LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

RECONTRE D'UN CRITIQUE (Jeff Jacobsen) ET D'UN SCIENTO D'OSA (Al Buttnor) DEVANT LES TRIBUNAUX (Floride)

Bon, nous avons eu quelques développements lors de l'audition de cette nuit à Clearwater, et Jeff Jacobsen tenait à ma présence. Qui était là lorsque nous sommes arrivés, c'est Al Buttnor assis quelque part au fond.


Il restait peu de sièges, et les seuls disponibles étaient à côté de Al. Bon, comme je ne suis pas un bigot religieux, je suis tout à fait ravi de partager une rangée avec Al. Nous nous sommes assis et Al s'est immédiatement levé pour déménager quelques rangs plus loin. On pourrait prendre cela pour du snobisme mais je suis certain qu'il n'en était rien.

Afin d'essayer d'établir le contact, je me suis levé et dirrigé vers Al pour lui demander s'il savait quelquechose à propos de la Scientologue qui s'était éléctrocutée dimanche matin dans une pièce au sous-sol du complexe scientologue d'Hemet. Il m'a regardé et m'a répondu "Pourquoi ne disparais-tu pas?"

J'ai considéré qu'il s'agissait d'un "no comment" et que c'était une amélioration de "Pourquoi tu ne fous pas le camp tout de suite!!!" c'est ce qu'il m'avait dit la dernière fois que nous avions parlé ensemble. C'est un progrès puisqu'il ne l'a pas dit en hurlant ou avec un grognement comme auparavant.

On pourrait dire que c'est le dégel et dans quelques décades il acceptera mon invitation à déjeûner.

Je suis revenu sur mon siège à l'arrière, et brusquement le couple qui était assis à côté de Al, s'est précipité vers nous pour s'assoir à côté de Jeff et moi. La femme a expliqué qu'elle avait demandé à Al le sujet de notre conversation, il lui avait dit que je faisais partie d'un groupe qui haïssait sa religion. Elle a alors demandé de quelle religion il s'agissait et Al a dit "je suis scientologue". C'est alors qu'elle et son mari se sont levés précipitamment de leur siège pour nous rejoindre. Nous avons eu une bonne conversation pendant les queques instants avant le commencement de la présentation.

Lorsque ce fut le moment des questions, un gars a dit qu'on avait l'impression que la ville était en train de faire cadeau de Clearwater aux promoteurs.

Peu après, je me suis levé et j'ai déclaré ceci. "En ce qui concerne les braves gens qui s'inquiètent de savoir si les promoteurs vont être propriétaires de Clearwater...il n'y a pas trop à s'inquiéter. La cité est déjà la propriété de la Scientologie".

Il y a eu une nuée d'applaudissements et de rires.

J'ai continué.

"Il y a un mois j'ai discuté avec un homme d'affaire qui essayait, il y a quelques années, de pousser une chaîne de cinéma à s'installer en bas de la ville. Ces chaînes de cinéma ont décidé qu'elles n'iraient pas pour une seule raison...la Scientologie. Avez-vous la moindre indication qu'une chaîne de cinéma ou de restaurant fera vraiment partie du redéveloppement de la cité?"

Il a répondu oui, la chaîne de cinéma Crown s'était engagée à s'installer en bas de Clearwater.
C'est alors que la dame tenant le micro est partie, bien contente de se débarasser de moi même s'il me restait encore quelques commentaires à faire.

Un peu plus tard une autre femme a parlé de la Scientologie et de ses inquiétudes quant au fait que la Scientologie profite de ce plan. Le promoteur tenait à venir prendre un moment pour expliquer ce sujet, et exposer le fait qu'il voyait la Scientologie comme compétiteur, étant donné qu'elle possèdait tant d'immeubles vides et que le jour ou lui-même en louerait, elle louerait moins cher que lui.
C'est alors que j'ai repris la parole, "pourtant vous avez travaillé beaucoup avec les scientologues. Un article de journal dit à quel point vous étiez satisfait que la Scientologie soit d'accord pour vendre ses propriétés afin que vos plans puissent se réaliser."

Il a expliqué alors qu'il avait davantage travaillé avec l'Eglise Baptiste et qu'en fait, c'était avec les avocats de la Scientologie qu'il avait travaillé pour la plupart des contrats.


Mais alors, il fallait que je me taise, je n'étais plus tellement le bien-venu...mais je ne me suis pas tu.

Je voulais en fait amener une photo prise par Jeff Jacobsen des caméras qui sont pointées sur les citoyens de Clearwater et expliquer ce que cela signifie à la population, mais ça, ça a été coupé. Alors à ce moment j'ai hurlé "Ils ont des caméras de surveillance..." ce qui a été largement noyé dans un choeur de "ET ALORS".

Un acteur futé sait à quel moment il a la foule dans sa main. C'etait une dizaine de minutes plus tôt. Maintenant, j'étais vraiment dans de sales draps.


Après la réunion, Jeff et moi sommes partis dîner et avons bien ri à propos de mon explication éloquente au sujet des caméras. J'ai l'impression que dans les années à venir, la phrase "ils ont des caméras de surveillance" produira des tas de rires dans le bureau.

back

Retour index général

Retour index textes courts