LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Le Cesnur exprime son mécontentement quant au rapport français sur les finances sectaires

(Sous le titre "la souris qui rugit":

-original en anglais sur le site cesnurien -)

commentaires en bleu

M. Introvigne explique d'abord qui sont les protagonistes: entre autres, M. Brard, député apparenté communiste est jugé "un des membres les plus extrèmes de la Mission de Lutte contre les Sectes." Dont acte. Massimo Introvigne appelle encore "extrémes" les communistes à la française? Il retarde. Il n'aurait pas oublié par hasard qu'il fait lui-même partie des extrémistes de droite de l'église, étant membre influent d'Alleanza Catolica?

Suit sa présentation du rapport. On lit entre autres: "Le rapport propose de renforcer les exigences pour les assocations à but non-lucratif, de refuser le statut d'associations cultuelles [loi de 1905] aux sectes, car elles s'opposent à l'ordre public...Le rapport discute finalement de savoir si les sectes disposent d'une coordination par le biais d'une structure unique: l'habituelle référence paranoïde au CESNUR est indiquée ici. La commission demande qu'on enquète pour savoir si une "structure inter-sectes existerait pour défendre ces mouvements". Le Cesnur peut-être cette structure, bien qu'elle puisse être coiffée par l'Omnium - petite association défendant les libertés religieuses en France). [serait-ce ici l'aveu du Chef Cesnurien?]

Apparamment, Introvigne est mécontent que le rapport attribue une influence à Omnium... plus sérieusement, toutes les activités cesnuriennes sont pro-sectaires. M. Introvigne, dans une réponse qu'il m'a faite, indique toutefois avoir parfois critiqué nommément des sectes - mais en omettant de me signaler qu'il était alors membre du GRIS, lequel groupe critique effectivement les sectes, donc, c'était avant d'avoir fondé le CESNUR, dont tous les textes sont apologistes. Sans doute le GRIS ne dispose-t'il pas de finances pour s'offrir un avocat de la trempe Introvignienne?


Suit un bref rappel des éléments d'information disponibles, dont le chef du Cesnur prétend qu'ils sont souvent de nature confidentielle (membres des sectes nommés). Il omet d'ajouter que ces gens sont pour la plupart trop heureux de paraître en public pour défendre leur mouvement. Il conseille indirectement aux sectes de porter plainte pour violation de la vie privée... prétendant que les dispositions françaises exemptent les commissions parlementaires de ces lois: non seulement c'est faux, mais de surcroît, il omet - il oublie vraiment bien des détails importants - de dire que ses grands amis américains vont bien plus loin dans la violation de la vie privée, dévoilant non seulement les secrets d'alcove de leur président en exercice, mais le faisant publiquement et par le menu. Et pourquoi donc le CESNURien Massimo Introvigne se croit-il obligé d'attaquer les gouvernements qui, contrairement aux USA, ne partagent pas les idées maffieuses de certaines sectes, dont en particulier, je me fais ici le plaisir de rappeller qu'elles violent parfois la vie privée de leurs anciens membres devenus critiques - exemple ici?

Enfin, à lire Introvigne, "le gouvernement a accouché d'une souris, puisque la commission admet que peu de sectes sont poursuivies en justice et peu sont condamnées." En omettant toutefois - encore ? - de souligner les condamnations de groupes comme la multinationale scientologie, pour laquelle le CESNUR admet toutes les bienveillances, mais pas les critiques... Il conclut que la majorité des activités répertoriées seraient considérées comme normales dans n'importe quel groupe non catalogué parmi les sectes... oubliant (toujours?) de dire que ces autres groupes ne font précisément pas ce type d'activité dans les mêmes buts. Et n'oublierait-il pas (aussi?) de signaler que le nombre des affaires portées en justice en France a été multiplié par dix au cours des quelques dernières années?

(Connaît-on beaucoup de catholiques, par exemple, tentant d'infiltrer les gouvernements ou l'Ordre des Médecins, puis communiquant les rapports secrets au Vatican par voies codées ultra-confidentielle; connaît-on des archevèques émettant des listes d'ordres ultra-secrets confidentiels pour prendre le contrôle d'un pays? ou d'une municipalité? Ou des prètres payés pour violer les secrets de la confession de leurs ouailles, émettant des rapports écrits aux "services secrets" de la Curie?)


Et Introvigne de tenter finalement de semer la zizanie parmi les membres de la commission parlementaire, certains d'entre eux ayant plus insisté que d'autres à bien mettre en avant le fait que la liberté de religion doit continuer à être respectée en France... mais Cesnur omet de fournir le moindre exemple d'irrespect français envers les libertés religieuses; lui ou ses amis sectaires se servent même des deux lignes "incertaines" du procès de Lyon contre la scientologie, pour déclarer la secte "religion".


En conclusion, j'aurais aussi bien pu titrer :
"Ce qu'omet de dire M. Introvigne à propos du texte de la commission de l'assemblée française sur les finances des sectes". Ce qui compte ici, c'est ce n'est plus ce qu'Introvigne dit, mais ce qu'il ne dit pas.


(PS: voir le rapport de l'assemblée au complet -5 fichiers longs - ou le tableau du rapport sur la scientologie ici).

back

Retour index général

Retour index apologistes