LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Le critique Gerry Amstrong explique la scientologie aux conseillers du Commerce de la CDU  


Règlement de compte avec la Scientologie

Hier, un ancien membre a raconté son histoire en Scientologie lors du Conseil au Commerce de la CDU


Loerrach, Germany
June 6, 2001
Badische Zeitung
www.badische-zeitung.de



Loerrach (kh). Mardi, le Conseil au Commerce de la CDU recevait un invité peu commun dans le chef-lieu du comté: avant d'entendre les représentants au commerce et les politiques, le canadien Gérald Armstrong a raconté au "mess" son histoire dans la secte Scientologie . Cet homme de 51 ans a expliqué qu'il avait occupé des fonctions de cadre en Scientologie pendant plus de douze ans et qu'il avait cotoyé très intimement le leader de la secte, Ron Hubbard.


Il a raconté qu'il était rentré en Scientologie comme beaucoup d'autres: attiré par les belles promesses avec lesquelles la Scientologie leurre les gens par milliers. Par exemple ses facultés pour communiquer devaient s'améliorer, il devait même devenir plus intelligent - tout cela par des moyens scientifiques. Armstrong a parlé de son cheminement au sein de cette organisation qui est reconnue comme une église aux Etats-Unis. Par contre, à partir du moment où il a recherché des éléments pour écrire la biographie d'Hubbard, il a été clair pour lui que "cet homme n'avait fait que mentir sur tous les plans". Contrairement à ce qu'il prétendait, Hubbard n'a jamais été un scientifique du nucléaire, ni un ingénieur, pas plus qu'un héros de guerre, a expliqué Armstrong.

Mais son exposé a été principalement un règlement de compte avec la secte avec laquelle il a été intimement lié pendant des années: il a rapporté qu'il est impossible de faire confiance à la Scientologie, que cette organisation possède une sorte d'agence de renseignements et même un camp de concentration, que d'anciens membres comme lui sont persécutés et qu'on y respecte absolument pas les droits fondamentaux.

Les 40 minutes de parole d'Armstrong et une bonne heure de débat ont révélé que les personnes présentes ont posé un grand nombre de questions et voulaient en savoir plus sur la Scientologie et le statut qu'elle a acquis aux USA. Ceci représente un bon point de départ pour Armstrong "Je recommande à tout le monde d'en apprendre le plus possible sur la Scientologie. Ce n'est que de cette manière que les gens s'armeront contre cette organisation". Parmi les questions, une intervention causa un malaise dans le hall "Je suis scientologue" a clamé ouvertement une femme, elle a ajouté en insistant "Nous n'avons pas du tout l'intention de cacher quoi que ce soit". Armstrong a réagi calmement. Il a déclaré qu'à l'époque, lorsqu'il faisait partie de la Scientologie, lui aussi n'était pas au courant de tout et qu'il serait heureux de pouvoir discuter avec elle.

back

Retour sous index correspondant à ce type de texte : presse générale

Retour Webpage