LE SECTICIDE
L'ANTI - SCIENTOLOGIE antisectes.net

Actualités des religions- N° spécial Sectes Mai 2001 

ACTUALITES DES RELIGIONS HORS SERIE N°5 AVRIL 2001

Le monde selon Hubbard

Témoignage de Roger Gonnet

Depuis qu'il s'est repenti, Roger Gonnet est frappé d'opprobre par l'Église de scientologie qui l'a déclaré "suppressif". Récit d'une cruelle désillusion.


Roger Gonnet fonde et préside la première Église scientologue de province, à Lyon, en 1974. Pendant huit ans, il draine des centaines d'âmes sur le chemin d'un monde meilleur, un monde selon L. Ron Hubbard, fondateur de l'Église de scientologie. La "dianétique", technique de développement de soi, qu'il a vantée avec tant de conviction, est devenue pour lui de la poudre de perlimpinpin. Roger Gonnet1, repenti, témoigne.

"Je suis très curieux de nature... parfois trop! Je suis un autodidacte, un maniaque des dictionnaires. Môme, on m'appelait "le Dico", tellement j'aimais les définitions. Cela ne m'a pas quitté. En 1974, alors âgé de trente-trois ans et devenu conseiller en entreprise dans le domaine de la logistique industrielle, mon ouverture d'esprit reste intacte. Je ne suis pas effrayé par le discours de mon oncle - musicien respecté -, sur la scientologie. La secte n'est pas encore connue. Ses changements apparents nous séduisent, ma femme et moi, et il semble détenir des réponses à nos problèmes d'alors: frictions dans notre ménage, enfants encore jeunes avec lesquels je ne sais pas trop bien me débrouiller.

Six mois plus tard, je tombe sur un prospectus qui vante la dianétique, clé de voûte de l'arsenal technique de L. Ron Hubbard, fondateur de la scientologie, et je commande le bouquin. L'ouvrage semble logique ou du moins posséder sa logique interne. Je me dis: pourquoi pas! Le premier cours porte sur la communication. Nous ameutons des amis dans le petit centre ouvert par mon oncle dans un appartement. La séance nous séduit, mon épouse et moi. Tout est nouveau, même le vocabulaire. Les exercices sont plutôt rigolos: ils semblent nous faire avancer dans notre capacité à communiquer. Sur le coup, je n'analyse rien, mais, quelques jours après, je constate des bizarreries. À peine a-t-on fini le cours qu'il faut passer devant un examinateur avec un électromètre2, sorte de détecteur de "charges" et, éventuellement, de mensonges. Il faut ensuite écrire sur place une lettre de succès, en racontant tout - c'est leur technique de ne jamais lâcher le client. Très rapidement, on passe du statut de client à celui de rabatteur, d'étudiant à celui de moniteur. Personnellement, avec leur fonctionnement pyramidal, je n'ai pas le sentiment - à tort - d'être infantilisé en prenant un ascendant sur l'autre.

Bien plus tard, je me rends compte que leurs tests et techniques de questionnement sont en réalité des systèmes de prise de contrôle. On nous apprend à commander des objets pour qu'ils exécutent des ordres. Je ne l'ai jamais vu, mais certains professeurs de fac et scientifiques, et pas des moindres, ont attesté que cela marchait ! On pratique tellement d'activités différentes que l'on finit par se poser des tas de questions qui conduisent à croire que l'on a découvert quelque chose. Je me souviens d'un technicien scientologue qui m'a demandé de retourner dans le passé sur les traces d'un incident vécu - les scientologues croient aux vies antérieures. Je ne trouve rien ! Il insiste tellement que je finis par aller chercher dans une vie antérieure supposée. C'est ainsi que je peux me retrouver, par exemple, dans un navire intergalactique... Il suffit d'être amateur de science-fiction pour inventer. Et puis, comme j'ai fait confiance à cette personne jusque-là, je n'ai pas de raison de douter. Tout le monde finit par adhérer à cette idée de vies antérieures à force de lire les bouquins et d'écouter les conférences de Hubbard. L'autosuggestion, l'effet placebo, c'est un truc qui marche très bien: il suffit de toucher juste. Les recrues de la scientologie sont là depuis des années, elles ont l'air de savoir, d'être bien dans leur peau, sûres d'elles, souriantes, sympas et plutôt mignonnes. Quand on pose une question, un scientologue trouve aussitôt la réponse... dans les bouquins ou parmi les 3 000 conférences de Hubbard consignées sur bandes magnétiques.

J'ai ouvert la porte, c'était déjà trop tard... Je me suis dit que je pourrais faire de la formation. Je voulais améliorer le niveau de communication entre les gens, refondre la méthode en la débarrassant de son aspect fanatique et religieux, même si, au fond, il n'y a rien de religieux dans tout cela. L'appellation d'"Église" permet seulement d'échapper au fisc et confère une image flatteuse. Quand j'y pense... Je me suis déguisé en religieux en affichant une croix pour parader devant les officiels. On m'a exposé comme ministre du culte. C'est fou, quand on pense que Ron Hubbard nie toutes les religions ! Dans une bande magnétique qui n'a pas été divulguée, il a déclaré qu'il n'y avait pas de Christ sur la croix... Mais revenons-en à mes cours de communication ! J'ai finalement ouvert mon propre centre au public. En huit ans, nous avons formé 600 scientologues, des cadres moyens, mais aussi des étudiants, des paysans, des ouvriers... Le chiffre d'affaires a grimpé, passant de 30 000 francs à 4 millions la dernière année. J'ai rapidement abandonné mon poste de conseiller en entreprise et ma femme a quitté l'enseignement. Nos enfants, âgés de treize et quatorze ans, ont supervisé les cours des adultes. Ils étaient convaincants: facile, quand il y a d'un côté ceux qui savent et de l'autre ceux qui débarquent. C'est un jeu d'enfant. Ma satisfaction ? Je suis stakhanoviste, et comme j'avais sans cesse du boulot... Avec mon épouse, je vivais pour la scientologie, j'étais idéaliste. Tout ce que l'on gagnait, en plus du strict nécessaire, partait pour la scientologie: on se payait des formations, afin de toujours progresser. Et la secte s'engraissait. Notre illusion, c'était d'aider à l'amélioration de l'humanité, en dispensant des cours et en fermant les yeux sur les choses qui nous paraissaient bizarres. En fait, je finissais par penser selon les critères hubbardiens. Je laissais de côté tout ce qui ne rentrait pas dans ce cadre et j'exagérais les prétendus progrès visibles. On travaillait quatre-vingts heures par semaine et on ne fermait le centre que deux jours par an.

Un beau jour, la hiérarchie nous a demandé d'augmenter les prix de façon exorbitante. J'ai manifesté mon désaccord en arguant que si nos prix étaient trop élevés, on ne pourrait rendre la planète "claire", autrement dit sans crimes, sans démence, sans guerres... Certains ne pourraient en profiter. J'ai aussitôt été convoqué au Danemark, siège de l'Église mère. La direction m'a accusé de toutes sortes de maux susceptibles de me rendre "suppressif", terme consacré pour définir ceux qui critiquent la scientologie. Bien sûr, je pouvais être réhabilité dans mon poste, mais à condition d'admettre que j'avais tous les torts et de demander à réintégrer le groupe. J'ai continué, sans demander pardon. Un mois et demi plus tard, d'autres responsables ainsi qu'une avocate ont été dépêchés afin d'expulser ma femme, source potentielle d'ennuis puisqu'elle était liée à un "suppressif". En décembre 1982, nous avons de nouveau été convoqués au Danemark et retenus pendant quinze jours. Au retour, les cinquante pièces qui composaient nos bureaux étaient vides: les 1 100 m2 avaient été déménagés par l'équipe européenne.

Ensuite, tout a été très vite. Je ne voulais plus filer à Copenhague pour un oui ou pour un non, ni imposer des prix exorbitants. Dans les deux mois qui ont suivi, j'ai pris contact avec les Renseignements généraux et l'ADFI (Association de défense de la famille et de l'individu). Je suis passé par de très mauvais moments, avec des idées suicidaires. Pourquoi j'ai abandonné ? J'ai pris conscience que la scientologie trahit l'humanité en faisant valoir une pseudo-libération ! Aujourd'hui, mon frère y est encore. Cela fait vingt ans."

Propos recueillis par Virginie Roussel

1. Lire, de Roger GONNET, La Secte - secte armée pour la guerre, chronique d'une religion commerciale à irresponsabilité illimitée, Alban, 1998, uniquement disponible sur le site http://www.antisectes.net/livre.zip, un site qui recense expertises juridiques, jugements, extraits de journaux, essais de critiques, essais universitaires, forum sur la scientologie et sur d'autres sectes.
2. Voir "Une force de thétan...", Actualité des religions, 17, juin 2000.


nota: il s'agit d'un interview, que la webmaster n'endosse pas pour autant au mot près...mais qui est cependant assez "rendu", même si les détails pourraient être corrigés.

back

Retour sous index correspondant à ce type de texte : divers

Retour Webpage