LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

La scientologie s'affiche sur les murs de la cité de Calvin (Lauzanne)

PROVENANCE: "La LIBERTE" 11 Février 1998 - Copyright La Liberté 1998


Depuis lundi, une campagne d'affichage de la scientologie fleurit sur les
murs de Genève, en toute légalité. La municipalité de Lausanne, elle, a
refusé.

Des grappes d'affiches, incitant à «penser par soi-même» et à acheter un
livre, s'étalent sur les murs de Genève. Rien d'extraordinaire, sauf que
ces 180 placards sont l'oeuvre de l'église de scientologie. A 17 francs
pièce, l'addition s'élève à un peu plus de 3000 francs (Suisses, soit 12000FF) pour l4 jours, une
opération financièrement raisonnable.

La campagne s'étend encore à Bâle, Berne et Zurich. Seule la municipalité
de Lausanne a opposé son veto à l'initiative. «Nous avons considéré que ces
affiches sont de nature à porter atteinte à la conviction des gens», dit
Silvia Zamora, conseillère municipale, directrice des travaux. Une raison
suffisante pour donner un préavis négatif à la Société générale
d'affichage. La scientologie avait commandé 450 placards pour Lausanne.
«Nous estimons cette décision choquante», commente Suzanne Montangero,
présidente de l'église de scientologie à Lausanne.

Dans la cité de Calvin, aucune objection n'est venue freiner l'initiative
scientologue. «On ne peut pas empêcher un groupement de se promouvoir»,
entame Me François Bellanger, qui a mené le groupe d'experts genevois,
auteurs de l'audit sur les dérives sectaires. Le règlement d'affichage sur
la voie publique ne prononce, en effet, une interdiction que s'il y a
atteinte à l'ordre ou à la moralité publics, ce qui n'est pas le cas de ce
placard. «Il paraît important de rappeler que le Département de justice et
police entend lutter contre les dérives sectaires et non contre les
sectes. Ces affiches n'ont rien d'un acte illégal», poursuit Me Bellanger.
Comment expliquer, alors, le refus vaudois? Il répond: «L'appréciation de
la réception du message reste propre à chaque collectivité.»

Planchant sur le projet d'un observatoire d'informations neutres sur les
mouvements sectaires, qui se prévaut de la participation de tous les
cantons latins Mc Bellanger ne voit aucune conséquence à cette divergence
de conception entre le canton du bout du lac et la municipalité
lausannoise, pourtant distants de tout juste soixante kilomètres.

        ISABELLE DUCRET 
 
 

back

Retour index général