6 courts Articles du Buffalo News complémentaires aux quatre articles de base du journal sur la secte scientologue  

1. La validité du test de personnalité et du test de stress mise en doute - ci-dessous

2. Les spécialistes en toxicomanie critiquent le programme de désintoxication scientologue

3. Comment on y traite les Stars

4. Ce que croient les scientologues et ce que disent les critiques

5. L'homme derrière la scientologie - le commencement

6. Comment elle se défend contre ses critiques

===

http://www.buffalonews.com/editorial/20050202/1008269.asp

La validité des tests de personnalité et de stress est mise en doute

2/2/2005

Les tests : de personnalité, de stress et de Q.I. sont des outils de recrutement pour la scientologie

Arrètez-vous à l'un des kiosques du centre commercial, ou lisez une de leurs publications, et vous risquez d'y trouver un "test de personnalité gratuit."

Ce test est depuis lonttemps un outil de recrutement pour l'église de scientologie.

Intitulé "Test de Personnalité d'Oxford (OCA) bien qu'il n'ait rien à voir avec l'université du même nom, mènerait les gens vers l'amélioration de soi, explique Teresa Reger, présidente de l'église de Buffalo.

Mais tout le monde ne partage pas ce point de vue.

Anne-Marie Dunning est une ancienne employée qui évaluait les résultats des tests avant de quitter l'église en mai 2003.

"Les tests sont manipulés à la base, il faut que quelque chose n'aille pas bien, explique Anne-Marie; on dit à la personne qui prend les tests tout ce qui ne colle pas chez elle. Et la plupart du temps, c'est toujours la même chose qui est négative chez tous les testés."

Le test, comme celui du stress ou celui du quotient intellectuel (Q.I.) sont des outils de vente pour coincer les gens afin qu'ils achètent les cours et matériaux dispendieux de l'église, dit-elle.

Ni Reger, ni aucun site web de l'église ne fournissent d'explication qui donne du poids à ces tests.

Robert Spies, directeur associé de "Mesures Mentales" de Lincoln, au Nebraska, qui édite l'annuaire des Mesures mentales chaque année - la bible des tests psychologiques - doute des tests fournis par des associations qui, comme la scientologie, ne révèlent pas leur méthodologie de tests.

Tout groupe devrait inclure un information soutenant l'usage de ses tests, explique-t'il; s'ils ne peuvent le faire, c'est que leurs tests ne correpsondent pas aux normes des tests d'éducation et des tests psychologiques.

Les critiques sonnent l'alerte: les tests scientologues, avec leur air innocent, attirent beaucoup les jeunes.

L'an passé, lors de la fête du Comté d'Erie, deux adolescents en ballade sont entrés dans la tente de l'église pour faire un test de personnalité.

Ces jeunes gens, Dorothy McLoughlin de Hamburg et Andrew Beebe de West Seneca se sont branchés sur l'électromètre via deux boites de conserve; c'est un galvanomètre avec un cadran à aiguille. Il passe un petit courant dans le corps.

"J'ai pensé que c'était juste, explique Mc Loughlin, 16 ans. IL y a des choses qui sont des facteurs de stress personnels et l'aiguille filait hors du cadran."


- Mark Sommer

==

http://www.buffalonews.com/editorial/20050201/1051251.asp

Les spécialistes critiquent le programme de désintoxication

2/1/2005

Les scientologues placent beaucoup leurs billes dans leur programme de traitement de la drogue.

Mais trois spécialistes régionaux ont expliqué que la documentation présentée pour avaliser le programme créé par le fondateur de l'église Ron Hubbard ont dit qu'il était truffé de conclusions sans fondement; d'affirmations inexcates et de médiocre méthodologie.

"Le niveau de recherche est des plus faibles. Cela ne colle pas même à la méthodologie scientifique de base, explique le Dr Paul Updike, directeur médical à la dépendance toxicomane de l'Hopital Sisters. Il n'y a aucun moyen de voir la moindre corrélation entre ces études et le traitement d'une dépendance chimique."

Le Procédé de purification prétend dabarrasser le corps des drogues illicites, des toxines environementales et d'autres résidus chimiques.

A Buffalo, ce traitement se pratique dans le sous-sol de l'église. Un procédé similaire a été proposé au Centre pénitentiaire d'Erie.

Clark Carr, président de Narconon International, association liée à la scientologie, a envoyé au Buffalo News une "documentation scientifique" comprenant "des études publiées dans des journaux révisés par des pairs au cours des 20 dernières années."

Carr ajoute: "C'est une procédure largement validée".

Mais l'expert Updike de Buffalo a expliqué que seuls quelques-uns des articles traitaient de recherches sur la dépendance chimique. Il ajoute que le fait que les auteurs principal et secondaires servaient de conseillers Narconon ne fait que renforcer le doute.

Le Dr Updike a exprimé un doute sur l'affirmation d'Hubbard prétendant que les sueurs se coloreraient lors de la sudation. ("C'est bizarre - la plupart des gens du corps médical réfuteraient ça"). Il a douté du fait que les opiacés et les drogues psychédéliques soient stockées des années durant dans le corps. ("Rien dans ce qu'ils présentent ne le confirme"), ou que la niacine expulserait les drogues des tissus adipeux ("la niacine n'est pas un traitement standard des dépendances chimiques").

Le Buffalo News a également questionné le Dr Whitney, directeur des services d'addiction du Centre Hopistalier d'Erie et le Dr Ronald Santasiero, médecin praticien ès médecine holistique du Centre de médecine holistique Sedonia à Hamburg.

"Ils font comme si le test était beaucoup plus rigoureux et fondé sur des preuves qu'il ne l'est en fait," a dit Whitney à propos du programme hubbardite de désintoxication.

Il s'est inquiété qu'Hubbard utilise le vitamine B1 lors du sevrage:

"C'est inexact et ça présente un risque," a dit le Dr Whitney.

Santasiero a de son côté indiqué qu'il pensait que certaines idées d'Hubbard avait leur intérêt, mais que la méthodologie était absente.

Ce qu'ils disent ici, c'est "C'est ce que nous croyons, et nous n'avons pas besoin d'autres preuves."

- Mark Sommer

=========

http://www.buffalonews.com/editorial/20050131/1067682.asp

Traitement pour Stars

1/31/2005

Robert Kirkham/Buffalo News
photo

Jenna Elfman était l'une des célébrités présentes pour couper le ruban du nouveau bâtiment de l'église de scientologie de Buffalo en novembre 2003.

Quand les gens pensent église de scientologie, beaucoup pensent Tom Cruise. Ou John Travolta. Ou Jenna Elfman, qui ajouta son prestige de star à l'ouverture de l'église de Buffalo.

"Peut-être la scientologie vous a-t'elle faite plus jolie encore, a ironisé Kim Harman organisateur dans la communauté. Quelle autre religion peut promouvoir ses plus belles stars en porte-parole?"

Si la scientologie est une secte, comme l'expliquent les critiques, pourquoi les stars hollywoodiennes y-sont-elles attirées?

Les critiques expliquent que la secte empèche les stars de voir les côtés sombres, et qu'elle les cajole dans des centres bien arrangés et spécifiques aux stars.

Mais Jenna Elfman, co-star dans Dharma et Greg, a expliqué que la scientologie avait les réponses qu'elle attendait.

Comme bien des scientologues, elle dit n'avoir jamais lu de critiques de l'église et n'avoir ressenti aucun besoin de le faire.

"La scientologie est si épatante pour les artistes, elle vous permet de devenir vous-même, " explique Jenna.

Avant de lire quoi que ce soit de critique, j'avais lu "la Dianétique", et ça m'a convaincu. Quand je sens que quelque chose est vrai pour moi, c'est mon intégrité, et je me fiche de ce que les autres disent."

Ses commentaires sont l'écho d'une citation populaire Hubbard, qui disait "Ce qui est vrai pour vous est vrai pour vous."

—Mark Sommer

=============

http://www.buffalonews.com/editorial/20050130/1056579.asp

Ce que les scientologues croient, et ce que disent les critiques

30/1/2005

Robert Kirkham/Buffalo News

Les buts (un mix philosophique) et le crédo de la scientologie sont affichés à l'église de Buffalo.

(photo)

Robert Kirkham/Buffalo News

Colin Davie, secrétaire public exécutif de la branche des l'église scientologue de Buffalo discutent des principes dianétiques avec un visiteur qui ne tient pas à ce qu'on cite son nom.

Parmi les croyances:

• Il y a un "être suprème". L'église n'est pas chrétienne et n'adore pas de dieu.

• les hommes sont des êtres réincarnés, de nature spirituelle.

• On peut parvenir à des états d'illumination de plus en plus élevés par les cours et "l'audition", qui se pratique au moyen d'un genre de détecteur de mensonges appelé E-Meter.

• Ce sont des expériences traumatiques qui affaiblissent les gens; elles sont enregistrées dans des images mentales nommées "engrammes" qu'on efface dans le "mental réactif", grâce à "l'audition". On audite aussi les vies antérieures.

•Des esprits désincarnés possédant des faux souvenirs implantés ont été expédiés sur terre il y a 75 millions d'années par Xenu, un tyran galactique; ces esprits désincarnés sont soudés aux êtres humains; ils sont sources de misères et de conflits.

•70 % des maladies, y compris arthrites, migraines, asthmes et ulcères, sont psychosomatiques et peuvent être soignées sans l'aide de la médecine.

Ce que font les scientologues:

•Lutte conte l'illetrisme au moyen de la "tech d'étude", une méthode de lecture et d'étude imaginée par L. Ron Hubbard

•Encourager les gens, au moyen d'éducation, de traitement contre la toxicomanie et de travail sur la jeunesse à ne pas utiliser de drogues

•Encourager l'usage de l'oeuvre de Hubbard dans les affaires, par l'intermédiaire de WISE, une organisation internationale promouvant l'approche d'Hubbard dans les affaires et le management

•Campagne contre la psychiatrie et les drogues à susage psychiatrique.

Mais les critiques disent:

•la scientologie est une secte autoritaire dont le but est de faire de l'argent et qui se camoufle derrière un masque religieux

•L'organisation se sert de "Routines d'entrainement" utilisant de classiques méthodes de contôle mental.

•La scientologie se fonde sur des théories médicales et psychologiques erronées ou dépassées

•Les entités liées à la scientologie dans le monde sont des façades destinées à cacher son implication et à masquer ses enseignements controversés.

• L'organisation brise les familles en poussant les individus à rompre les contacts avec les parents ou amis qui critiquent la scientologie.

L'argent derrière la scientologie

Combien la scientologie collecte-t-elle chaque année?

Personne ne le sait vraiment sauf les dirigeants, car les statuts sans but lucratif de l'église permettent de cacher ses ressources sans que le public puisse y accéder. Les chefs de l'église ne parlent pas de ses rentrées ni de sa valeur.

Mais voici un aperçu de quelques chiffres:

$ 398 millions: les biens mondiaux d l'église en 1993, la dernière année où elle a rempli une déclaration d'impôts

$ 300 millions: chiffre des ventes de l'église dans le monde en 1993, investissement, livres et honoraires des auditions

$ 300,000 et plus: prix que paiera une seule personne pour prendre les cours et auditions pour achever le "Pont vers la Liberté Totale" [c'est à dire la partie des "services" allant du début au niveau "OT8" - lequel ne marque pas la fin de la "progression" en question - l'ensemble des "produits que vend la secte dépasse en fait le million de dollars]

9 millions: Nombre de membres que l'église prétend avoir dans le monde, dont la moitié aux Etats-Unis. Les critiques et anciens membres disent que le chiffre serait compris entre 150 et 200000 [voire nettement moins, je penche vers un chiffre de 25000 membres "passablement convaincus", auxquels s'ajouteraient 35-40000 plus ou moins novices, ndt]

500: nombre de scientologues à Buffalo, selon les officiels de l'église.

$2 million to $2.5 million: Somme payée pour la rénovation du batiment de l'église de Buffalo, selon son principal supporter financier.

Somme indéterminée: Valeur des propriétés importantes acquises par la scientologie dans le monde, plus capital accumulé en dons effectués par des stars ou autres généreux donateurs

Mark Sommer

=========

http://www.buffalonews.com/editorial/20050130/1056545.asp

L'homme derrière l'église: les débuts de la scientologie

L. Ron Hubbard - au long des ans

1/30/2005

Robert Kirkham/Buffalo News

(photo)

Des kiosques et autres exhibitions expliquent la scientologie aux visiteurs des locaux rénovés de l'église sur Main Street

Robert Kirkham/Buffalo News

(photo)

La scientologue Kathy Dunford de Lancaster lit un ouivrage d'Hubbard sous un portrait du fondateur de l'église


• Lafayette Ronald Hubbard est né à Tilden, Nebraska, le 13 mars 1911

• En 1931 et 1932, il est allé à l'Université George Washington. Il a pris trois cours d'ingéniérie, a raté son cours de physique moléculaire mais s'est ensuite néanmoins fait passer pour un physicien nucléaire.

• Durant la seconde guerre mondiale il a servi dans la Navy. Il a ensuite prétendu avoir obtenu des décorations qu'il n'a jamais eues, et a prétendu avoir été blessé au combat, alors que les faits démontrent qu'il n'a jamais souffert.

•Au début de sa vie professionnelle, il a réussi comme écrivain de science-fiction, de romans à l'eau de rose et westerns.

•En 1950, il a écrit son best-seller dianético-scientologique, "La Dianétique, science moderne de la santé mentale"

• In 1954, Hubbard a créé la première église de scientologie à Los Angeles.

• In 1977, Hubbard fut appelé "Co-conspirateur non inculpé" dans des crimes fédéraux ayant abouti à la condamnation à cinq années de prison pour 11 cadres scientologues, accusés d'avoir cambriolé, infiltré et mis sur écoute l'IRS, le FBI et d'autres administrations.

• In 1986, Hubbard mourait, "disparu" depuis des années et vivant en reclus.

=========


http://www.buffalonews.com/editorial/20050130/1055254.asp

La défense contre les critiques

30/1/2005

Le CAN (équivalent de l'ADFI française aux USA, ndt) recevait généralement davantage d'appels téléphoniques au sujet de la scientologie qu'à propos de n'importe quel autre groupe. Puis les scientologues firent une flopée de procès qui permirent à la secte de prendre le contrôle du CAN.

Désormais, ceux qui appelent la hotline ont de fortes chances de tomber sur un scientologue.

C'est ce que disent plusieurs journaux et Cynthia Kisser, ancienne dirigeante du CAN, redevenue avocate à Chicago.

"C'est à peu près comme si le Klu-Klux-Klan avait pris le contrôle de la LICRA anti-raciste", dit-elle.

L'église de scientologie attaque les ex-membres qui parlent d'elle, les journalistes, les politiques et d'autres qu'elle considèrent comme représentant une menace.

Elle a dépensé des dizaines de millions de dollars en procès et en enquèteurs privés, selon le St Petersburg Times, qui est depuis longtemps en bisbille avec la scientologie.

Et sa tactique fonctionne.

Plusieurs anciens scientologues, universitaires, et d'autres que nous avons contactés pour les articles, ont refusé d'être entendus, en expliquant leur crainte des mesures de rétorsion.

L'église prétend qu'elle doit se protéger, et le faire légalement, car de puissants ennemis ont décidé de la détruire.

La scientologie nomme comme ennemis: le gouvernement américain, y compris le FBI et l'IRS; la presse, et la médecine en général.

"Nous nous opposons aux gens qui ne veulent pas que nous réussissions," explique Teresa Reger, présidente de la Scientologie locale. Il y a ici des gens ayant un intérêt personnel à droguer les gens et à les laisser en bas."

Le CAN avait la plus importante collection de documentation sur les organisations de type sectaire entre 1978 et 1994.

Les scientologues l'ont toujours considéré comme un "groupe de haine" pratiquant la bigoterie religieuse et les déprogrammations illégales.

Les scientologues ont donc déposé 50 plaintes contre le réseau du CAN, qui a été poursuivi dans 15 d'entre elles. Cela lui a coûté près de 2 millions de dollars.

Il a finalement été mené à la faillite après qu'un jugement civil le condamne à verser 1,8 million $ lors du procès d'un plaignant entraîné par un chef avocat scientologue; cette personne était membre d'une église pentecôtiste et un déprogrammeur s'était occupé d'elle après l'avoir kidnappée [ndt: c'est la mère de ce jeune homme qui avait préparé l'affaire].

Des scientologues achetèrent alors le réseau et ses quelques 5000 dossiers, y compris des informations sur des gens qui s'étaient plaints de l'église.

Le réseau ne considère plus la scientologie comme une secte, nous a expliqué une dame qui répondait sur la hotline -- mais n'a pas voulu donner son nom.

Le fondateur Hubbard a écrit une règle interne dénommée "Fair Game - Gibier de Potence".

"Le but de la plainte en justice est de harceler et décourager plutôt que gagner," disait-il en 1955. "On peut très facilement se servir de la loi pour harceler, et mettre assez de harfcèlement envers quelqu'un qui est de toutes façon en marge... provoquera généralement son déclin professionnel. Si possible, évidemment, ruinez-le complètement".

Stephen Kent, professeur de sociologie de l'université d'Alberta au Canada, auteur de nombreux textes sur la scientologie, explique que cette loi du Gibier de POtence - Fair Game- sert à casser l'ennemi. "C'est un programme très efficace, en partie parce que l'église, au moins selon de vieilles règles internes, incite à fabriquer de la diffamation sur la personne, si elle n'arrive pas à trouver de quoi faire pression sur elle."

Cette règle fut découverte en 1977 lorsque le FBI fit une descente sur les centre scientologues de Los Angelès et Washington. On découvrit qu'ils avaient infiltré, cambriolé, et mis sur écoute illicite diverses administrations dont le FBI et l'IRS.

Onze cadres supérieurs de l'église dont la troisième épouse d'Hubbard furent condamnés à 5 ans de prison ferme. Hubbard fut nommé en tant que "Co-conspirateur non inculpé".

L'IRS était l'une des cibles de l'église, après la révocation de son statut d'exemption d'impôts en 1967, -- car elle fonctionnait comme une affaire commerciale.

L'église et ses membres déposèrent peu à peu quelques 2200 plaintes en justice contre l'IRS, et des enquèteurs furent payés pour fouiller la vie privée des officiels de l'agence, expliqua le New York Times.

En 1993, l'IRS a rendu à l'église ses statuts sans but lucratif.

Richard Behar a raconté avoir été surveillé par six détectives privés alors qu'il écrivait un article de couverture pour le Time Magazine sur l'église: "Scientologie, la secte de la rapacité". Les procès qui se succédèrent et coûtèrent quelques 7 millions de dollars à Time font dire à Behar que cela a refroidi la Presse.

L'église continue néanmoins à soutenir que la doctrine du Fair Game avait été annulée peu après sa publication.

"Ca n'existe plus, et ça n'existe plus depuis des années et des années, " dit Reger.

Mais quelle autre église loue des détectives pour enquèter sur les critiques?

"Pourquoi pas, dit Reger. Vous allez nous attaquer, nous vous attaquerons."

Hubbard écrivit par ailleurs que toute personne qui critique la scientologie a un passé criminel

Reger est d'accord avec lui.

"Les gens qui critiquent la scientologie ont quelque chose à cacher, dit-elle. Il doit y avoir quelque crime, viol, pronographie pédophile, il y a forcément quelque chose."

"Et vous, vous avez quoi," demanda-t'elle au Reporter.

- Mark Sommer

Retour sous index correspondant à ce type de texte

Retour Webpage