Résumé:

ce témoin du procès Barbier contre la scientologie explique qu'il n'est pas permis de faire de la scientologie en même temps qu'être suivi par un psy. Que la secte n'a rien fait à son homosexualité, qui lui posait problème. Que la secte prépare ses emprunts sans même se déplacer. Que l'on y vit en autarcie. Quel'on vous y retire le passeport aux USA. Que l'on y est fiché, surveillé, et qu'il est long de se dégager de l'emprise du mouvement et quasi impossible de se faire tout rembourser.



REPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE

Procès-verbal d'audience du 15 juin 1995 dès 15 heures 40, page 6.
POUVOIR JUDICIAIRE
CABINET DU JUGE
D'INSTRUCTION
PP No P/9568/1991

1.00-0003
Sur citation se présente: Monsieur N.
né en 19XX, domicilié: xxxxxxxxxxxxxx,
témoin, assermenté, lequel déclare:
J'ai été membre de l'église de Scientologie de fin 1986 à fin 1988 à peu près, d'abord à Genève, ensuite à Lausanne puis à FLAG aux Etats-Unis.
C'est bien moi qui ai écrit l'attestation du 25 juin 1992 déposée au dossier par la partie civile. Attestation qui vient d'être lue en audience. Je confirme le contenu de cette attestation.
Avant d'entrer à l'église de Scientologie, j'étais homosexuel et je ne supportais pas cette condition. Je suivais une psychothérapie chez la Doctoresse Francine J. L'église n'avait pas appris tout de suite que je suivais une psychothérapie. J'ai eu plusieurs entretiens avec M. César P.. J'ai mentionné cela lors de ces entretiens.
On m'a fait comprendre qu'il n'était pas possible de faire en même temps de la Scientologie et d'être suivi par un psychiatre. Comme on m'avait promis une guérison par la Scientologie, j'ai arrêté de voir la Dresse J. On m'a fait comprendre qu'il était dangereux d'être suivi par un psychiatre. C'est notamment M. P qui me l'a dit. Je pense aussi avoir eu une discussion avec M. Patrice B. et Mme Imse Z (scientologues, ndw).
On m'a proposé de suivre des cours, d'abord des petits cours pas très chers. Ensuite le cours de purification qui valait environ CHF 5000.-. Après 3 ou 4 heures de discussions plusieurs fois par semaine, M. P m'a fait acheter plusieurs cours d'audition. J'en ai payé une partie avec mes liquidités, le reste par des emprunts. J'ai fait notamment un emprunt de CHF 18'000.- auprès de la FINALBA. Toutes les démarches étaient déjà faites car M. P avait l'habitude de ce genre d'opération, je n'ai eu qu'a signer les documents. Il s'agissait d'abord d'un prêt de CHF 11000.- qui a été augmenté à 18000.- au moment de son acceptation. Je ne me suis pas rendu à la banque sauf pour retirer l'argent. Le prêt a été accordé dans un délai de 3 à 4 jours. J'ai remis ces CHF 18000.- à



RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE

Procès-verbal d'audience du 15 juin 1995 dès 15 heures 40, page 7.
POUVOIR JUDICIAIRE
CABINET DU JUGE PP No P/9568/1991
D'INSTRUCTION



M. César P pour des cours futurs. Au total, j'ai dépensé plus de CHF 60'000.- entre Genève, Lausanne et FLAG, dont CHF 40'000.- d'emprunt à la FINALBA. J'ai fait un 2e emprunt alors que j'étais à Lausanne. J'ai fait très peu de cours à Genève car je ne m'entendais pas du tout avec les gens qui s'occupaient de l'église de Genève. C'était la confusion totale tout le temps. A l'époque, Genève n'avait pas très bonne réputation, c'est Lausanne qui avait le vent en poupe.
A ma connaissance il y avait très peu de personnel à cette époque à Genève. Il y avait une chargée de cours qui s'occupait de superviser les cours.
A Genève, il fallait se battre pour avoir des auditions. Les cours étaient supervisés par la même personne tous les jours. Dans d'autres organisations, il y a 3 ou 4 autres personnes qui s'en occupent.
En 1986, je savais que M. BARBIER était dans la Scientologie. J'avais entendu parler de son atelier de dessin.
J'ai suivi le cours de purification. J'ai arrêté au bout d'un peu plus d'une semaine car je ne supportais pas de faire de la sauna intensive.
Le problème d'homosexualité ne s'est pas résolu par les cours de l'église de Scientologie, ni par les auditions.
J'ai quitté l'église car, lorsque je suis allé aux USA, j'ai été confronté à un
système quasi para-militaire. Les gens vivaient en autarcie. Tout est absolument réglementé 24 heures sur 24. A la moindre erreur, on est convoqué devant l'officier d'éthique, lequel distribue des sortes de peine, qui vont du simple blâme à l'exclusion de l'église. Il y avait beaucoup d'humiliation notamment par rapport à des choses qui figuraient dans mon dossier. J'ai décidé de partir après 2 mois, ce n'était pas évident, il a fallu que je me mette en règle avec l'église car on m'avait retiré mon passeport. J'ai fait croire que j'allais m'inscrire dans le personnel de l'église, j'ai signé un contrat m'engageant pour 1 million d'années. J'ai fait croire que j'allais mettre mes affaires en règles en Suisse avant de revenir et j'ai ainsi pu récupérer mon passeport.
Chaque fois que l'on termine un cours ou une audition, on est amené à signer une lettre manuscrite de succès attestant que tout c'est bien passé et qu'on est content du résultat. Si on ne signe pas cette lettre, on doit passer devant l'officier d'éthique, car cela signifie que quelque chose s'est mal passée.




RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE

Procès-verbal d'audience du 15 juin 1995 dès 15 heures 40, page 8.
POUVOIR JUDICIAIRE
CABINET DU JUGE
D'INSTRUCTION
PP No P/9568/1991


II existe un dossier qui m'a suivi de Genève à Lausanne, de Lausanne à FLAG. Je ne suis pas autorisé à consulter ce dossier. Dans ce dossier figure les rapports d'audition, les résultats des cours, les diplômes, les lettres de succès.


J'ai cessé tout cours à partir de mon retour d'Amérique.
Il m'a fallu environ 1 an et demi pour me dégager des liens, de l'emprise, que j'avais avec Mme M. [patronne de la secte à Lausanne, ndw] et son mari Grégoire. J'ai fait une demande de remboursement fin 1989 de l'argent que j'avais mis dans la Scientologie. Je n'avais notamment pas utilisé la moitié de l'argent que j'avais mis en compte, soit environ CHF 50000.-. J'ai été remboursé d'abord par l'église de Genève après que j'ai fait des pressions physiques sur le responsable. J'ai reçu CHF 20'000.- alors que j'avais dépensé environ CHF 25'000.-.
A Lausanne cela a été plus compliqué. Je n'ai été remboursé que d'une partie, soit de CHF 14'000.-, cela uniquement parce que j'avais déposé une plainte pénale. Nous sommes arrivés à un accord à l'amiable avant le jugement.


J'ai connu M. BARBIER uniquement lorsque je suis sorti de l'église et que je me suis renseigné sur les moyens de se faire rembourser. A l'époque, il s'occupait d'INFOSECTE. Mme M. et son mari ont fait des pressions sur moi pour que je cesse toute relation avec M. BARBIER. Ils ont voulu me faire croire que M. BARBIER était un fou dangereux. Ils m'avaient dit qu'il avait été dangereux pour la Scientologie et que c'était un ennnemi pour la Scientologie.


J'ai été déclaré suppressif. C'est une sorte de condamnation à ne pas être approché par des scientologues.
Après lecture, persistent et signent à 16 heures 25.