Hall, ainsi qu'un plus vaste parking.

Sortez un soda du frigo, asseyez-vous tranquillement, vous verrez quelque chose qui ressemble au résultat de cette proposition sur Clearwater au cours des derniers mois. Je ne suis pas certaine d'avoir jamais vu la ville si excitée.

Pour que le plan soit mis en route, il faut que le referendum du 11 juillet passe. Il ne manque pas d'électeurs pour y réfléchir.

D'abord, la location des terrains municipaux serait consentie pour un dollar par an, pendant 99 ans. Ensuite, aucun contrat n'a pour l'instant été établi avec les planificateurs. La ville et les officiels ne les négocieront qu'au cas où le référendum serait accepté.

Au début, on a ciblé le débat, et les questions sont restées dans les limites de la civilité. Deux groupes de citoyens, "Sauvez le front de Mer" - qui s'y oppose - et "Citoyens pour un Meilleur Clearwater", qui est pour, ont commencé à analyser le projet, à chercher des fonds, à distribuer l'information et à faire des émules.

Ces groupes ont fait des sites Web. Ils ont dépensé des dizaines de milliers de dollars en annonces et matériel. Les planificateurs/developpeurs et les officiels de la ville ont discuté de leur proposition au cours de dizaines de réunions publiques ou privées partout en ville.

Mais les choses se sont envenimées.

Certains ont dit que le plan servait à ouvrir un casino dans ce quartier - (mais c'est illégal en Floride, messieurs-dames.)

D'autres, sans donner de prueves, ont dit qu'il s'agissait d'une campagne furtive de l'église de scientologie pour augmenter sa mainmise sur des propriétés du quartier, où elle en possède déjà pas mal. Pour certains, le simple fait de lier le mot scientologie au projet suffisant à l'entacher d'opprobre.

La semaine dernière, le groupe "Sauvez le Front de mer" lançait un courrier virulent pour s'opposer au référendum. En plus d'être souvent inexact, le courrier annonçait ceci:

"Ceci permettra au manager de la ville de vendre votre terre pour 1 dollars à la scientologie". Mais le manager de la ville n'a pas autorité pour vendre. Et la vente de terres n'est pas le sujet du referendum, il ne s'agit que de louer sept parcelles.

Lors d'une réunion récente, le planificateur George de Guadiola essayait de conserver son sens de l'humour, alors que certains l'inondaient de questions parfois hostiles. Sa patience était mise à mal: il supportait ça depuis des semaines. Il a dit alors n'avoir jamais vu un endroit où autant de personnes s'imaginaient être reporters enquèteurs.

"Je n'ai jamais vu un endroit aussi actif politiquement", disait-il - c'est assez dur de naviguer dans ce paysage politique."

C'est dur aussi pour les résidents de Clearwater, qui aimeraient savoir pourquoi on les fait voter. Voilà une idée: ignorez la rhétorique et trouvez vous-mêmes ce qui se passe.

Si vous avez un ordinateur et Internet, allez au site Web de la ville http://www.clearwater-fl.com pour y lire les accords entre les planificateurs et la ville. Vous pouvez aussi y voir les plans et dessins des améliorations proposées et les réponses aux questions les plus courantes.

La ville a expédié un courrier récemment, c'est le compte-rendu exact des questions du référendum et des résultats en cas du oui ou du non.

Vous pouvez aussi entendre ce qu'on dira au cours des prochaines réunions à ce sujet, les ... à ....

Et surveiller ce que dira le journal jusqu'au référendum du 11 juilet.

Est-ce que ça vous paraît bien long ? Certes - mais ce pourrait être le plus important des référendums de l'histoire de Clearwater.



http://www.sptimes.com/News/062500/NorthPinellas/Avoid_rhetoric_learn_.shtml

back

Retour index général

Retour sous-index textes courts